Michael Bloomberg, milliardaire, ex-maire et bientôt président?

Le magnat philanthrope fait de l’ombre à Joe Biden dans la course aux primaires démocrates. Mais son passé républicain et son bilan de maire de New York pourrait lui jouer des tours.

"Un nouveau choix pour les démocrates": c’est ce qu’on peut lire sur le site de campagne tout frais de Michael Bloomberg. Le milliardaire s’est officiellement lancé dimanche dans la course à la Maison-Blanche, avec plusieurs mois de retard sur ses concurrents. Sa candidature aux primaires n’était plus un secret depuis quelques semaines puisqu’il avait déjà fait valider sa participation dans certains États. 

5 dates clés
  • 1942 : Naissance à Boston
  • 1981 : Création de ce qui deviendra Bloomberg LP
  • 2001 à 2013 : Maire républicain, puis indépendant, de New York
  • 2016 : Il soutient Hillary Clinton face à Donald Trump
  • 2018 : Il redevient démocrate
À 77 ans, l’ex-maire de New York rejoint une course dominée par des seniors. Ce centriste avait assuré qu’il ne se présenterait pas l’hiver dernier. Mais, jugeant le favori Joe Biden trop faible pour remporter l’investiture, il souhaite proposer une alternative modérée. Cet ex-républicain espère aussi faire barrage aux idées des candidats les plus à gauche, Elizabeth Warren et Bernie Sanders.

Michael Bloomberg n’est redevenu démocrate qu’à l’automne 2018 (il l’était jusqu’à 2001), lors de la campagne pour les élections de mi-mandat, pendant laquelle il a dépensé 100 millions de dollars pour soutenir plusieurs candidats démocrates. Depuis que Donald Trump est président, ce magnat des médias a lancé une vaste campagne pour contrer la sortie de l’accord de Paris sur le climat. Il est aussi très engagé dans la lutte contre les violences par armes à feu et contre le tabac. 

Fortune estimée à plus de 50 milliards de dollars

Dans un clip diffusé dimanche, il se présente comme un "créateur d’emploi", un "leader" et un homme qui "trouve des solutions". Il met l’accent sur son enfance dans une famille juive de classe moyenne et sur sa réussite sociale. Originaire du Massachusetts, diplômé de l’université Johns Hopkins et de Harvard, il démarre dans une société d’investissement de Wall Street à la fin des années 1960.

Remercié avec un joli pactole au début des années 1980, il lance un service d’information financière en temps réel à destination des traders. L’entité, rebaptisée Bloomberg LP par la suite, finira par intégrer des médias grand public et d’autres services financiers. Il est aujourd’hui à la tête d’une fortune estimée à plus de 50 milliards de dollars. De quoi placer son destin en miroir de celui du magnat de l’immobilier Donald Trump. 

Maire de New York après les attentats du 11 septembre

Son clip de campagne rappelle aussi qu’il est devenu maire de New York en 2001, à la suite des attentats du 11 septembre, et l’associe à la résilience incroyable des habitants. Il a notamment contribué à la revitalisation économique de la ville tout en créant des logements sociaux et en multipliant les pistes cyclables.

Le bilan de ses 12 ans en tant qu’édile pourrait toutefois lui jouer des tours. Il a récemment présenté ses excuses pour son soutien au programme policier "stop and frisk", qui consiste à arrêter, sur la base de simples suspicions, des individus dans la rue en vue de dénicher des armes ou de la drogue. Cette politique a mené à cibler en priorité les minorités ethniques. Or le Parti démocrate a besoin de ces votes pour l’emporter face à Donald Trump. 

Après ses trois mandats de maire, Michael Bloomberg est revenu aux affaires tout en s’adonnant à la philanthropie dans le domaine de l’environnement, de la santé, ou encore de l’éducation. Il s’apprête désormais à faire son retour dans l’arène politique.

Trois fois maire de NYC

Alors qu’il avait quitté le parti républicain en 2007, Michael Bloomberg l’a rejoint à nouveau en 2009 afin de persuader le conseil municipal de New York de le laisser se présenter à un troisième mandat de maire qu’il finira par gagner.

Milliardaire

Alors qu’il figure parmi les 10 personnes les plus riches des États-Unis, il a rejoint le "Giving Pledge", une promesse de donner au moins la moitié de sa fortune. Il a pour l’instant déjà donné plus de huit milliards de dollars.

Deux filles

Il a deux filles, Emma et Georgina, avec Susan Elizabeth Barbara Brown, dont il a divorcé en 1993. Il en couple avec Diana Taylor, une financière, depuis 2000.


Lire également

Publicité
Publicité