Khadja Nin | Des marches plus engagées

©Photo News

La chanteuse burundaise a été sélectionnée dans un jury très féminin du Festival de Cannes pour son engagement aux côtés de l’Unicef notamment.

Une petite dose d’engagement dans le glamour et les paillettes? C’est un peu l’impression laissée, il y a quelques jours, par l’annonce de la composition du jury des longs-métrages au 71e Festival de Cannes. Présidé par Cate Blanchett, aux côtés des Kristen Stewart, Léa Seydoux, Denis Villeneuve ou encore Robert Guédigian, on y a découvert, non sans une certaine surprise, la présence de Khadja Nin, seule personnalité "non-cinéma" de ce jury.

Davantage que pour sa discographie très nineties, c’est pour son engagement que l’artiste d’origine burundaise a été choisie. Et que cet engagement a toujours cours.

CV express
  • 1959: Naissance le 27 juin à Ruvyagira, au Burundi.
  • 1992: Sortie de son premier album, "Khadja Nin".
  • 1994: Sortie de son deuxième album, "Ya Pili".
  • 1996: "Sambolera Mayi Son" est un tube de l’été, notamment en France où il accompagne une pub pour le café Malongo.
  • 1998: Sortie de son dernier album studio, "Ya".
  • 2000: Sur la scène de Bercy à Paris avec Sting.
  • 2006: Mariage avec Jacky Ickx.
  • 2015: S’engage dans la protestation contre le troisième mandat et le régime répressif du président burundais Pierre Nkurunziza.
  • 2018: Présente aux funérailles de Winnie Mandela. Membre du jury du 71e Festival de Cannes.

Dès 1998, à la sortie de "Ya", son troisième album, Khadja Nin expliquait ainsi dans une interview pour RFI Musique le pourquoi de sa collaboration avec l’Unicef. "J’ai eu la chance d’être contactée par l’Unicef pour essayer d’aider mon pays, particulièrement les enfants, avec mes petits moyens. Je ne suis pas une travailleuse de terrain, je sers plutôt d’amplificateur auprès des médias."

Sur disque aussi, le propos est le même.

Toujours dans cette interview, à propos de sa reprise de Sting – "Russians" – sur cet album: "C’est un titre magnifique, que j’essaye de restituer à ma façon, mais avec la même force que lui. Mes arrangements sont inspirés des maîtres tambours du Burundi. Quant au texte, j’ai effectivement voulu l’adapter. ‘Dam Ya Salaam’, qui veut dire ‘le sang du salut’, ne parle plus des Russes mais de l’Irak, sous le coup, lui aussi, d’un embargo."

La cause des mères

Vingt ans plus tard, le discours de celle qui avait Nelson Mandela pour modèle reste bien d’actualité. Comme les thèmes sur lesquels elle chantait le plus souvent. Celui des mères, par exemple, notamment dans "Mama", texte évoquant la sienne, et mis en images dans un clip réalisé par Jeanne Moreau.

Née à Ruvyagira au Burundi le 27 juin 1959, fille d’un ancien ministre de l’intérieur, Jeanine Rema, ou Khadja Nin de son nom d’artiste, est la petite dernière d’une famille de huit enfants. Elle chante déjà dans les années 70. Part étudier à Kinshasa en 1975, arrive à Paris 5 ans plus tard puis s’installe en Belgique. Elle vit aujourd’hui entre Monaco et le Mali, avec Jacky Ickx, épousé en 2006.

Mais c’est donc en 1994 qu’on la découvre, avec l’album "Ya Pili", sur lequel figure "Sambolera mayi son", qui deviendra un tube au fil des mois. Une chanson qui donne le ton d’un métissage, entre pop, Afrique et influences latinos.

Les musiques sont alors signées Nicolas Fiszman (qu’on a entendu aux côtés de Philippe Catherine, Maurane, Henri Salvador), mais aussi Kevin Mulligan (Maurane également, Chamfort…), Marc Moulin ou encore Viktor Lazlo. Les textes sont en swahili et en kirundi, la langue de son pays (dans laquelle "Khadja Nin" veut d’ailleurs dire "petite Jeanine").

Passée par la troupe des Enfoirés, cette Ambassadrice de Bonne Volonté de l’Unicef s’est engagée dans des campagnes de vaccination, de lutte contre la famine, ou pour la scolarisation, notamment des filles. En 2016, la Ligue des Femmes Africaines lui décernait le Prix de l’Action Féminine.

Alors oui, on ne causera pas que paillettes et glamour, cette année à Cannes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content