Hugh Grosvenor, le plus beau parti d'Outre-Manche

Le fils de Gerald Grosvenor, décédé mardi à l’âge de 64 ans, devient le plus jeune milliardaire du pays.

C’est un garçon plein d’avenir. Mais il incarne aussi malgré lui un passé qui devrait être révolu. Au nom du mâle, Hugh Grosvenor, 25 ans, devient l’héritier direct de son père, au détriment de ses deux sœurs aînées, Lady Tamara, 36 ans, et Lady Edwina, 34 ans.

Ainsi le veut cette tradition anachronique de primogéniture, introduite après l’invasion des Normands, au XIe siècle. La plupart des familles royales européennes y ont pourtant renoncé. Même la monarchie britannique a fini par se mettre à la page, en 2011. Pour le duché de Westminster, créé en 1874 par la reine Victoria, il faudra encore attendre.

Hugh Grosvenor aura d’autres décisions à prendre à court-terme. En héritant d’une fortune de 9,35 milliards de livres (10,9 milliards d’euros), le 7e duc de Westminster devient en effet le plus jeune milliardaire du Royaume-Uni. Ce célibataire devra notamment gérer un patrimoine immobilier de 140 hectares en plein cœur de Londres, dans les quartiers huppés de Belgravia et de Mayfair.

Gerald Grosvenor, père de Hugh Grosvenor. ©Photo News

Son père avait lui-même hérité de la première fortune du pays, quoique criblée de dettes, en 1979, en succession paternelle.

Le portefeuille immobilier de Grosvenor Group comprend aussi une série d’immeubles de haut standing dans le monde entier, à Hong Kong, Shanghai, San Francisco, Stockholm, Tokyo, Vancouver, Washington, Édimbourg, Calgary ou encore Lyon. Hugh Grosvenor récupère également la demeure familiale de Heaton Hall, un somptueux château situé près de Chester, où il est né et a grandi.

Un profil ecolo-friendly

Le jeune aristocrate s’est préparé de longue date à cette succession en suivant des études adaptées, dans l’aménagement du territoire et dans la gestion immobilière. Il a déjà commencé à travailler dans le groupe familial, notamment à Wheatsheaf, une branche spécialisée dans l’agro-écologie. Il occupait dernièrement des fonctions d’account manager dans la start-up Bio-bean, qui fabrique des bio-carburants en recyclant des grains de café.

Le profil
  • 7e Duc de Westminster
  • Né le 25 janvier 1991
  • Célibataire
  • Etudie à Newcastle University & University of Oxford
  • Propriétaire de Grosvenor Group

Le profil de ce jeune milliardaire est assez différent de celui de son père, qui avait par exemple servi pendant près de quarante ans dans l’armée territoriale britannique. Le fils semble doté d’une vraie conscience environnementale et pourrait à cette fin exploiter la force de frappe de ce legs, qui fait de lui la 68e fortune mondiale selon le classement annuel de Forbes.

Rien n’indique pour l’instant qu’il compte se mettre en avant sur le plan médiatique, comme d’autres puissants philanthropes. Il a été très discret jusqu’à présent, ou simplement protégé des médias par des parents attentifs. Il a aussi eu la chance d’avoir des pare-feu comme les princes William et Harry, qui ont capté l’essentiel de l’attention des tabloïds depuis vingt ans.

Malgré les privilèges de son lignage, Hugh a été éduqué dans une certaine simplicité, comme l’indique sa scolarisation dans une école primaire publique de la campagne du Cheshire, au sud-est de Liverpool. Côté cour, sa mère est la marraine du Prince William, et la Reine Elizabeth était présente au mariage de sa grande sœur. Son excellente éducation lui permet d’être à la fois sensible aux valeurs terriennes et d’être à l’aise dans les salons. Plus que jamais, l’avenir lui appartient.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité