John Giannandrea, un petit ponte de l'IA chez Apple

L’ex-Monsieur intelligence artificielle de Google, John Giannandrea, va diriger la stratégie IA et machine learning d’Apple. Suffisant pour permettre à la firme à la pomme de rattraper son retard?

Chez les géants américains de la tech comme dans le monde du foot, il n’y a pas de petit transfert. Apple  vient de nous le rappeler en débauchant, à coups de milliers de dollars, le chef de la division recherche et intelligence artificielle chez Google . John Giannandrea avait rejoint Google en 2010, lorsque la firme de Mountain View avait racheté la start-up Metaweb, spécialisée dans le web sémantique, dont il était le cofondateur et directeur technique.

À l’époque, il avait pris la direction de l’AI Lab, le premier laboratoire de Google consacré à l’intelligence artificielle. Il a contribué à l’intégration d’intelligence artificielle au sein de l’outil de recherche mais aussi dans Gmail ou encore Google Assistant. Il est également à l’origine de la technologie Knowledge Graph qui permet d’apporter des réponses directes aux requêtes plutôt que d’afficher une simple liste de liens.

Le profil
  • A 53 ans, John Giannandrea est originaire d’Ecosse. Il a fait ses études à l’université de Strathclyde.
  • Il a cofondé Tellme Networks, racheté par Microsoft en 2007
  • Metaweb, qu’il a cofondé avec Danny Hillis, a été racheté par Google en 2010 et est à l’origine de la technologie Knowledge Graph.
  • Après ce rachat, John Giannandrea avait pris la direction de l’AI Lab, le premier laboratoire de Google consacré à l’intelligence artificielle.

Pas d’apocalypse IA

Selon la presse américaine, c’est John Giannandrea lui-même qui aurait souhaité mettre fin à sa collaboration avec Google. Durant 8 ans, il a volontairement travaillé sous le radar, limitant au maximum ses apparitions publiques. Si l’on en sait peu sur lui, il est généralement décrit comme un optimiste ou un pragmatique. Lors d’une interview réalisée en septembre 2017 lors du TechCrunch Disrupt SF, il avait déclaré qu’il n’avait pas peur du développement de l’intelligence artificielle.

"Je pense qu’il y a beaucoup de battage médiatique autour de l’IA actuellement. Il y a trop de gens qui sont déraisonnablement inquiets", avait-il notamment déclaré. Plus loin, il affirmait même ne pas avoir peur de "l’apocalypse IA" annoncée. "Je m’oppose au battage médiatique et aux bruits que certains font", avait-il ajouté faisant peut-être référence aux propos alarmistes d’Elon Musk. Le patron de Tesla Motors  craint que la rivalité engendrée par l’intelligence artificielle n’aboutisse à une troisième guerre mondiale.

Une bonne nouvelle pour Apple

En matière d’intelligence artificielle, les analystes relèvent régulièrement le retard de la firme à la pomme. Bien sûr, Apple a développé sa propre IA dans Siri mais la distance qui le sépare du très populaire Alexa d’Amazon ou encore de l’assistant de Google reste importante. L’une des raisons souvent avancées pour expliquer ce retard est le fait qu’Apple a accès à moins de données que Google pour entraîner son intelligence artificielle.

John Giannandrea lors de son discours au TechCrunch Disrupt 2017, à San Francisco. "Je pense qu’il y a beaucoup de battage médiatique autour de l’IA", y avait-il déclaré. ©Bloomberg

John Giannandrea va diriger la division "machine learning et AI strategy". Il fera partie des seize cadres qui dépendent directement de Tim Cook. "Notre technologie doit être imprégnée des valeurs que nous chérissons tous. John partage notre engagement envers la protection de la vie privée et notre approche réfléchie alors que nous rendons les ordinateurs encore plus intelligents et plus personnels ", a commenté le patron d’Apple.

Du côté de Google, on minimise ce départ. John Giannandrea sera remplacé par Jeff Dean, qui reprend la division intelligence artificielle. Il est l’un des premiers employés de Google et est cofondateur de l’entité Google Brain. Jeff Dean a également contribué au développement de TensorFlow. Ben Gomes reprendra, lui, le développement de la recherche.

Pire qu’un enfant de 4 ans

Il y a quelques années, John Giannandrea avait comparé l’intelligence artificielle à un enfant de 4 ans.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content