Le budget flamand dans les mains d'un nationaliste pur et dur... mais jovial

Matthias Diependaele devient ministre du Budget, des Finances et du Logement en Flandre. ©BELGA

C’est comme si son destin avait été prédéfini… Le nouveau ministre du Budget flamand est fils et petit-fils de militants Volksunie et il a sympathisé avec Francken & Cie durant ses études.

Matthias Diependaele devient l’un des hommes forts du nouveau gouvernement flamand puisqu’il se voit attribuer de gros portefeuilles: les Finances, le Budget et le Logement. En tant que gardien des deniers flamands, il sera incontournable.

On le connaît peu du côté sud de la frontière linguistique mais l’étiquette qu’on lui colle en Flandre suffit à cerner ce nationaliste de 40 ans: bon soldat du parti et bête de somme… Engagé et travailleur. Sa motivation pour ses couleurs est en effet depuis longtemps éprouvée. Et sa généalogie parle pour lui: papa et grand-papa étaient membres de la Volksunie. Le grand-père, Renaat Diependaele, fut même sénateur.

La Flandre a une très forte tradition d’équilibre budgétaire et nous devons la respecter.
Matthias Diependaele

C’est ainsi qu’à l’adolescence, Matthias Diependaele était déjà actif dans le mouvement flamand. Il a étudié à la KULeuven. C’est alors qu’il a décroché un job d’étudiants au café bien connu Onder Den Toren, ou De Jomme pour les intimes, à l’ombre de l’église Sainte-Gertrude. Il y a croisé pour la première fois de futurs ténors de la N-VA, dont Theo Francken… Rapidement, il s’est engagé et a pris des responsabilités chez les Jeunes N-VA. Pour le diplôme, c’est une licence en droit qu’il a décrochée, ce qui lui a permis de devenir collaborateur de l’eurodéputé N-VA Frieda Brepoels.

Ensuite? Tout était tracé. En 2009, il était élu pour la première fois au Parlement flamand. Il y devint chef de groupe en 2013. Après les élections de 2014, il a été reconduit dans cette fonction. Il a donc eu à gérer tous les grands dossiers de la suédoise du nord précédente: contournement routier d’Anvers, la réforme de l’État…

Les conditions économiques changeantes et le ralentissement de la croissance justifient de passer au rouge pour un moment.
Matthias Diependaele

Ce père de deux enfants s’est fait remarquer en tant qu’ardent défenseur de l’orthodoxie budgétaire. Alors, se voir confier un budget promis au rouge, ça a dû titiller cet homme que ses collègues de la N-VA décrivent comme "jovial" et "down to earth". Il a déjà annoncé la couleur: "La Flandre a une très forte tradition d’équilibre budgétaire et nous devons la respecter", a-t-il insisté sur Radio 1, alors qu’on sait que le nord du pays va se permettre d’attendre 2021 pour renouer avec l’équilibre.

Il a justifié la brèche en argumentant qu'"un gouvernement d’investissement est nécessaire. Les conditions économiques changeantes et le ralentissement de la croissance justifient de passer au rouge pour un moment."

Avec ses nouvelles attributions, il va devoir revoir ses projet. Suite aux dernières élections communales, il était devenu échevin à Zottegem, en Flandre Orientale. Il était censé reprendre l’écharpe mayorale en 2021…

Lire également

Publicité
Publicité