Marcel Boekhoorn, ce milliardaire batave qui achète Hema

©ANP

La reprise de la chaîne de magasins néerlandaise Hema, fortement implantée en Belgique, se concrétise enfin. Ramphastos Investments, aux mains du Batave Marcel Boekhoorn, reprend le groupe de distribution pour un montant non dévoilé.

En mal d’un repreneur depuis huit ans et après plusieurs tentatives de vente infructueuses, dont celle au fonds d’investissement belge Core Equity qui a capoté en mai dernier, le groupe de distribution néerlandais Hema fondé en 1926, tombe aux mains de Ramphastos Investments dirigée par l’homme d’affaires en vue Marcel Boekhoorn.

L’opération a pourtant des allures de pari pour cet homme aguerri au business de haut vol. Hema croule en effet sous un endettement étouffant après une expansion internationale effrénée lui permettant aujourd’hui d’opérer dans dix pays avec 750 magasins. Sans compter que "pour repartir du bon pied, Hema va devoir résoudre le conflit ouvert avec ses magasins en franchise et se focaliser à l’étranger sur ses marchés les plus prometteurs comme la France", avertit Albert Top, expert du commerce de détail auprès du consultant Crossmarks.

Mais l’homme d’affaires batave a le goût du risque. Il a ainsi confié au magazine Quote que seuls deux investissements sur dix génèrent du cash. "Pour remporter le gros lot, il faut savoir prendre des risques."

Le profil
  • 1959: Naissance à Nimègue
  • 2000: Rachat du zoo Ouwehands de Rhenen où se trouve son bureau à côté des cages aux gorilles.
  • 2003-2004: Principal investisseur du club de football NEC de Nimègue.
  • 2004: Revente pour 1,2 milliard d’euros de Telfort à KPN.
  • 2007-2012: Financement du quotidien gratuit De Pers de son lancement à sa fermeture.
  • 2012: Reprise du High Tech Campus d’Eindhoven pour 450 millions d’euros à Philips.

Bernard Tapie à sa manière

Devenu milliardaire avec une fortune estimée à 1,5 milliard de dollars et à la tête d’un large portefeuille d’investissement dans une trentaine de sociétés de renom, Marcel Boekhoorn n’en est pas à son coup d’essai en reprenant Hema. Au cours des années suivant la fondation de sa société d’investissement en 1994, Marcel Boekhoorn, qui n’a qu’un certificat d’aptitude professionnelle en poche, a multiplié ventes et acquisitions de nombreuses entreprises avec succès.

Sorte de Bernard Tapie à sa manière, il rachète parfois des sociétés mal en point pour les revendre au prix fort. Mais l’homme d’affaires s’intéresse avant tout à des entreprises exploitant des niches susceptibles d’intéresser les leaders du secteur. C’est avec un coup d’éclat de ce genre qu’il a propulsé sa fortune au point de compter parmi les dix hommes les plus riches des Pays-Bas.

Solide réputation

Marcel Boekhoorn est propriétaire d'un zoo, pour lequel il a emprunté deux pandas au gouvernement chinois. Coût du prêt: 1 million d'euros pour 15 ans. ©ANP

Il acquiert ainsi en 2004 l’opérateur de téléphonie mobile Telfort pour 300 millions d’euros pour le revendre neuf mois plus tard à KPN  pour 1,2 milliard d’euros. Avant cela, ce fan de foot s’illustre sur la scène du business international en cédant la chaîne de boulangeries néerlandaise Bart Bakker à l’allemand Kamps. Et recommence avec le spécialiste des peintures par pulvérisation Moti Dupli vendu au britannique Intermediate Capital Group  . Même chose avec l’opérateur de télécommunication Novaxess que Ramphastos Investments revend à Easynet.

Jouissant d’une solide réputation malgré son éclectisme – il est propriétaire d’un zoo et producteur de films – Marcel Boekhoorn siège entre autres au conseil de surveillance de la société allemande cotée Aap Implantate  (implants médicaux). Parmi ses conseillers figure notamment Cees van der Hoeven, ancien patron d’Ahold  .

Concernant Hema, Marcel Boekhoorn a des ambitions de taille: "Hema est une marque iconique avec des chances de succès à l’international et des possibilités de croissance aux Pays-Bas. Je veux en faire une marque mondiale."

Partager pour mieux recevoir

Un de ses principes: c’est seulement en partageant l’argent avec son personnel que l’on peut multiplier les chances de succès d’en gagner plus.

Des pandas pour son zoo

En 2015, en la présence du Président chinois et du roi Willem Alexander, Marcel Boekhoorn signe un contrat de prêt sur 15 ans de deux pandas géants pour le zoo Ouwehands dont il est propriétaire, moyennant le paiement de 1 million d’euros par an à la Chine.

Des larmes pour le crocodile

L’achat pour son zoo d’une espèce rare de crocodile blanc à Taïwan s’est révélé une supercherie dans les grandes largeurs lorsque l’animal s’est décoloré avec la pluie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content