La marque Markle fait des vagues à Buckingham

Si le Prince Harry (35 ans) et sa femme Meghan Markle (38 ans) veulent réellement devenir financièrement indépendants de la maison royale britannique, la "marque" Meghan Markle aura un rôle important à jouer.

Meghan est l’ultime "influenceuse": la star exploite intelligemment son image et sa notoriété sur internet pour pousser ses fans à dépenser. Le compte Instagram qu’elle partage avec le prince Harry compte plus de 10 millions de "followers". Elle est belle, authentique, et son histoire fascine: une femme modeste d’origine afro-américaine qui a bien gagné sa vie en tant qu’actrice et qui, suite à un coup de foudre avec le prince Harry, s’est retrouvée au sein de la très rigide famille royale britannique. 

Elizabeth II s'accorde avec Harry et Meghan sur une "période de transition"

La reine Elizabeth II et la famille royale se sont accordés ce lundi sur une "période de transition" permettant au prince Harry et à son épouse Meghan de se mettre en retrait, pendant laquelle ils vivront entre le Royaume-Uni et le Canada, a-t-elle annoncé dans un communiqué.

La souveraine de 93 ans dit "soutenir entièrement" le choix du couple princier et a demandé que les décisions finales soient trouvées "dans les jours qui viennent", soulignant qu'il restait "du travail à accomplir" sur ces questions "complexes", est-il précisé.

Suite à leur décision de mettre fin en partie à leur statut de membres actifs de la famille royale – principalement pour éviter la presse tabloïde – Meghan et Harry doivent trouver le moyen de gagner leur vie. Les Sussex sont une marque forte. Mais c’est surtout l’univers de la mode qui attend avec impatience "l’opportunité" de collaborer avec Markle. Selon l’agence de marketing Brand Finance, Meghan Markle vaudrait 150 millions de dollars pour les marques. 

Placement de produits 

Selon le tabloïd The Sun, les premières discussions seraient déjà en cours entre Markle et la maison de mode française Givenchy. Et ce n’est pas une surprise. Meghan portait une des robes de la marque pour son mariage en 2018 et elle a souvent porté des vêtements de la maison de couture Givenchy, dirigée par la styliste britannique Clare Waight Keller.

"Les conflits d’intérêts sont trop importants. Si Meghan Markle négocie avec Givenchy, elle le fera avec son titre d’altesse royale, car en dehors de ce titre, elle n’a pas grand-chose à proposer. Mais ce titre implique qu’elle fasse toujours partie de la famille royale, qui est financée par les contribuables britanniques".
Lia van Bekhoven
Journaliste à Londres

Si l’on en croit le site internet spécialisé "Business of Fashion", le mariage princier a rapporté 2,9 millions d’euros à Givenchy sous forme de clics et de commentaires. Lors de la soirée qui a suivi la cérémonie, Meghan portait un vêtement de la créatrice britannique Stella McCartney, représentant l’équivalent de 2 millions de dollars de marketing en ligne.

L’an dernier, Lyst, une plate-forme digitale spécialisée dans la mode, a nommée Meghan Markle "personnalité la plus influente": aucune star ne génère avec ses toilettes autant de recherches sur internet. Markle porte aussi bien des vêtements de grandes marques que de marques indépendantes, avec une constante, à savoir que les pièces se vendent comme des petits pains dès lors qu’elle les a portées.

Conflit d'intérêts 

Jusqu’à présent, Markle ne pouvait en profiter. Vu que la famille royale ne peut recevoir de "cadeaux, gratifications et services", elle ne pouvait accepter des vêtements gratuits ou se faire payer pour promouvoir certains produits. Et c’est ce qui fait la force de la marque Markle: elle ne choisit jamais un vêtement parce qu’elle est payée pour le porter. Désormais, elle devra marcher sur la corde raide. Harry et Meghan peuvent-ils continuer à utiliser les attributs royaux, comme ils prétendent vouloir le faire, et au même moment accepter des contrats commerciaux?

