Elisabeth Moss, multifacette et discrètement brillante

Elisabeth Moss, qui a remporté l’Emmy Award de la meilleure actrice dans une série dramatique pour son rôle dans "La servante écarlate", s’est révélée dans plusieurs séries marquantes, notamment "Mad Men", tout en côtoyant le théâtre et le cinéma.

Derrière les victoires attendues de "Veep" et "Little Big Lies" aux Emmy Awards, la discrète chaîne de streaming Hulu s’illustre en devenant la première du genre à remporter l’Emmy convoité de la meilleure série dramatique pour "The Handmaid’s Tale", ainsi qu’une poignée d’autres trophées. À la tête de cette glaçante dystopie, l’étourdissante Elisabeth Moss repart (enfin) avec le trophée de la meilleure actrice dans une série dramatique.

Le profil
  • Elisabeth Moss naît le 24 juillet 1982.
  • Elle grandit à Los Angeles avant de déménager à New York, pour y apprendre la danse.
  • Son rôle de Zoey Bartlet l’a fait connaître du grand public en 1999.
  • Elle perce réellement en 2007 en interprétant Peggy Olson dans la série Mad Men.
  • À ce jour, son répertoire compte une quarantaine de films et une trentaine de séries.

Bien que personne ne pariait sur un tel succès en début de saison, Elisabeth Moss a déployé d’un épisode à l’autre une présence forte et un jeu nuancé: des qualités aiguisées au fil d’une carrière partagée entre télévision, théâtre et cinéma. Enfant, l’actrice décroche de petits rôles dans divers films et séries, notamment en 1992 dans quelques épisodes de "Picket Fences", une série dramatique de David E. Kelley. Elle passe progressivement à des rôles secondaires plus consistants, comme celui de Polly dans "Girl, Interrupted" où, âgée de 17 ans, elle donne la réplique à Winona Ryder et Angelina Jolie. La même année, elle devient Zoey Bartlet, la fille cadette du président américain dans la savoureuse série politique "The West Wing", un rôle qu’elle endossera pendant sept saisons, et qui contribuera à la faire connaître du grand public.

Après une performance remarquée dans "Virgin" en 2003 (où elle joue aux côtés de Robin Wright), elle explose en 2007, lorsqu’elle incarne avec finesse l’ambitieuse Peggy Olson, défiant le machisme ambiant dans ce qui deviendra une série chérie des Emmy Awards, "Mad Men". Elle campe ensuite une inspectrice spécialisée en violences sexuelles, Robin Griffin, dans les deux saisons de la travaillée "Top of the Lake", tout en poursuivant sa carrière au théâtre (elle manque de peu un Tony Award pour sa performance dans "The Heidi Chronicles") et au cinéma. L’actrice californienne s’illustre notamment dans la brillante comédie indé "Listen Up Philip" et, plus récemment, dans la satire dramatique "The Square" qui ne remporte pas moins que la Palme d’Or au dernier Festival de Cannes.

The Handmaid's Tale - Bande annonce VOSTFR

Au sommet de son art

Pour son rôle dans "The Handmaid’s Tale", Elisabeth Moss semble avoir assemblé les angles les plus affûtés de ses performances précédentes: elle y incarne June, habitante de la République de Gilead menée par un régime totalitaire monté au pouvoir suite à une vague d’infertilité ayant touché les Etats-Unis en 2015. Désormais prénommée Offred, du nom de son propriétaire Fred Waterford dont elle doit assurer la descendance, June commente la brutalité mécanique qui régule sa vie, et s’efforce d’y survivre, sans pour autant s’y habituer. Plus qu’une fiction savamment ficelée, "The Handmaid’s Tale" est aussi un puissant récit politique, un appel à l’insurrection cristallisé sur une Elisabeth Moss magnétique et inspirante au sommet de son art.

Enfin!

Malgré sa présence récurrente aux Emmy Awards depuis 2009 pour ses multiples nominations de meilleure actrice pour Mad Men, Elisabeth Moss n’avait jamais remporté le prix avant cette année.

Se justifier…

L’actrice est également scientologue, une pratique qu’elle a régulièrement dû justifier ces derniers mois, alors qu’elle incarne une victime de l’extrémisme religieux dans The Handmaid’s Tale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité