Matthew Williams, le nouvel aimant à millennials d'LVMH

Matthew Williams reprend dès ce mardi la direction artistique de Givenchy. L'Américain autodidacte de 34 ans souhaite sortir la maison d'une certaine forme d'embourgeoisement désuet. Sur le modèle de Virgil Abloh chez Vuitton.

Deux ans après le "coup" Virgil Abloh, LVMH réitère dans sa quête de réinvention. Et nomme pour la deuxième fois un directeur artistique censé attirer les millennials vers l'une de ses maisons longtemps frappée par une certaine forme d'embourgeoisement désuet.

Sauf qu'ici, à la place de Louis Vuitton, c'est du côté de Givenchy que le nouveau visage officiera dès ce mardi. En la personne de Matthew Williams, 34 ans.

Un Américain après les Anglais

Alors que le Français Hubert de Givenchy lâchait les rênes de sa maison il y a 25 ans, les directeurs artistiques se sont enchaînés. Dans l'ordre: John Galliano, Alexander McQueen ou encore Julien MacDonald. Leur point commun? Tous étaient britanniques. Il fallut attendre l'italien Riccardo Tisci pour rompre la série, avec un beau succès à la clé pendant 12 ans. Jusqu'à son remplacement par la styliste Clare Waight Keller... britannique. Première femme, elle ne parvint pas à transformer l'essai – soit permettre au prêt-à-porter de la maison de résonner plus largement, signant toutefois la robe de mariée de Meghan Markle.

 L'Américain sera responsable de la direction créative des collections féminine et masculine de la maison qui, autrefois, avait habillé Audrey Hepburn, grande amie du fondateur et grand couturier français, Hubert de Givenchy.

Sa première collection est attendue pour octobre, dans le cadre de la semaine du prêt-à-porter femme, a fait savoir le groupe.

Mais le jeune créateur peut là-contre. En effet, il n'en est pas à son coup d'essai. Avec sa marque Alyx, d’abord centrée sur la femme puis élargie à l’homme à partir de 2017, il a multiplié les collaborations ces dernières années. Au compteur des partenaires? Dior, Moncler, Nike ou encore Mackintosh.

Pourtant, sa carrière avait mal commencé puisqu’il fut refusé de toutes les écoles de mode où il a candidaté. Ce qui fut sa peine... mais aussi sa salvation.

Autodidacte

Le profil

  • Né en 1985 dans l’Illinois, il est refusé de toutes les écoles de modes où il candidate.
  • Il se tourne dès lors vers la musique où il collabore notamment avec Lady Gaga, en tant que premier directeur artistique de 2008 à 2010.
  • En 2015, il crée sa propre marque, alors baptisée Alyx, d’abord centrée sur la femme puis élargie à l’homme à partir de 2017.
  • En 2016, il est nominé parmi les finalistes au Prix LVMH, décerné depuis 2013 aux jeunes créateurs de mode.
  • En 2020, il est choisi comme nouveau directeur artistique pour Givenchy.

Et pour cause, à partir de là, bien décidé à tout de même avancer dans la voie qu'il avait choisie, Matthew Williams commence à travailler en autodidacte pour quelques musiciens. Jusqu'à se faire remarquer en travaillant pour le compte de la chanteuse Lady Gaga en tant que premier directeur artistique de 2008 à 2010.

Mais c'est une autre rencontre qui le propulsa finalement sur le devant de la scène: celle du célèbre photographe de mode britannique Nick Knight. Grâce à lui, il fit en effet la rencontre du rappeur américain et designer Kanye West.

La mayonnaise prend alors. Vite. "J'ai fait pour lui une veste de costume à porter aux Grammys quand j'avais 21 ans", se souvient Matthew. "Il m'a alors demandé combien j'étais payé. J'ai répondu 'rien'. Alors il m'a dit: 'je vais te donner deux fois rien pour que tu travailles avec moi'.

Kanye West comme mentor

Le reste tient à l'histoire désormais. "Le lendemain j'étais avec lui dans un avion pour le Japon", sourit le directeur artistique. Pour qui l'homme rencontré a été "un ami incroyable et un mentor".

D'ailleurs, cocasserie de l'histoire, il partage cette relation avec l'autre nouveau talent de LVMH, Virgil Abloh, qui a lui aussi grandi dans le giron de la star américaine.

Ce qui n'est pas là leur seul point commun puisque tous deux originaires d'Illinois, ils s'illustrent dans le streetwear de luxe.

Sauf que pour Matthew Williams, c'est le prix LVMH – qui récompense les jeunes créateurs – qui lui permit d'entrer en contact avec le géant français du luxe. Nominé parmi les finalistes en 2016, il reste sur le radar du président-directeur général de LVMH Fashion Group (Celine, Givenchy, Loewe, Emilio Pucci, Kenzo, Marc Jacobs...), Sidney Toledano. Celui-ci le présente alors au président de Givenchy, Renaud de Lesquen, après de nombreux mois de discussions. C'était parti.

Post-pandémie

La nomination de Matthew Williams intervient à un moment pour le moins particulier, où les créateurs réfléchissent à la mode d'après-pandémie, alors que les prochaines Fashion week et Semaine de la haute couture auront lieu en ligne courant du mois de juillet. Ce qui pourrait avoir une certaine influence sur leur travail.

Lire également

Publicité
Publicité