La multiplication des pains... d'épices

Une entreprise familiale de Lebbeke s’est hissée sur le podium européen. Il est vrai que Vondelmolen mitonne, depuis 150 ans, un produit typique de chez nous: ce bon vieux pain d’épices.

Au milieu de la fabrique de pains d’épices Vondelmolen à Lebbeke, entre Bruxelles et Gand, un cercle est peint au sol, dont le diamètre correspond exactement à la base du moulin à vent en pierres qui s’élevait ici il y a un siècle. Une forme d’hommage rendu par la famille Borms, cinquième et sixième générations confondues, à leurs ancêtres qui avaient lancé l’activité dans cette bourgade voisine de Termonde il y a juste 150 ans. À l’époque, on y produisait de l’huile végétale. Ce n’est qu’au tournant du XXe siècle que les Borms ont commencé à y cuire des produits de boulangerie et des spéculoos. Quant à la préparation de pains d’épices, le produit phare de l’entreprise, elle remonte à la fin de la Première Guerre mondiale. Depuis, la société Vondelmolen, qui tire son nom du moulin originel et du Vondelbeek sur les rives duquel il avait été érigé, n’a cessé de grandir en multipliant les pains... d’épices, bien sûr. "Aujourd’hui, nous proposons 200 recettes différentes, souligne Jan Borms, le propriétaire actuel. Toutes sortes de goûts pour toutes sortes de clients."

Les points clés
  • Fondation en 1867
  • 7.000 tonnes de pain d’épices produites annuellement
  • 90 collaborateurs
  • Entreprise dirigée aujourd’hui par la 5e génération de la famille Borms
  • Numéro un belge et trois européen
  • Exportations dans les pays limitrophes, en Espagne, Italie et au Japon
  • Croissance de 25% sur les trois dernières années
  • Plus de 200 produits

La marque floquée d’un moulin stylisé est réputée. "J’ai 58 ans, raconte Jean Eylenbosch, le président de la fédération alimentaire Fevia. Le pain d’épices Vondelmolen faisait partie de mon enfance: l’image du moulin à vent avait nourri mon imaginaire." Pour fêter ses 150 ans, la firme a reçu mardi la visite du roi Philippe, cornaqué par les pontes de la Fevia. "Un grand honneur pour notre entreprise qui fait de son mieux, chaque jour, pour être en mesure de vivre 150 ans de plus", note Jan Borms. Âgé de 48 ans, l’homme dirige la société avec son neveu, Jef Dierckxsens, qui pilote la production, et avec l’aide d’un CEO extérieur, Benoît De Rijck. Il tient à conserver l’indépendance de cette société familiale. Raison pour laquelle il réinvestit systématiquement ses profits dans son développement. "Comme l’ont fait mes parents avant moi", précise-t-il.

N°3 européen

Vondelmolen est le premier fabricant de pain d’épices belge et le n°3 européen. Il produit 7.000 tonnes de pain d’épices par an et emploie quelque 90 personnes. Il exporte 60% de sa production, essentiellement dans les pays voisins, mais aussi en Espagne, en Italie et au Japon. "Sur les trois dernières années, nous avons enregistré une croissance de 25%, tant en volume qu’en chiffre d’affaires", dit Jan Borms sans vouloir préciser la hauteur de ce dernier. Sur la base des derniers comptes publiés, on l’évaluera à environ 7 millions d’euros.

©FEBIA

"C’est une belle entreprise familiale qui a une longue tradition et qui offre un produit typiquement belge, commente Jean Eylenbosch. C’est un de nos fleurons à l’exportation: ses produits sont très appréciés à l’étranger, comme la bière, le chocolat et les 26 autres secteurs de l’industrie agroalimentaire belge."

À l’achat à l’étranger?

L’entreprise a aussi crû par acquisitions. Elle a repris Couque Dinant en 1984 et la boulangerie bruxelloise Smets Lido quatre ans plus tard. Elle a rapatrié toute l’activité sur son site unique de Lebbeke. Ce qui ne signifie pas qu’à terme, elle n’ouvrirait pas une fabrique ailleurs. "Il n’est pas exclu qu’on acquière une entreprise à l’avenir, en Belgique ou à l’étranger, afin d’élargir nos capacités", lâche Jan Borms. "Nous faisons les meilleurs pains d’épices, affirme-t-il. Ce qui nous caractérise? L’honnêteté et l’excellence. Nous produisons avec passion." Un sacré atout.

Concurrence

"Notre principal concurrent au niveau européen est le groupe Lotus Bakeries et sa filiale néerlandaise Peijnenburg, indique Jan Borms. Mails ils travaillent sur la base de recettes différentes, de sorte que les produits ne sont pas entièrement comparables."

Avenir

"Mes parents et moi, nous avons toujours œuvré dans l’intérêt de l’entreprise avant tout, explique Jan Borms. L’objectif est bien entendu de conserver sa propriété dans la famille à l’avenir."

Lire également

Publicité
Publicité