Luisa Neubauer, l'activiste du climat attaque l'Allemagne

©REUTERS

Luisa Neubauer, 23 ans, activiste du climat, s’est associée à une plainte devant la Cour constitutionnelle de Karlsruhe contre le gouvernement fédéral pour son manque d’action face au défi climatique.

Les activistes pour le climat ont lancé mercredi en Allemagne une nouvelle offensive contre la politique climatique du gouvernement allemand, accusé de faire trop peu pour le climat. Plusieurs ONG, dont Germanwatch, Greepeace, Bund ou Deutsche Umwelthilfe, ont saisi la Cour constitutionnelle de Karlsruhe, pour tenter d’infléchir une politique jugée trop favorable à l’industrie automobile. Luisa Neubauer, devenue l’icône allemande de Friday for Future, fait elle aussi partie des plaignants, à titre individuel. "Cette plainte est la suite logique de ce qui s’est passé l’an dernier dans les rues allemandes", estime la jeune étudiante en géographie.

Le profil
  • 1996: naissance à Hambourg.
  • 2015: entame des études de géographie à Göttingen, après avoir obtenu une bourse de la Fondation Heinrich-Böll, proche des Verts.
  • Depuis 2016: membre de plusieurs organisations de défense du climat.
  • 2018: auteure d’une lettre ouverte au gouvernement allemand pour dénoncer le projet du groupe énergétique RWE de raser la forêt de Hambach, près de la Belgique.
  • Décembre 2018: rencontre Greta Thunberg lors du sommet mondial pour le climat de Katowitce en Pologne.
  • Janvier 2019: à l’initiative du lancement des grèves de lycéens en Allemagne.

Les plaignants réclament des mesures plus radicales pour sauver le climat, notamment l’instauration d’une limitation de vitesse sur les autoroutes, la fermeture immédiate des centrales à charbon, prévue pour 2038, la construction de logements neutres en CO2, l’interdiction des chauffages à fioul ou au gaz… "Il ne s’agit plus des générations futures, mais aussi de notre génération et de notre vie", justifie la jeune activiste qui estime que la politique climatique du gouvernement Merkel "entrave la liberté des jeunes, ce qui n’est pas compatible avec la Loi fondamentale (la constitution allemande)". Les plaignants et leurs avocats invoquent l’article 2 de la Loi fondamentale qui stipule que "chacun a droit à la vie et à l’intégrité physique". Ils s’appuient sur une décision de la Cour suprême néerlandaise de décembre 2019, qui a ordonné à l’État néerlandais de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% par rapport au niveau de 1990.

La "Greta allemande"

Blonde aux yeux noisette, bonnet vissé sur la tête, Luisa Neubauer est souvent appelée la "Greta Thunberg allemande". Sa forte présence dans les médias est parfois contestée au sein du mouvement qui, comme les Verts à leurs débuts, a du mal à se doter de représentants. "Elle nous a donné ce que la presse cherchait, concède le magazine Stern: un visage, de préférence intelligent, de préférence séduisant, de préférence féminin… Et elle a donné aux politiques ce qu’ils cherchaient: un opposant avec qui parler d’égal à égal." "Elle n’a pas froid aux yeux!", poursuit le magazine. En avril dernier, elle prend la parole face à une salle bondée, lors de la conférence de presse de résultats du géant allemand de l’électricité RWE. Dehors, une foule en colère proteste contre les centrales à charbon de RWE. Luisa, invitée par la direction, apostrophe les actionnaires: "Ce que le monde fait à la planète sera un jour décrit comme la pire erreur politique de notre temps. Le fait que vous gagniez de l’argent avec cette destruction évitable est un énorme scandale." Quelques supporters applaudissent. Le gros des actionnaires proteste bruyamment.

Semaine de 60 heures

Visage du mouvement Friday for Future en Allemagne, Luisa Neubauer a été reçue par Barack Obama, a rencontré Emmanuel Macron et quantité de représentants du gouvernement allemand. Infatigable, elle travaille 50 à 60 heures par semaine pour sa "mission", reçoit plus de 300 mails par jour et compte plus de 30.000 followers sur Instagram ou Twitter. C’est elle qui a lancé le mouvement Friday for Future en Allemagne, en janvier 2019, après avoir rencontré Greta Thunberg lors du sommet de Katowice en Pologne. Le mouvement compte aujourd’hui plus de 250 groupements dans le pays.

Rhétorique familiale

Luisa Neubauer dit avoir appris la rhétorique lors des dîners familiaux: "J’ai trois grands frères et sœurs qui disent franchement ce qu’ils pensent. Pour en placer une, il faut être concis et précis!" Son modèle? Sa grand-mère, fondatrice d’un mouvement de défense de l’environnement de Hambourg.

"Non" à Siemens

Elle vient de refuser le poste de membre du conseil de surveillance de Siemens, proposé par le patron du groupe Joe Kaeser. Elle préfère continuer à protester contre la décision du groupe d’honorer le contrat signé en Australie pour participer à la construction d’une centrale à charbon contestée.

 

Lire également

Publicité
Publicité