Jony, libre de créer comme Steve Jobs

Ive est entré en 1992 chez Apple et gère sa propre équipe de designers depuis 1996. Son goût du design aura été frustré à l’époque où Apple avait décidé de faire des produits meilleur marché. Une tendance vite abandonnée.

Comme pour beaucoup de designers, l’histoire de Jonathan "Jony" Ive commence par une passion pour le dessin. "Je n’étais pas vraiment sûr du nom que l’on donnait à cette activité, mais quand j’avais 7 ou 8 ans, je savais que j’adorais le dessin et la création, et que le dessin était au service de la création", confiait-il ainsi en mars dernier à "How to spend it", le magazine lifestyle du "Financial Times".

De l’argent, il en faudra pour acquérir l’une de ses dernières créations. La version or de l’Apple Watch se vend à 4.500 dollars, la plus chère des montres de la marque à la pomme atteignant même 17.000 dollars.

Sir Jonathan Paul "Jony" Ive jouit d’une grande reconnaissance dans son pays d’origine. En 2004, il est élu "personnalité culturelle britannique la plus influente". En janvier 2012, il est même anobli par la reine et est promu chevalier commandeur de l’ordre de l’Empire britannique

Il semble en tout cas que cette dernière salve de produits lui offre une consécration supplémentaire au sein de la société à la plus grande capitalisation boursière de tous les temps. Jonathan Ive devient en effet chief designer officer d’Apple, une promotion qui devrait lui permettre de se concentrer pleinement sur le design, plutôt que de s’occuper de tâches managériales.

"À bien des égards, le nouveau rôle de Jony se rapproche de celui que tenait Steve Jobs chez Apple. Avec des tâches du quotidien remises à des équipes capables, Jony a maintenant davantage de temps pour se concentrer sur le Big Picture (NDLR, vue d’ensemble)", a ainsi répondu à Bloomberg, l’analyste indépendant Neil Cybart, du site spécialisé Above Avalon.

Fan du crayon

Rejoindre une compagnie IT n’était pourtant pas une évidence pour Jonathan Ive qui, à l’école d’Art, ne jurait que par le crayon. Ami proche de Steve Jobs, il fait partie des fondamentaux de la marque de Cupertino.

Toujours anxieux

Selon un article publié par le magazine "New Yorker", Jony Ive aurait confié être profondément fatigué et toujours anxieux à l’idée de savoir qu’une centaine de milliers d’employés d’Apple dépendaient de ses décisions, de son goût et qu’une décision inopinée de départ à la retraite de sa part tendrait une embuscade aux actionnaires d’Apple.

Une tendance sectorielle alors que le design dans les produits high-tech et de luxe est plus qu’essentiel, il l’est l’essence même de la réussite de nombreux best-sellers.

Chez Apple, d’ailleurs, la culture du design domine. C’était la volonté de Steve Jobs et c’est une réalité qui survit au CEO emblématique, notamment à travers Jonathan Ive.

C’est cette culture du design qui a donné à Apple son statut car l’entreprise n’était pas la première à sortir des lecteurs MP3 avec ses iPod, elle n’est pas non plus la première à sortir des smartwatches, pourtant c’est un événement et le design au sens large du terme est une pierre angulaire de tout nouveau produit "brandé" Apple.

Tout doit avoir un sens, une utilité, être à sa place, bien conçu. C’est ce design poussé à l’extrême du produit jusqu’à l’emballage qui fait le succès de ce type de produit. Les casques du rappeur Dr. Dre ont opté pour la même voie. Ce n’est donc pas pour rien si Apple a mis la main au portefeuille pour acquérir une société qui marchait sur ses plates-bandes.

Design story

Jonathan Ive est entré en 1992 chez Apple et gère sa propre équipe de designers depuis 1996. Son goût aigu du design aura été frustré à l’époque où Apple avait décidé de faire des produits meilleur marché.

Luc Donckerwolke, le designer belge à succès qui a développé la dernière "concept car" de Bentley, la GT, est un ami de Jonathan Ive. Ce dernier l’aurait même aidé à mener à bien ce projet, selon des propos recueillis par "The Telegraph"

Mais Ive a bien fait de ronger son frein car le retour de Steve Jobs en 1998 consacrera une fois pour toutes sa spécialité au sein de la société. La suite c’est Macintosh, iPod, iPhone… Une success story ou plutôt une design story.

[Suivez Benjamin Everaert sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité