Matthew Moulding, un esprit tech qui ne convainc plus

En seulement six semaines, le groupe d'e-commerce le plus dynamique du Royaume-Uni a vu sa valorisation boursière divisée par trois. Le profil atypique de son fondateur n'explique pas à lui seul cette soudaine crise de confiance.

Dix-sept ans après sa création, THG connaît sa plus importante crise de croissance, qui commence à interroger sur ses potentialités à plus long terme.

La division par quatre de la valeur de l'action en un an pourrait ne pas laisser le groupe intact. Constitué d'une constellation de sites d'e-commerce dédiés au bien-être, à la beauté, au sport ou aux rencontres, THG (anciennement "The Hut Group") ressemble de plus en plus à un géant fragile, malgré un chiffre d'affaires de 1,61 milliard de livres (environ 1,91 milliard d'euros).

La confiance des investisseurs s'est érodée au moment où le groupe a accepté d'être plus transparent sur ses structures et ses calculs de profitabilité, après des pertes de 534,6 millions de livres l'an dernier.

Les interrogations portent notamment sur Ingenuity, l'ensemble des technologies commerciales utilisées pour développer les sites du groupe, et dont les services sont loués à d'autres grands groupes extérieurs. Cette branche à part dans la stratégie du groupe a attiré à elle seule 730 millions de dollars d'investissements d'une division de la banque d'affaires japonaise Softbank, qui a depuis placé l'un des siens au conseil d'administration.

Problème: les revenus d'Ingenuity Commerce, qui fournit des services à Unilever ou Danone, sont loin des attentes des investisseurs, avec seulement 18,3 millions de livres dégagés au premier semestre, soit 1% du CA du groupe.

Euphorie ambiante

L'excitation des investisseurs et la bulle qui s'est formée depuis un an étaient-elles à ce point irrationnelles? Les fondamentaux du modèle économique THG, qui est détenu à près de 8% par le holding belge Sofina, restent excellents. Le profil atypique de Matthew Moulding, assez proche de l'esprit et de l'imagerie des créateurs surdoués de la Silicon Valley, a participé à l'euphorie ambiante.

Les 830 millions de livres touchés par le quadragénaire lors de l'introduction en bourse de son groupe – qu'il a fondé à partir d'un simple site de ventes de CD – ont fait de lui l'un des modèles de réussite entrepreneuriale les plus frappants des dernières années au Royaume-Uni. Une réussite d'autant plus remarquable que ce natif de la ville industrielle de Burnley, tout au nord de l'Angleterre, a choisi d'implanter son groupe à Manchester.

Ce sympathisant très actif du Parti conservateur a constitué à lui seul une promotion grandeur nature de la fameuse "northern powerhouse", un concept politique imaginé par le pouvoir tory avant le Brexit, et qui visait à rééquilibrer la balance entre le nord et le sud de l'Angleterre.

Matthew Moulding, dont le père était employé à l'entretien des routes, a incarné une nouvelle génération d'entrepreneurs capables de tout diriger depuis leurs smartphones, entre deux séances de musculation et une séance de photos avec des femmes en bikini. Marié et père de quatre enfants, il apparaît avec un simple polo sur la plupart des photos. À l'image des autres fondateurs de la tech, il a longtemps souhaité garder le contrôle sur son entreprise, avec des actions à droits de vote multiples, qu'il a finalement accepté de céder ce mois-ci, sous la pression.

Le profil

1972: naissance à Burnley (Angleterre).
1996: expert comptable chez Arthur Andersen.
2004: fondation de The Hut Group.
2016: THG achète son centième site de e-commerce.
2020: introduction de THG à la Bourse de Londres.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité