Publicité
Publicité

Jochen Zeitz, président du directoire de Puma

Il traverse une mauvaise passe, avec la révélation de fraudes dans sa filiale grecque.

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas pour Jochen Zeitz. Sept jours après avoir été promu aux commandes de la nouvelle division baptisée "Sport et lifestyle" (style de vie) de sa maison-mère PPR, le patron de Puma a été contraint de révéler, qu’il allait poursuivre ses associés en Grèce qui se seraient rendus coupables "d’abus de confiance et de détournements pratiqués de façon systématique", pour une fraude qui pourrait coûter jusqu’à 130 millions d’euros.

Cette nouvelle tombe bien mal. Jochen Zeitz comptait en effet annoncer aujourd’hui les résultats trimestriels de Puma auréolé de son tout nouveau poste de la division "Sport et lifestyle" de PPR. Cette promotion est une nouvelle étape de choix dans la carrière de ce patron atypique de 47 ans qui a progressé dans le monde de l’entreprise encore plus rapidement que son sportif fétiche, Usain Bolt, sur les pistes d’athlétisme.

Ce fils de médecin, qui a longtemps joué pour l’équipe de foot américain de Mannheim, est entré chez Puma en 1990 au poste de responsable du marketing pour les chaussures, après un bref passage chez Colgate-Palmolive. Quelques mois plus tard, il se retrouvera propulsé à la tête du marketing et des ventes internationales avant d’être nommé en 1993… président du directoire. Il devient alors le plus jeune président d’une société cotée de l’histoire allemande et transforme une entreprise à la peine en une griffe branchée qui habille de nombreuses stars telles que Brad Pitt ou Madonna. Il invite aussi des créateurs comme Jil Sander et Alexander McQueen à lui dessiner des collections.

Son chiffre d’affaires, qui a atteint 2,4 milliards d’euros en 2009, augmente en moyenne de 20% par an. Le rachat du groupe par PPR en 2007 ne freinera pas le succès de Jochen Zeitz. Sa nomination récente va le contraindre toutefois à céder les affaires courantes de la gestion de son "félin" à un directeur adjoint, toujours pas nommé. Ce marathonien ne va en effet pas manquer de pain sur la planche dans les prochains mois. Le patron de PPR, François-Henri Pinault, souhaite que sa nouvelle division dégage rapidement plus de chiffre d’affaires que le luxe, où, autour de Gucci, Yves Saint Laurent ou encore Stella McCartney, le groupe a réalisé l’an dernier 3,4 milliards d’euros de ventes. Jochen Zeitz, qui aime les challenges, évitera cette fois-ci le marché grec…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés