Le plombier des compagnies aériennes

©via Bloomberg

Dès le 1er mars, Christoph Mueller devrait quitter Aer Lingus pour prendre les rênes de Malaysia Airlines. Une compagnie en difficultés financières et à l’image écornée par une disparition et un crash spectaculaires en 2014.

Aer Lingus a annoncé que son CEO, l’Allemand Christoph Mueller, quitterait la compagnie aérienne irlandaise plus tôt que prévu: le 28 février prochain, au lieu du mois de mai, en dépit du gros dossier de rachat de l’entreprise par le groupe IAG (British Airways/Iberia). Temporairement, ce sera le président du conseil d’administration, Colin Barrington, qui exercera ses fonctions à compter du 1er mars.

Peut-être est-ce parce qu’il y a péril en la demeure à Kuala-Lumpur. En effet, le 4 décembre dernier, Mueller a été nommé CEO de la nouvelle Malaysia Airlines System (New MAS) qui doit débuter officiellement ses opérations le 1er juillet 2015. Le plus tôt l’Allemand sera à plein-temps à la MAS, le mieux ce sera. Car la compagnie vit des heures très difficiles.

Né le 17 décembre 1961 à Wuppertal

1989/1999 Analyste à la Lufthansa, directeur financier à Deutsche Airbus puis à Daimler Benz Aerospace. Puis retour chez Lufthansa et passage ensuite chez Lufthansa Consulting

Décembre 1999/2001 COO puis CEO de la Sabena et enfin de DAT avant la création de SNBA

2002/2006 CFO de DHL Express, puis membre en 2004 du comité exécutif de Deutsche Post

2006/2009 CFO en charge de l’aviation et de la centrale d’achat du groupe TUI

Septembre 2009 CEO d’Aer Lingus

4 décembre 2014 Choisi pour devenir le futur CEO de Malaysia Airlines System (MAS)

Depuis quelques années déjà, elle souffre de la concurrence du transporteur low cost malaisien AirAsia, y compris sur long-courrier, mais en plus d’une restructuration indispensable, elle a vécu une année 2014 "horribilis" avec, tout d’abord, la disparition toujours inexpliquée du Boeing 777 du vol MH370; avec, ensuite, la destruction en vol d’un autre 777 (vol MH17) au-dessus de l’Ukraine. Deux événements qui ont fait 537 victimes et qui ont détourné la clientèle de la compagnie.

Ex-Sabena

Christoph Mueller pourra-t-il faire aussi bien chez New MAS que chez Aer Lingus? Nommé en septembre 2009, dans des conditions économiques difficiles, il a redressé la compagnie déficitaire en un an, tout en créant un nouveau modèle pouvant rivaliser à la fois avec les low cost et les compagnies de réseaux et en résistant aux assauts (y compris boursiers) de sa compatriote Ryanair. Aujourd’hui, Aer Lingus est en passe d’être rachetée à un très bon prix par le groupe IAG, encore une performance à mettre sur le compte de Mueller.

Christoph Mueller (53 ans) est titulaire de MBA de l’université de Cologne et d’Harvard Business School et a commencé à la comptabilité chez Shipyard Cologne-Deutz, avant de passer deux ans à la Lufthansa, puis chez Deutsche Airbus et Daimler-Benz. En 1994, il revient à la Lufthansa où il est promis à un bel avenir, mais en 1999, il quitte la compagnie pour rejoindre la Sabena, trop tard, toutefois, pour la sauver de la faillite.

Jusqu’à un passé récent, Christoph Mueller avait encore sa maison dans les faubourgs de Bruxelles.Si son expérience à la Sabena ne lui a pas laissé que de bons souvenirs, en revanche, il était tombé amoureux de la Belgique et de ses habitants. "C’est vraiment un pays où j’aime revenir", a-t-il toujours proclamé.

Choix hasardeux

Lorsque Christoph Mueller a débarqué à la Sabena fin 1999, tout le monde se demandait quelle mouche avait piqué cet homme si brillant au destin aussi bien tracé à la Lufthansa. Après avoir mis son nez sérieusement dans les comptes de la compagnie belge, Mueller a dû convenir que son choix avait été hasardeux. "Je ne savais pas que la situation était aussi grave", nous confiera-t-il un jour.

En 2002, il devient CFO de DHL, puis membre du comité exécutif de Deutsche Post au moment du rachat de DHL par Deutsche Post. En 2006, Mueller prend la responsabilité de la flotte aérienne du groupe TUI, position occupée jusqu’à sa nomination à la tête d’Aer Lingus.

C’est donc maintenant un sacré défi qui attend Christoph Mueller. L’actionnaire majoritaire Khazanah Nasional Berhad a clairement défini la mission: le retour aux bénéfices en trois ans. Des décisions ont déjà été prises, comme la sortie de Bourse le 31 décembre dernier ou le début des mises à pied: L’enveloppe de 20.000 employés doit être amputée de 30% et les économies sont de rigueur. Au troisième trimestre, la perte était encore de 163 millions de dollars.

MAS doit faire face à la concurrence d’AirAsia et de Lion’s Air, mais aussi de transporteurs de qualité, tels Singapore Airlines, Thai, sans oublier des compagnies du Golfe.

Mais surtout, Mueller devra manœuvrer habilement pour se démarquer de toute influence gouvernementale. Comme souvent en Asie, le politique est très présent dans les compagnies. Mais après tout, Mueller n’avait-il pas connu cela à la Sabena?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés