Luciano Benetton, un grand sentimental haut en couleur

Le grand entrepreneur italien qui, en seulement quelques décennies, a su bâtir un empire commercial allant de la mode aux infrastructures, n’a jamais caché ses sentiments ou ménagé ses mots. à 82 ans, il reprend les rênes de son groupe qu’il juge mal géré.

"Il s’agit pour moi d’une douleur intolérable" a-t-il expliqué au quotidien italien La Repubblica, en évoquant la crise qui met aujourd’hui en péril le groupe de vêtements éponyme qu’il a cofondé en 1965.

Et c’est en affichant l’énergie farouche, la sincérité désarmante et l’inépuisable vigueur d’esprit qui l’ont toujours accompagné, qu’il vient d’annoncer, à 82 ans, son retour à la tête de l’entreprise qui a marqué le début de son succès.

Emblème

La famille Benetton est l’emblème même de cet entrepreneuriat familial italien qui, parti de rien, représente désormais l’épine dorsale de l’économie de la péninsule. Luciano est l’enfant de la Vénétie, aujourd’hui l’une des plus riches régions d’Europe, mais qui à l’époque de son enfance léchait, dans une sombre pauvreté générale, les blessures de la Seconde Guerre mondiale. Quand son père – qui gagnait sa vie en louant des vélos et des voitures – décède, Luciano est contraint de quitter l’école et de commencer à travailler pour subvenir aux besoins de la famille.

Le profil

  • 1935: Naissance à Trévise.
  • 1965: Avec ses frères et sa sœur, il donne naissance aux activités du Groupe Benetton.
  • 1992 à 1994: Il est sénateur du Parti républicain italien.
  • 2008: Il laisse la gestion de son entreprise de mode United Colors of Benetton (155 millions d’euros d’actifs et un réseau mondial de magasins) à des managers extérieurs à la famille.
  • Novembre 2017: Il annonce son retour à la tête de son empire de mode.

Les photos de cette période dévoilent le visage d’un enfant, puis d’un jeune homme sérieux, un peu triste mais jamais désenchanté. Il a, en effet, le don du rêve. Et l’énergie pour réaliser la vision qui se profile déjà dans son esprit.

Avec sa sœur Giuliana – qui, à 80 ans, est aujourd’hui prête à reprendre en main avec lui l’entreprise familiale – et ses frères Gilberto et Carlo, il crée un empire de la mode.

Il saisit immédiatement l’importance des réseaux de franchise et inonde ainsi le monde de ses pulls multicolores, ses robes bariolées, ses inimitables tricots.

Un style et un empire

Dans une Italie encore quelque peu provinciale mais goûtant déjà à l’élan du miracle économique de l’après-guerre, Luciano comprend que pour réussir il faut oser.

Il invente – soutenu par des campagnes publicitaires très audacieuses et parfois controversées – le "style Benetton". Un univers cosmopolite et joyeux qui prône le métissage culturel, l’égalité entre les hommes et les femmes, l’acceptation de toutes les différences.

Luciano voyage, s’enrichit, devient un mécène des arts. Le regard boudeur de l’enfance laisse place à l’ironie lumineuse qui pétille, encore aujourd’hui, dans ses yeux clairs. Son entreprise se transforme en un groupe d’environ 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires, qui opère dans le monde entier dans le secteur des autoroutes, des aéroports, de la restauration ou encore de l’immobilier.

En 2008, il décide de confier la gestion du segment mode à des managers externes à la famille. Ce sont les "erreurs incompréhensibles" de ces derniers et les 81 millions d’euros de passif de 2016 (le chiffre d’affaires pour la même année est de 1,38 milliard d’euro) qui le poussent à reprendre les rênes en main. Pour sauver ses employés et préserver intactes les couleurs du rêve de son enfance.

Le choc des photos

En 1982, Luciano Benetton et le photographe Oliviero Toscani lancent une collaboration qui fait des étincelles dans le monde de la mode. La marque italienne sera désormais associée à des images parfois choquantes qui introduisent une dimension politique et un regard vigoureusement anticonformiste dans le secteur.

Le pull-over jaune

Luciano a vingt ans quand sa sœur crée un pull sur mesure pour lui. Il est jaune vif. Une nouveauté absolue dans un temps et une terre habitués aux tonalités sombres. Luciano comprend immédiatement que les couleurs deviendront l’élément distinctif de ses créations à venir.

Les Jeux olympiques de Rome

Le style éclectique et l’ambition internationale de Luciano prennent forme en 1960. Il assiste aux Jeux olympiques de Rome et goûte pour la première fois à la force d’une foule métissée et d’un monde sans frontières. Une "émotion inimaginable" pour le jeune issu d’une région encore renfermée sur elle-même.

Lire également

Publicité
Publicité