Le porte-drapeau de l'athlétisme belge

L'homme aux manettes du Mémorial Van Damme depuis 1977.

On dit de lui que rien ne le prédestinait à gérer des événements sportifs. Wilfried Meert est pourtant aux manettes du Mémorial Van Damme depuis 1977. Aujourd’hui même, il organise la 39e édition d’un événement dans lequel il est impliqué depuis ses débuts.

L’heure est cruciale pour son meeting de cœur qui est menacé en raison de la destruction prévue du stade roi Baudoin. Ses équipes, de concert avec la Ville de Bruxelles, ont d’ailleurs lancé mercredi une invitation aux ministres des Sports et au monde de l’athlétisme belge pour trouver une solution pour l’avenir de cette épreuve annuelle de l’athlétisme mondial.

Un classique de l’athlétisme mondial

Il faut dire que le Mémorial Van Damme a accompagné Wilfried Meert pendant une majeure partie de sa carrière. Journalistes à "Het Laatste Nieuws" dans les années 70, il est devenu assez proche d’Ivo Van Damme, un athlète qui rêvait que l’on en fasse davantage pour son sport en Belgique. "Il revenait sans cesse avec ça, si bien qu’on lui a dit un jour: Ivo si tu cours bien à Montréal, l’année prochaine on monte un meeting à Bruxelles", a-t-il confié au début des années 2000 au journal "Les Sports".

  • Né à Ternat en 1945, il fait ses classes en latin-grec avant de devenir journaliste sportif en 1970 pour Het Laatste Nieuws, où il couvre de nombreuses disciplines sportives jusqu’à l’athlétisme.
  • En 1977, il organise de concert avec plusieurs autres journalistes le premier Mémorial Van Damme.
  • En 1987, il devient secrétaire général de la Ligue royale belge d’athlétisme et est resté aux commandes du Mémorial depuis.

La suite est connue, le jeune athlète Ivo Van Damme gagne deux médailles d’argent au Canada sur le 800 et le 1.500 et décède quelques semaines plus tard. L’émotion est vive et le nom du meeting sera tout trouvé. Un succès de foule, alors que de nombreux Belges veulent célébrer un athlète décédé trop tôt, à 22 ans. Wilfried Meert et sa bande décident de réitérer l’événement les années qui suivent. Un Mémorial qui se marquera donc dans la durée et qui connaîtra un succès récurrent d’année en année. En 1987, il range définitivement sa casquette de journaliste et devient secrétaire de Ligue belge d’athlétisme. Parallèlement, il continue à organiser le Mémorial. Ce qui l’oblige à parcourir le monde notamment pour s’assurer de la présence des grands noms lors du meeting bruxellois. Sous son leadership, le Mémorial deviendra l’un des classiques de l’athlétisme mondial.

Lors de l’édition de 2004, Wilfried Meert parie avec le chanteur Helmut Lotti que si la Russe Yelena Isinbayeva bat le record du Monde de saut à la perche, il devra venir chanter l’hymne russe à la tribune. Avec 4,92 mètres, le record est battu et Helmut Lotti s’exécutera au Heysel.

Et le passionné d’hier, l’est toujours aujourd’hui. "Il ne vous l’a pas dit, mais il me l’a bien annoncé: Justin Gatlin a comme objectif le 9.69 secondes de Tyson Gay sur 100 m. Il veut finir sa saison en décrochant le record des états-Unis, sur cette piste du Mémorial qui lui réussit bien", a-t-il dit, sourire aux lèvres, devant la presse ce jeudi, à la veille du dernier meeting Diamond League de la saison. "Comme finalement il tentera le doublé 100 m-200 m comme l’année dernière (NDLR, à la suite du forfait d’Usain Bolt), nous avons un petit peu changé l’horaire pour qu’il ait 1 h 05 environ entre ses deux courses. C’est même un petit peu plus que l’année dernière", rigolait-il.

Survie du Heysel ?

Il était accompagné de son nouveau bras droit, Cedric Van Branteghem, ancienne star belge du 400 mètres. Les années suivantes seront prépondérantes pour les deux hommes pour sauver la création d’une vie.

Chair de poule

En 2008, quelques jours à peine après avoir gagné le relais 4x100 mètres aux JO de Pékin, Kim Gevaert met un terme à sa carrière de la plus belle des manières, en gagnant le 100 mètres du Mémorial. "Il s’en est suivi une longue ovation de tout le stade roi Baudouin qui me donne encore la chair de poule", a confié Wilfried Meert à "Brussels Life".

Première interview

Quand il a commencé à couvrir l’athlétisme, Wilfried Meert rencontre, au hasard d’un meeting junior, un jeune coureur encore inconnu. "Comme souvent, les athlètes se souviennent de leurs premières interviews. J’ai été un des premiers à avoir jamais interviewé Ivo Van Damme. Il l’a toujours retenu", confie-t-il au journal "Les Sports" en 2002.

Wilfried Meert annonçait d’ailleurs que les autorités semblent promettre de trouver une solution pour le Mémorial Van Damme. "Nous devenons lentement un peu plus optimistes par rapport au stade roi Baudouin, car il semble qu’il pourrait être conservé et rénové", indique Wilfried Meert.

Les autorités envisageraient donc d’abandonner l’idée de détruire le stade en 2020, mais pourraient se diriger vers une rénovation "avec une limitation de sa capacité, de 50.000 places actuellement à 40.000-45.000, ce qui serait parfait si un jour la Belgique veut organiser des championnats d’Europe d’athlétisme", conclut Wilfried Meert.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité