Jennifer Newstead, du Patriot Act à Facebook

Yona Helaoua

Jennifer Newstead, la nouvelle responsable juridique de Facebook, a participé à l’élaboration de la loi de surveillance Patriot Act après les attentats du 11-Septembre. Son profil proche des républicains pourrait être utile au réseau social visé par plusieurs enquêtes.

De Washington à la Silicon Valley, il n’y a qu’un pas. Facebook a recruté sa nouvelle responsable juridique en la personne de Jennifer Newstead, une avocate de 49 ans qui a longtemps travaillé pour l’administration américaine. Fin 2017, elle avait été nommée par Donald Trump juriste en chef au Département d’État et fut la première femme à occuper ce poste. Jennifer Newstead remplace Colin Stretch, qui avait annoncé son départ l’an dernier. "Jennifer est une dirigeante chevronnée dont la perspective et l’expérience globales vont nous aider à remplir notre mission", a déclaré la numéro 2 de Facebook Sheryl Sandberg dans un communiqué.

Le profil
  • 1969 Naissance dans le New Jersey
  • 1991 Diplômée de Harvard
  • 2001 Participe à la création du "Patriot Act" au ministère de la Justice
  • 2017 Nommée par Donald Trump au Département d’État
  • 2019 Elle rejoint Facebook

Son recrutement a lieu au moment où Facebook est dans la tourmente. Le réseau social fait l’objet de plusieurs enquêtes sur la protection des données personnelles de ses utilisateurs après le scandale Cambridge Analytica. Elle est aussi accusée de mauvaise gestion dans le tri de ses contenus, notamment pour la diffusion de "fake news" durant la campagne d’influence de Moscou sur la présidentielle américaine de 2016. Le patron de Facebook lui-même, Mark Zuckerberg, est dans le viseur des enquêteurs fédéraux qui cherchent à le mettre face à ses responsabilités.

La nouvelle recrue de Facebook fait grincer des dents aux États-Unis. L’un des principaux faits d’armes de Jennifer Newstead est en effet d’avoir œuvré à la création en 2001 du Patriot Act et à son passage au Congrès après les attentats du 11-Septembre. Cette loi controversée a permis d’élargir les pouvoirs de surveillance (mise sur écoute, collecte de données personnelles) du gouvernement dans les enquêtes de terrorisme. Elle fut déclarée en partie anticonstitutionnelle en 2007 et amendée en 2015.

Vétéran de l’administration républicaine

  • Chez Facebook, Jennifer Newstead va travailler avec le directeur politique Joel Kaplan, un conservateur notoire qui a suscité la colère des employés après son soutien appuyé au juge Kavanaugh, accusé d’agressions sexuelles lors de sa confirmation à la Cour suprême.
  • En décembre 2017, 11 sénateurs  dont les candidats démocrates aux primaires Bernie Sanders, Kamala Harris, Elizabeth Warren et Kirsten Gillibrand -se sont opposés à la confirmation de Jennifer Newstead au ministère des Affaires étrangères.

Encore aujourd’hui, Facebook reçoit de nombreuses demandes liées au Patriot Act. Des agences de renseignement font usage de "lettres de sécurité nationale" (des sortes de mandats délivrés sans l’autorisation d’un juge) pour demander au réseau social de fournir certaines informations personnelles sur ses utilisateurs. "En tant que responsable juridique, Newstead sera dans une position unique pour soit bloquer, soit autoriser ces requêtes et son historique professionnel suggère qu’elle pourrait être mieux disposée à l’égard de ces demandes sécuritaires du gouvernement qu’à l’égard de la vie privée des utilisateurs", se méfie le site technologique The Verge.

Jennifer Newstead est née dans le New Jersey. Son père était militaire et sa mère originaire du Royaume-Uni. Diplômée de Harvard et de Yale, elle a une expérience aguerrie du secteur public. Elle travaille d’abord comme juriste à la cour d’appel de Washington puis à la Cour suprême. Après son passage au ministère de la Justice sous la présidence Bush au début des années 2000, elle rejoint la Maison-Blanche où elle côtoie Brett Kavanaugh, confirmé juge à la Cour suprême cet été. Après plusieurs années dans le privé, elle rejoint l’équipe Trump fin 2017. Son statut de vétéran de l’administration républicaine pourrait d’être une grande aide à Facebook, accusé par les conservateurs de rouler pour le Parti démocrate.

Lire également

Publicité
Publicité