En route vers une IPO à Paris

"Tu es jeune, tu dois encore beaucoup apprendre mais tu feras de grandes choses, j’en suis certain", dit un industriel gantois à Michaël Willems, un beau jour de 2001.

À 24 ans, après des études supérieures d’agronomie (Fleurus) et un master en management (Paris), le jeune entrepreneur ucclois venait d’obtenir son premier job chez un fabricant de produits de nutrition à Braine-l’Alleud.

Direction Paris ensuite où Michaël Willems décroche divers boulots dans l’industrie pharmaceutique, tout en y rencontrant aussi sa future épouse Annabelle Thiry, pharmacienne mais aussi cosmétologue de formation, engagée elle chez Lancaster puis L’Oréal.

Retour à Bruxelles fin 2005.

"Quand j’aurai tout cédé, j’irai vendre des glaces aux Seychelles", dit parfois Michaël Willems. Une destination, où il n’a été que deux fois, mais qui lui plaît beaucoup "surtout les îles environnantes que j’ai toutes visitées".

"C’est à Paris, dans une cabine téléphonique, que nous achetons notre première pharmacie bruxelloise avec…. zéro euro en poche, officine dont nous doublerons le chiffre d’affaires en un an", se souvient Michaël Willems. Une pharmacie, puis deux et enfin trois, cette dernière, "une des plus grosses de Belgique avec donc une structure très lourde à gérer" (14 emplois, avenue Louise) étant revendue fin de l’année 2010.

Cap sur le Hainaut

C’est à ce moment que démarre, "dans la cave d’une de nos deux pharmacies", l’aventure Pharmasimple initiée et toujours pilotée aujourd’hui par Annabelle et Michaël Willems qui détiennent ensemble un peu plus de 60% du capital.

Constituée en tant que structure autonome en 2012, la SA Pharmasimple s’est très rapidement hissée en position de leader en Belgique et en France, pays qui assure plus de 85% de son chiffre d’affaires, dans la vente e-commerce de produits parapharmaceutiques et de compléments alimentaires.

Aujourd’hui localisée à Jette (siège social), à Rhode Saint-Genèse (plate-forme logistique) et dans le sud de la France via une filiale pour des activités de stockage, Pharmasimple a décidé de transférer progressivement ses activités en Wallonie, et plus précisément dans la région de La Louvière.

"Nous connaissons, exclusivement sur le marché du B2C, une croissance très forte de nos activités et, contrairement à Bruxelles et à la Flandre, nous avons trouvé en Hainaut, et plus précisément à La Louvière, des interlocuteurs disposés à nous accompagner, avec beaucoup d’enthousiasme, dans notre aventure", soutient Michaël Willems.

L’an dernier, le chiffre d’affaires de la plate-forme a atteint 4,5 millions d’euros, soit une croissance de 20%. Avec la consolidation dans la maison-mère de la filiale française prévue dès cet exercice, "le chiffre d’affaires sera proche des 17 millions d’euros", précise encore Michaël Willems.

Ceinture noire

Entre 6 et 14 ans, Michaël Willems, ceinture noire, fut à quatre reprises champion de Belgique de judo dans la catégorie des moins de 60 Kg. "À cette époque, je fréquentais les tatamis à raison de 9 heures par semaine" se souvient-il.

Trois étapes

Avec les nouveaux moyens levés récemment au départ des fonds propres de la société, des actionnaires historiques ainsi que d’autres apports publics (comme Novallia, l’invest IMBC) et privés -soit une enveloppe de l’ordre du million et demi d’euros- Pharmasimple ne manque pas d’ambition. Très rapidement, ses services marketing et vente seront délocalisés dans des locaux de la Maison de l’Entreprise à La Louvière.

D’ici la fin de l’année aussi, Pharmasimple ouvrira un maxi point de vente en Hainaut "pour donner consistance, visibilité et crédibilité à notre marque", justifie Michaël Willems.

Ensuite, la société, dans un délai d’un an à un an et demi, quittera Rhode pour localiser l’ensemble de ses activités logistiques en province de Hainaut -sur un plateau de quelque 1.000 m2- avec entre 10 et 15 nouveaux emplois supplémentaires.

Enfin, Michaël Willems vient de lancer les opérations pour engager une IPO sur le marché libre à Paris dès la fin de cette année avec pour objectif de lever entre 2 et 5 millions d’euros.

  • Né à Uccle le 21 avril 1977
  • 1996-1999: Etudes supérieures en agronomie/biotech (Fleurus)
  • 2000: Master en Management (Paris)
  • 2001-2005: Superviseur de production (Baxter, Roche-Pharma, GSK Biological)
  • 2005-2010: rachat de trois pharmacies à Bruxelles
  • 2010: lancement de Pharmasimple

Lire également

Publicité
Publicité