©AFP

La journaliste Lia van Bekhoven, qui vit et travaille à Londres depuis plusieurs dizaines d’années, ne le pense pas: "Les conflits d’intérêts sont trop importants. Si Meghan Markle négocie avec Givenchy, elle le fera avec son titre d’altesse Royale, car en dehors de ce titre, elle n’a pas grand-chose à proposer. Mais ce titre implique qu’elle fasse toujours partie de la famille royale, qui est financée par les contribuables britanniques". 

Van Bekhoven explique que même si le couple souhaite donner des conférences payantes sur des thèmes comme les droits humains ou travailler pour des œuvres caritatives, ce ne sera pas possible s’il continue à faire partie de la famille royale. "Ces sujets peuvent très facilement devenir ‘politiques’ pour Buckingham Palace. Le couple devra donc inévitablement couper le cordon. Comme l’ont fait avec succès les enfants de la princesse Anne. Ils gagnent leur vie et ont renoncé à leur titre de noblesse."

Un couple à la marque déposée 

©AFP

L’an dernier, Harry et Meghan ont créé leur propre site internet – "The Sussex Royals" – ce qui renforce les rumeurs indiquant qu’ils préparaient leur départ depuis plusieurs mois. En juin, plus de 100 produits – allant de chaussettes à des marque-pages – ont obtenu une licence. Mais la vente de chaussettes et de "mugs" ne sera probablement pas suffisante.

Ils peuvent aussi s’inspirer des Obama, avec lesquels ils entretiennent des liens chaleureux. Ces derniers ont réussi à monnayer leur notoriété avec des produits liés à un engagement sociétal. Et l’ancien couple présidentiel a perçu de la maison d’édition Penguin 65 millions de dollars pour leurs mémoires respectifs et a conclu un contrat – dont le montant n’a pas été communiqué – avec Netflix pour des séries et des films produits par Higher Ground, la société de production des époux Obama.

Parmi les autres possibilités, on peut imaginer que le couple crée une marque "life style". En tant qu’actrice, Markle gérait un blog à succès – The TIG – entre autres sur la mode, les voyages et la méditation. Elle présentait également ses produits préférés tels que des bougies parfumées et des sacs à main. Mais la marque Meghan Markle risque de perdre de la valeur si elle ne peut plus se présenter comme "duchesse".

Patrimoine

La fortune du prince Harry est estimée à près de 30 millions de livres sterling (35 millions d’euros). A 38 ans, Meghan Markle aurait gagné 3,5 millions de livres en tant qu’actrice. Ce n’est pas rien, mais insuffisant pour maintenir le niveau de vie du couple. Un point délicat est le coût énorme de leur sécurité, assurée par la police de Londres. Le couple a l’intention de partager son temps entre le Canada – où il espère vivre dans un relatif anonymat – et le Royaume-Uni.

Cornouailles

5% des revenus du couple proviennent directement des contribuables britanniques via le "Sovereign Grant", un montant auquel ils ont décidé de renoncer. Le solde est financé par le prince Charles via les revenus du Duché des Cornouailles. On ne connaît pas le montant versé à Meghan et Harry, mais uniquement le total perçu par les deux princes William et Harry et leurs épouses en 2018, soit 4,9 millions de livres sterling. Harry et Meghan ont déclaré qu’ils comptaient sur ces allocations, mais celles-ci sont devenues incertaines si l’on se base sur les réactions furieuses provoquées par leur annonce soudaine.

Moqueries

Meghan Markle divise. Le fait qu’elle plaide pour la durabilité d’une part, mais voyage en avion privé d’autre part fait d’elle l’objet de railleries. Mais avec son image progressiste et féministe, elle est connectée avec un public jeune et cosmopolite, très intéressant au niveau commercial.

Réunion de crise

L’annonce de leur intention de couper partiellement les ponts a pris de court la famille royale. La reine, le prince héritier Charles et les princes William et Harry étaient invités ce lundi à une réunion de crise dont l’objectif était de trouver rapidement une solution. Quant à Meghan, elle est rentrée au Canada.

 

Lire également

Publicité
Publicité