Hyphen Hyphen: l'heure HH, dansante et puissante

C’est une success story à la niçoise. Hyphen Hyphen, fer de lance de la pop française chantant en anglais, livre "HH", un deuxième album puissant, dansant et féministe. Portrait d’un jeune trio qui vise haut.

Santa, Line et Adam portent des marques sur les joues comme les supporters de foot. Deux traits épais sur chaque joue qu’ils dessinent eux-mêmes quand ils se présentent sous la bannière d’Hyphen Hyphen. À prononcer à l’anglaise tout comme leurs prénoms. C’est qu’ils sont anglophiles, ces Niçois. C’est au Phare du Kanaal, un bar et espace de coworking à Molenbeek qu’ils m’ont donné rendez-vous. Leur premier opus, "Times", sorti en 2015, leur a valu la Victoire de la musique de la meilleure révélation. Il fut rapidement disque d’or.

Avec "HH", qui sort aujourd’hui, Hyphen Hyphen vise au moins quatre fois plus, sans fake streaming… Car, du fake streaming, il y en a beaucoup, d’après eux, dans le rap game. Dès l’intro de leur deuxième album, on a l’impression que Hyphen Hyphen s’apprête à soulever les stades. "Take My Hand dit littéralement ce que nous tenions à faire ici. C’est un album plus frontal, assumé et sans compromis. Il n’a pas été créé pour la scène. Il existe en soi. C’est la différence avec le premier", dit Santa, la chanteuse.

French connection

Hyphen Hyphen sera en concert à Tournai le 27 juillet, le 25 août à Namur et le 25 octobre à Bruxelles. ©AFP

Hyphen Hyphen appartient à cette mouvance française qui s’exporte. Comme le groupe de french touch, Air, dans les studios duquel ils ont enregistré ce nouvel opus. Hyphen Hyphen écoutait Air et aussi Daft Punk quand ils étaient plus jeunes. "On a tous les trois vingt-cinq ans et on fait de la musique depuis nos dix-sept ans." Leur groupe est né au lycée et depuis les choses n’ont pas traîné.

La critique

L’énergie et la souplesse. Deux mots qui résument assez bien le nouvel album de Hyphen Hyphen. Avant d’entrer en studio, ils ont réécouté toute la R’n’B américaine des années 80 et beaucoup de hip-hop. Ce qui caractérise leurs nouvelles compos, c’est la recherche de la mélodie plus que celle du gimmick. C’est très produit mais pas sans émotion.

Parmi les onze titres, on pointe un incroyable morceau digne du plus pur UK house, "Be High With Me" et un hymne féministe et très #metoo, "Like Boys". "Le morceau qu’on a envie de chanter aux gros lourds", dit Santa.

Mais en chemin, après le premier album et la tournée qui suivit, leur batteur les a lâchés. "Cela s’est fait naturellement. Sur le premier album, on a poursuivi la folie du lycée où nous nous étions rencontrés, à Nice. Le batteur a pris ensuite du recul. Il a compris que ce n’était pas la vie qu’il souhaitait mener", explique Santa. "Et musicalement, nous n’avions plus les mêmes options", précise Adam, le claviériste.

 

Comme des éponges

Leurs influences musicales sont nombreuses et sans complexes. "On est comme des éponges. Pour les musiques mais aussi les images. La culture Instagram et l’instantanéité jouent un rôle également. Une fois qu’on a fini l’album, on s’est intéressés aux clips. On est très impliqués dans tout ce processus. On pense au projet dans sa globalité", assure Santa.

De la même façon qu’ils n’ont pas choisi un producteur extérieur pour cet album mais ont assuré eux-mêmes la réalisation de leur album, les trois Niçois ont assuré le montage de leurs clips et le graphisme de la pochette de "HH". "On n’avait pas l’argent au départ pour payer des graphistes, des monteurs, etc. Donc, on a appris à le faire. Et on a aimé ça", confie Line, la guitariste. Ce à quoi Santa ajoute une citation d’Hans Zimmer, le célèbre compositeur de musiques de films: "Nous pensons qu’il y a toujours une place pour l’amélioration." Des perfectionnistes, on vous dit.

Hyphen Hyphen - Like Boys

Hyphen Hyphen, "HH", Warner Music

En concert le 27 juillet au Festival Les Gens d’Ere à Tournai, le 25 août aux Solidarités à Namur et le 25 octobre à l’AB.

Le coach de Beyoncé

Santa travaille sa voix avec Guy Roche, le coach de Beyoncé. "Il peut me faire chanter durant huit heures tant qu’il n’a pas le bon vibe. Ce qui est intéressant aussi, c’est sa manière de produire les voix. Cela donne un son de pop américaine sans exagération."

L’esprit Côte d'Azur

De l’esprit de la Riviera Française, le trio pop-rock a surtout gardé la chaleur humaine et la simplicité du contact. Selon ses dires, cela lui permet de survivre dans la jungle parisienne où ils sont installés depuis plusieurs mois, pour faire le job.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content