Publicité

Marcia De Wachter, la banquière devenue entrepreneuse

©BELGA

Marcia De Wachter, la "banquière centrale", débute une nouvelle carrière en tant qu’entrepreneuse.

C’est une carrière de trois décennies à la Banque nationale de Belgique (BNB) qui s’est achevée mercredi pour celle qui a soufflé ses 65 bougies le 9 octobre dernier. Le 14 octobre, deuxième sur la liste CD&V à Overijse, elle a été élue lors des élections communales (avec 263 voix de préférence, ce qui n’est pas énorme).

Mais elle va surtout se lancer dans une carrière d’entrepreneuse. Elle a créé récemment sa société Brain@Trust. Celle-ci a pour objet social la  consultance  et le conseil en management (avec des apports en matière de psychologie, domaine qui l’a toujours fascinée), l’exercice de mandat d’administrateur ou encore la participation à des débats et conférences. Dans le Tijd, elle a récemment indiqué qu’elle avait toujours rêvé d’entreprendre, soulignant que ses grands-parents étaient les brasseurs de la bière Vedett.

En 2006, Marcia De Wachter a déclaré que les dépôts des épargnants étaient mieux protégés au sein d’une banque que dans une compagnie d’assurance. Beau tollé chez les assureurs.

À la BNB, cette détentrice d’une maîtrise en sciences économiques appliquées de l’université d’Anvers et d’un master of arts in economics de Chicago a toujours été considérée comme la "protégée" de l’ancien gouverneur, Alfons Verplaetse, étiqueté CD&V. Il est vrai que ce n’est pas vraiment banal de voir une porte-parole accéder par la suite au rang de directeur et même de vice-gouverneur de la Banque. Elle avait été ensuite "rétrogradée" au poste de directrice pour des raisons d’équilibre politique au sein du comité de direction (ce qu’elle n’a jamais vraiment digéré).

De Wachter n’a pas la langue en poche. En tant que directrice au sein de la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA), elle avait été placée "sous surveillance" en 2006 après des propos tenus dans la presse. Elle avait déclaré que les dépôts des épargnants étaient mieux protégés au sein d’une banque que dans une compagnie d’assurance. Beau tollé chez les assureurs, on s’en doute.

C’est aussi une adepte du réseau Twitter. On a pu s’en rendre compte cette semaine où elle a commenté de manière assez rude le fait qu’il n’y aurait plus aucune femme au sein du comité de direction de la BNB. Elle l’avoue d’ailleurs, au fil du temps, elle est devenue de plus en plus féministe.

Marcia De Wachter dans les couloirs de la BNB. ©Kristof Vadino

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité