Mark Rutte en route vers un troisième mandat

Après avoir fait de la lutte contre le populisme son principal thème de campagne, Mark Rutte est en pole position pour remporter les élections de demain aux Pays-Bas pour la troisième fois consécutive.

Comme Winston Churchill ou Margaret Thatcher, Mark Rutte est un politicien à la dent dure. Embrassant de grandes causes comme ses héros politiques, le Premier ministre a fait de la montée en puissance des idées de l’extrême droite populiste son principal cheval de bataille lors de la campagne pour les élections législatives de demain aux Pays-Bas.

"Les Pays-Bas peuvent arrêter l’effet domino qui guette la France, l’Allemagne et l’Italie." Ses mots semblent avoir marqué les esprits. En passe de devenir Premier ministre des Pays-Bas pour la troisième fois consécutive, son parti libéral se profile comme le vainqueur des élections législatives de mercredi.

Mais sa méfiance vis-à-vis du parti de la liberté de Geert Wilders, tenant du mouvement populiste anti-islam et anti-européen aux Pays-Bas, remonte à bien plus loin. "Je ferai tout pour réduire votre parti à néant. Vous êtes un politicien qui se débine." Une phrase prononcée par Mark Rutte à son encontre voici déjà plusieurs années.

Le profil
  • Né en 1967 à La Haye.
  • 1988-1991: Président du mouvement des jeunes du parti libéral (VVD).
  • 1992-2002: Diplôme d’histoire. Employé chez Unilever où il deviendra directeur du personnel.
  • 2002: Entrée dans la vie politique à titre professionnel au sein du VVD.
  • 2006: Chef politique et tête de liste du parti libéral.
  • 2010-2017: Premier ministre après la victoire de son parti aux élections législatives.

Alors que Mark Rutte devient en 2010, à 43 ans, le plus jeune "minister president" des Pays-Bas, le PVV avec qui il s’allie dans la coalition gouvernementale avec les chrétiens démocrates, "gâche la fête". Geert Wilders fait tomber prématurément son gouvernement en 2011.

"Des réformes importantes vont être menées aux Pays-Bas", avait pourtant promis à l’époque Mark Rutte – plutôt connu comme un pantouflard dans la vie privée.

Afin de rattraper le temps perdu après les élections anticipées de 2012, il enclenche une stratégie au "bulldozer" pour remettre le pays en ordre de marche aux côtés des travaillistes. Depuis, des coupes claires dans les dépenses publiques ont assaini les finances publiques (équilibre budgétaire en 2017). Le royaume a aussi connu en 2016 la croissance la plus forte de ces neuf dernières années.

©HH

Cet homme, né le jour de la Saint-Valentin mais célibataire endurci sans petite amie attitrée, n’avait qu’une passion dans sa jeunesse: le piano. Il avait d’ailleurs hésité à entrer au conservatoire avant d’entamer des études d’histoire.

Le Premier ministre est donc par-dessus tout resté fidèle à ses idées libérales de la première heure. Il prend la présidence du mouvement des jeunes du parti libéral VVD à 21 ans.

Meneur d’hommes avéré, Mark Rutte s’était distingué au sein d’Unilever en devenant directeur du personnel après s’être occupé de la formation des salariés. Mais il quitte la multinationale en 2002 pour entrer à 35 ans dans le premier gouvernement "Balkenende" comme secrétaire d’État aux Affaires sociales. Il renouvelle l’expérience en 2006 au poste de secrétaire d’État à l’Enseignement et à la Culture.

Cadet d’une famille de sept enfants élevés dans un quartier chic de La Haye, Mark Rutte aurait conservé l’habitude de partir chaque année une semaine en vacances avec sa mère et sa sœur. L’hiver, une semaine de ski à Zermatt en Suisse serait réservée à ses amis.

Référendum sur l’Ukraine

En difficulté face à ses partenaires européens après un référendum populaire ayant rejeté un accord d’association avec l’Ukraine, le Premier ministre a su manœuvrer sa barque jusqu’au bout. Un léger amendement à ce texte, arraché in extremis auprès des 27, lui permet de s’affranchir de ce vote anti-européen au mépris de la démocratie directe. L’accord avec l’Ukraine est aujourd’hui ratifié par les Pays-Bas.

Rêve américain

"Pour lui, la force d’une ville comme New York ou d’un pays comme les Etats-Unis, c’est que les gens nés avec rien peuvent vraiment faire quelque chose de leur vie", rapporte un ancien collègue dans une biographie consacrée au Premier ministre.

Lire également

Publicité
Publicité