Manu Van Hecke, le père abbé de Westvleteren face aux marchands du temple

Échaudés par les manœuvres de la grande distribution pour vendre leur trappiste, les moines de l’abbaye St-Sixte de Westvleteren s’apprêtent à modifier leur système de distribution. Sous l’égide de leur père abbé.

La mise en vente, l’an dernier par l’enseigne néerlandaise Jan Linders, de 300 casiers de trappiste Westvleteren a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Retirés dans leur monastère du fond du Westhoek, les moines de l’abbaye St-Sixte ont décidé de réagir. D’abord en estant en justice. Ensuite en étudiant une révision du système de distribution. À la fin de la semaine, ils dévoileront comment ils comptent mieux parer les ventes au marché noir de leur nectar houblonné.

Le père abbé Manu Van Hecke est sans nul doute l’un des instigateurs de ce nouveau virage. Ce philosophe et théologien entré presque par accident dans la vie monastique tient depuis plus de vingt ans les rênes de l’abbaye de Westvleteren. Il a déjà pu démontrer à quelques reprises que prière et recueillement d’une part, esprit de décision de l’autre n’étaient pas antinomiques.

Un bref passage dans l’abbaye St-Sixte aura suffi à chambouler la vie de Manu Van Hecke. Nous sommes à l’aube des années 80. Après avoir grandi à Sint-Laureins, en Flandre orientale, il étudie la philosophie et la théologie à Courtrai, Louvain et Bruges, avant de se tourner vers l’enseignement.

Le profil
Le profil
  • 1er septembre 1951: naissance du futur père abbé Manu Van Hecke
  • Études: Philosophie et théologie à Courtrai, Louvain et Bruges
  • 1981: après quelques années d’enseignement, il entame sa vie monastique à l’abbaye St-Sixte
  • 1990: Manu Van Hecke est ordonné prêtre
  • 1996: Il devient le 7e père abbé de l’abbaye St-Sixte
  • 2011: Il organise une vente en grande surface pour financer des travaux de rénovation à l’abbaye

Féru de débats d’idée, il s’implique dans le mouvement Chrétiens pour le socialisme. "Quelque chose me disait que je devais habiter parmi les moins favorisés et travailler en usine. Pour moi, les trappistes de Westvleteren se trouvaient de l’autre côté du spectre: ils vivaient retirés du monde", raconte-t-il en 2014 au Tijd.

Un séjour de quelques jours au monastère de Westvleteren lui fait changer d’avis. Il est séduit par la vie monacale. En 1981, il saute le pas et entre définitivement au monastère. Quinze ans plus tard, le voilà père abbé, en quelque sorte le "CEO" de l’abbaye. Une fonction à la fois gratifiante et exigeante.

Une figure d’autorité

"En tant qu’abbé, on est non seulement un père mais aussi une figure d’autorité. C’est une fonction porteuse de solitude, expliquait-il au Tijd en 2014. Dans une abbaye, de nombreuses questions sont soumises au chapitre des frères. Mais nous ne sommes pas une démocratie. Quand le père abbé a toutes les informations nécessaires, il doit trancher, de préférence en consensus avec le groupe."

Un hôte encombrant

Soucieuse de discrétion et de silence, l’abbaye St-Sixte de Westvleteren s’est fait au début de la décennie une publicité dont elle se serait bien passée. C’est là que Roger Vangheluwe, l’ex-évêque de Bruges prié de démissionner en avril 2010 pour des faits de pédophilie, s’est retiré, suscitant la grogne dans la communauté trappiste. Il n’y séjournera que quatre mois avant de s’en aller, contraint et forcé.

Michael Jackson, le déclencheur

Si l’abbaye St-Sixte de Westvleteren est connue partout dans le monde, c’est à Michael Jackson qu’elle le doit. Pas le chanteur, mais le gourou britannique de la bière, qui a élu en 2005 la Westvleteren XII meilleure bière du monde. Suscitant ainsi une ruée sans précédent vers le petit patelin ouest-flamand.

Le père Manu assume, par exemple, la décision des moines de St-Sixte d’héberger l’ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, objet d’un opprobre collectif suite à la mise au jour de faits de pédophilie à l’encontre d’un neveu (voir l’encadré ci-contre).

"L’accueil est une tradition ici, depuis le XIXe siècle. Mais dans le cas de Mgr Vangheluwe, la question était très délicate. Beaucoup de gens me demandent encore maintenant si, a posteriori, j’aurais fait la même chose. Mais il n’y a pas d’a posteriori", explique Manu Van Hecke.

C’est le père abbé qui doit également donner l’impulsion d’une extension de la production de bière. Ce n’est pas à l’ordre du jour. L’abbaye St-Sixte s’en tient à ses quelque 5.000 hectolitres par an.

La seule entorse à cette ligne de conduite a été opérée en 2011. Pour financer la réfection du cloître du monastère, le père abbé a accepté de vendre en grande surface un surplus de 93.000 coffrets de six bières Westvleteren 12. Un succès foudroyant: les coffrets ont trouvé preneur en quelques jours. Preuve, s’il en est, qu’un relèvement de la capacité de production, même non souhaité, est en tout cas possible…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité