Frank Arnesen, de Ronaldo à Rutten

©BELGA

Réputé pour l’épaisseur de son carnet d’adresses, Frank Arnesen, le directeur technique du Sporting d’Anderlecht est celui qui a amené Fred Rutten pour assumer la fonction de coach. L’expérience, qui aura duré à peine trois mois, est un nouvel avatar de la saison pourrie du club mauve et blanc.

À Anderlecht, c’est comme aux Galeries Lafayette: il s’y passe toujours quelque chose. La formule est éculée, certes, mais elle est bien à propos. Après les transferts foireux, les humiliations en Coupes de Belgique et d’Europe, l’accumulation de défaites en championnat et les débordements des supporters les plus radicaux, cette fois c’est le coach néerlandais Fred Rutten qui s’en va "d’un commun accord" avec la direction. Il avait succédé en janvier à Hein Van Haezebrouck, lui-même viré quelques semaines plus tôt.

Le profil
  • Né en 1956 à Copenhague.
  • Milieu de terrain, il a joué à l’Ajax Amsterdam, à Valence, à Anderlecht et au PSV Eindhoven entre 1975 et 1988.
  • International danois à 52 reprises.
  • Directeur sportif dans des clubs comme le PSV, à Tottenham, Chelsea, etc.
  • Directeur technique d’Anderlecht depuis janvier 2019.

Fred Rutten, c’était, en grande partie, le choix, par défaut (plusieurs candidats s’étant défilés), de Frank Arnesen (62 ans), le directeur technique, arrivé fin décembre pour renforcer l’organigramme sportif de la maison mauve. Une fonction créée sur mesure mais qui semble faire un peu double emploi avec celle de Michael Verschueren, le directeur sportif. La différence? Verschueren gère toute la politique sportive du club (y compris les jeunes, le staff médical, etc.), Arnesen se focalisant sur les transferts pour l’équipe première. Mais même là, il n’est pas le seul à décider puisque, in fine, c’est le comité de transferts qui tranche.

Même s’il est un peu tôt pour émettre un jugement définitif, les premiers pas du Danois ne sont guère fructueux. En janvier, il a transféré Peter Zulj, un milieu de terrain autrichien qui joue en marchant, peinant à suivre le rythme pourtant pas très élevé de la Jupiler Pro League. Et il a fait venir Fred Rutten pour redresser une équipe à la dérive. Ce dernier l’a bien qualifiée de justesse pour les play-offs 1, mais depuis c’est la Bérézina: 4 défaites de suite! La seule demi-réussite d’Arnesen est d’avoir pu louer le Congolais Yannick Bolasie à Everton. Mais dès la fin du championnat, ce dernier repartira en Angleterre. Il est impayable pour un club comme Anderlecht.

Une flatteuse réputation

Pourtant, Frank Arnesen est arrivé avec une réputation flatteuse. En l’attirant dans ses filets, le duo Coucke-Verschueren croyait avoir fait un "coup" susceptible de calmer les supporters excédés par les mauvais résultats. L’homme a en effet joué au Sporting au milieu des années 80, il a aussi évolué dans les meilleurs clubs néerlandais (Ajax et le PSV) et a été international danois à plus de 50 reprises.

Mais c’est surtout sa reconversion qui a assis sa réputation. Après une brève carrière d’entraîneur, il s’est focalisé sur le management sportif, officiant dans de grands clubs comme le PSV, Chelsea, Tottenham et Hambourg. Doté, paraît-il, d’une intelligence supérieure à la moyenne, il y a gonflé son carnet d’adresses et développé un réseau d’informateurs lui permettant d’attirer dans ses clubs successifs jeunes joueurs prometteurs et noms ronflants (lire l’encadré).

Pourtant, Frank Arnesen ne fut pas facile à convaincre. Les dirigeants mauves ont mis un mois pour arracher sa signature. Ce qui n’était pas de très bon augure. Et lors de son intronisation, il a déclaré qu’il serait "responsable des résultats d’Anderlecht". Ce faisant, il s’est mis une fameuse pression, surtout au vu des récents et catastrophiques résultats du Sporting. Cette pression sera renforcée lors du prochain mercato estival durant lequel il n’aura pas le droit de se planter. Pour autant, disent les initiés, qu’il tienne jusque-là

Champion de Belgique

Milieu de terrain, Frank Arnesen a joué entre 1983 et 1985 Anderlecht, marquant 15 buts en deux saisons. À l’époque, le Sporting figurait parmi, les ténors européens. Il a été champion de Belgique en 1985.

Détecteur de talents

Frank Arnesen a assis sa réputation en recrutant durant sa carrière de directeur sportif quelques fameux joueurs. Il a ainsi détecté le potentiel du prodige brésilien Ronaldo qu’il a amené au PSV tout comme le buteur Ruud Van Nistelrooy (qui fit le bonheur du Real Madrid) et le déroutant ailier Arjen Robben (aujourd’hui au Bayern Munich). C’est aussi lui qui amené l’international brésilien David Luiz à Chelsea.

En sursis?

Selon la RTBF, François Fornieri, CEO de Mithra (dont Marc Coucke est un des actionnaires) pourrait racheter les parts de Joris Ide (10,3%) dans Anderlecht. Il amènerait dans ses bagages son ami Lucien D’Onofrio, aujourd’hui à l’Antwerp, comme directeur technique. Ce qui placerait Frank Arnesen sur un siège éjectable. L’information a été formellement démentie tant par Marc Coucke que par François Fornieri: "Je démens formellement! C’est n’importe quoi", nous a indiqué ce dernier. Qui plus est, il est un fervent supporter du… Standard.

 


Lire également

Publicité
Publicité