Kay Ivey, la conservatrice anti-avortement

La gouverneure républicaine de l’Alabama doit apposer sa signature à une loi interdisant l’avortement dans cet État. Loin d’être terminée, la bataille pourrait aller jusqu’à la Cour suprême.

La loi la plus restrictive des États-Unis en matière d’avortement est sur son bureau, et elle a six jours pour la signer. Mercredi 15 mai, tous les regards étaient tournés vers Kay Ivey, la gouverneure de l’Alabama. Cet État du Sud, l’un des plus conservateurs du pays, vient d’adopter un texte interdisant l’avortement, sauf en cas de danger pour la vie de la mère. Les médecins pratiquant la procédure risquent 99 ans de prison.

Avant l’Alabama, une douzaine d’États républicains ont proposé ou voté des restrictions à l’avortement. Le Kentucky, le Mississippi, l’Ohio et la Géorgie ont adopté des textes interdisant la procédure dès qu’un battement de cœur de fœtus est détecté, soit à environ six semaines de grossesse.

Le profil
Le profil
  • 15 octobre 1944: Elle naît à Camden, dans l’Alabama.
  • 2003: Elle devient secrétaire du Trésor de l’Alabama.
  • 2010: Elle est élue vice-gouverneure de l’Alabama et réélue en 2014.
  • Avril 2017: Elle devient gouverneure après la démission de Robert Bentley.
  • Novembre 2018: Elle est élue à son tour gouverneure de l’Alabama.

Bataille judiciaire

L’objectif est le même partout: déclencher une bataille judiciaire qui remonte jusqu’à la Cour suprême américaine. Les anti-avortement souhaitent en effet voir les neuf juges se pencher à nouveau sur Roe v. Wade, un arrêt de 1973 qui a légalisé l’avortement au niveau fédéral. Et ils ont bon espoir de voir cette décision renversée maintenant que la Cour est à majorité conservatrice.

Les législateurs en Alabama ont rejeté un amendement proposant d’autoriser tout de même l’avortement en cas de viol ou d’inceste. Une telle concession, expliquent-ils, aurait réduit leur espoir de créer une loi permettant véritablement de défier Roe v. Wade. "Il s’agit de s’attaquer à la question qui a servi de base à Roe v. Wade: est-ce que ce bébé dans l’utérus est une personne?", a détaillé Terri Collins, la représentante locale à l’origine du projet de loi.

Protectrice du passé esclavagiste du Sud

Kay Ivey a signé un texte interdisant de détruire des monuments ou de renommer des rues existant depuis plus de 40 ans, une manière de protéger les monuments à la gloire des confédérés sudistes esclavagistes.

Pour la peine de mort

En mai 2017, Kay Ivey a signé une loi accélérant les procédures d’appel des condamnés à mort et les exécutions, ainsi qu’une loi autorisant les agences d’adoption à refuser de confier des enfants à des parents homosexuels.

Kay Ivey, deuxième femme gouverneure de l’Alabama, signera-t-elle la loi malgré l’absence de cet amendement? Les élus républicains locaux pensent que oui et ont de toute façon le nombre de voix suffisant pour contrer un éventuel veto. La porte-parole de Kay Ivey affirmait cette semaine qu’elle attendrait d’avoir pris connaissance de la totalité du texte avant de s’exprimer. Mais le suspense est bien maigre puisque cette politicienne de 74 ans, bien qu’elle fût un temps démocrate, est ouvertement opposée à l’avortement.

Soutien de Brett Kavanaugh

Durant sa campagne en mai 2018, l’association "pro-vie" Susan B. Anthony List avait annoncé son soutien à Kay Ivey, une ancienne banquière et prof de lycée originaire d’un village rural, pour la primaire républicaine locale. "Elle se battra pour protéger les enfants à naître et leurs mères et pour que les contribuables de l’Alabama n’aient rien à voir avec le business de l’avortement", avait affirmé le groupe. "En tant que gouverneur, je défendrai toujours la vie à venir, et ce dès la conception, et je défendrai ceux qui ne sont pas capables de se défendre tout seuls", avait répondu la candidate.

Cet été, elle a publiquement soutenu la candidature du conservateur Brett Kavanaugh à la Cour suprême. Or c’est ce dernier qui a fait basculer la Cour du côté conservateur, et qui est devenu le cauchemar des défenseurs du droit des femmes à avorter.

Lire également

Publicité
Publicité