L'ex-conseiller John Bolton raconte les transgressions de Trump

"Je ne pense pas qu'il soit apte à la fonction", déclare l'ex-conseiller John Bolton à propos de Donald Trump. ©AFP

John Bolton raconte comment le président américain aurait demandé l'aide de la Chine pour se faire réélire. Le livre à paraître de cet ex-conseiller de Trump fait trembler la Maison-Blanche.

John Bolton était chargé de la sécurité nationale américaine de 2018 à 2019. C'était l'un des conseillers les plus influents de Donald Trump. Les deux hommes n'étaient pas sur la même longueur d'onde sur la gestion de nombreux dossiers et leur collaboration s'était arrêtée en septembre. Le conseiller dit avoir démissionné, son président prétend l'avoir limogé.

Le profil
  • Né en 1948
  • Diplômé en droit de Yale, il est avocat de profession
  • Il a travaillé dans l'administration de Ronald Reagan et de  George H. W. Bush
  • Il était conseiller à la sécurité nationale sous Trump d'avril 2018 à septembre 2019.

Le moustachu Bolton, défenseur de l’invasion de l’Irak en 2003, est depuis longtemps connu pour ses positions très dures, voire belliqueuses. Il avait  plaidé pour des bombardements préventifs sur les sites nucléaires supposés iraniens. Il s'était montré hostile à la main tendue de Donald Trump au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Par sa position, il en savait, des choses sur les coulisses de la politique, cet ancien ambassadeur des États-Unis à l'ONU.

Il raconte tout ça dans un livre: transgressions dans la politique étrangère, chaos à la Maison-Blanche...  Et "The Room Where It Happened, A White House Memoir", qui doit être publié mardi prochain 23 juin, fait déjà bien peur à l'entourage du président.

Objectif: gagner les élections

Plusieurs extraits explosifs sont déjà parus dans la presse. Selon Joe Biden, le livre montre que le président a "vendu les Américains pour protéger son avenir politique". 

"Il ne raconte que des conneries"

D'après John Bolton, les responsables de l'administration Trump oscillent entre inquiétude et moqueriesMike Pompeo lui aurait glissé un mot lors du sommet historique entre le président américain  et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un en 2018. Le mot disait: "Il ne raconte que des conneries." Plusieurs poids lourds du gouvernement, dont le chef de la diplomatie, auraient envisagé de démissionner.

 "Je n'ai pas lu le livre, mais selon les extraits publiés, John Bolton répand de nombreux mensonges, qu'il s'agisse de demi-vérités bien enrobées ou carrément de contre-vérités", a estimé Pompeo.

Que raconte Bolton? Il parle de manoeuvres de Trump pour tenter de se faire réélire. Le président aurait cherché l'aide de la Chine pour cela: en marge d'un sommet du G20 à Osaka, il aurait plaidé pour que Xi Jinping "fasse en sorte qu'il l'emporte", insistant sur l'importance de "l'augmentation des achats chinois de soja et de blé sur le résultat de l'élection". La Chine a répondu ce jeudi n'avoir aucunement l'intention d'interférer dans les élections américaines de novembre.

L'ancien chargé de la sécurité nationale avance également que le président aurait encouragé la Chine à poursuivre la détention d'Ouïgours dans des camps. En guise de démenti, suite à la diffusion de cet extrait, Donald Trump a signé une proposition de loi appelant à des sanctions contre la répression que mène la Chine contre la minorité musulmane de la province du Xinjiang...

"Mensonges et fausses histoires"

Les phrases

Avant la publication des bonnes feuilles, une phrase du livre de Bolton avait été communiquée aux médias, pour donner le ton:

"J'ai du mal à trouver une seule décision importante de Trump, pendant la durée de mes fonctions, qui n'ait pas été guidée par un calcul en vue de sa réélection", écrit l'ex-conseiller du président.

Et dans un extrait d'entretien qu'il a accordé à la chaîne ABC, qui sera diffusé en intégralité ce week-end, Bolton déclare: "Je ne pense pas qu'il soit apte à la fonction. Je ne pense pas qu'il ait les compétences pour exercer ce poste."

Bolton revient aussi sur l'affaire ukrainienne. Le Président des États-Unis avait été mis en accusation pour "abus de pouvoir", pour avoir conditionné une aide militaire à l'Ukraine à l'annonce, par Kiev, d'enquêtes sur son futur adversaire démocrate à l'élection de novembre, Joe Biden. Mais le Sénat, contrôlé par les républicains, l'a finalement acquitté en début d'année. Le faucon républicain explique que lui-même, Mike Pompeo et le ministre de la Défense Mark Esper auraient tenté à de nombreuses reprises de convaincre Trump de débloquer l'aide. Du pain bénit pour les démocrates... 

Celui-ci, dans son style tout personnel, a qualifié, sur Twitter, Bolton de "dingue" et d'"incompétent", affirmant que le livre n'était qu'un tissu de "mensonges et de fausses histoires". Plus classiquement, l'administration Trump a lancé une action en justice pour tenter de bloquer la parution de cet ouvrage qui apparaît bien dangereux pour le président.

Le livre paraîtra-t-il?

La parution de "The Room Where It Happened, A White House Memoir" (La pièce où c’est arrivé, Mémoires de la Maison-Blanche) est prévue le 23 juin. Les commandes placent déjà l'ouvrage numéro 1 sur Amazon. Mais ce livre fait l'objet d'une action en justice pour en bloquer la publication. "Il a enfreint la loi", en diffusant des informations "très confidentielles", selon Donald Trump. Déposée auprès d'un tribunal fédéral, la plainte se base sur le fait que John Bolton n'a pas fait approuver son manuscrit en amont. Bolton aurait accepté de faire relire son texte aurait annoncé sa parution sans attendre la fin du processus de relecture.

L'éditeur, Simon & Schuster, assure, lui, que l'auteur a bien coopéré avec la présidence pour amender son manuscrit initial en tenant compte de ses "inquiétudes". Mais il invoque déjà le premier amendement de la Constitution américaine, qui consacre la liberté d'expression.

Lire également

Publicité
Publicité