Mourade Zeguendi, le magnifique

©Natalia Bykova

Mardi soir, grâce au premier épisode de "Champion", la Belgique possèdera un nouveau héros: Souliman (dit Souli), une sorte de Maradona à la sauce bruxelloise. Déjà repéré dans "Dikkenek" et "Les Barons", celui qui lui donne ses traits est une "gueule" bien connue du cinéma belge…

Déjà quelques années avant la consécration nationale dans "Les Barons" de Nabil Ben Yadir (2009), Mourade Zeguendi était un visage connu chez nous. Le rôle de Aziz dans "Dikkenek" lui avait permis de montrer une partie de son talent d’acteur, de tchatcheur, de roi de la formule. On l’avait également aperçu en Sukk dans "Taxi 4", ou dans un rôle récurrent de la série RTBF "Melting Pot Café" (2007-2010).

Et puis il y avait eu le phénomène des "Barons" (plus de 150.000 spectateurs rien qu’en Belgique), qui avait fait de lui une véritable star, dans les "quartiers" et bien au-delà. Il était Mounir, le chasseur de priorité de droite, qui zonait dans Bruxelles à l’affût d’une victime. Surtout, il était le grand ami du héros, celui qui refuse toutes les concessions.

CV express
  • 1980: naissance à Saint-Josse-ten-Noode
  • 2000: "Bruxelles mon amour", premier long où il apparaît
  • 2002: il cocrée sa première troupe de théâtre, "Les Glandeurs"
  • 2006: "Dikkenek"
  • 2008: "JCVD"
  • 2012: Ensor (Magritte flamand) du Meilleur Second Rôle dans "Offline"
  • 2018: "Champion"cancel

Près de dix ans plus tard, Mourade Zeguendi les refuse toujours, les concessions. En témoigne son apparition aux Magritte, où il a pris à parti Didier Reynders ("notre George Clooney") pour lui parler de son "collègue" Théo Francken et du zèle gouvernemental à ramener les migrants à la frontière. Là, quand il faut tenir son monde en haleine, Mourade Zeguendi se souvient de ses nombreuses années de scène: "Moi je suis né en Belgique, mais ça ne se voit pas. J’habite près de la gare du Nord, donc mon pire cauchemar ce serait de perdre ma carte d’identité." Le ministre sourit (jaune?)… Mais Zeguendi n’a pas terminé: "On m’expulse direct. Donc je me suis fait tatouer ma carte d’identité belge dans mon dos. Juste au cas où. Je vous la montre après, Monsieur le ministre…"

Depuis 2003 Zeguendi est aussi un adepte du stand-up, et du collectif théâtral (la compagnie Action Zoo Humain, qu’il a créée). Bien sûr, il fait rire, mais sur des sujets importants: la double culture, la montée de l’extrême droite, la pauvreté, la flamandisation de Bruxelles, etc.

Le point de départ de cette nouvelle série où il fait office de star: et si Maradona était belge? Orphelin, ket de Bruxelles, Souliman a connu la gloire et l’argent très jeune. Habitué au luxe des plus grands clubs, "El Magnifico" a vécu à 200 à l’heure… avant de venir finir sa carrière en Jupiler League. En parlant de Maradona, Mourade a la formule qui fait mouche, évidemment: "Il ressemble à un vieux maçon portugais, alors qu’il y a des églises en Argentine avec sa tête à côté du Christ. J’adore ce contraste. C’est très inspirant."

Alors que tout le monde a son mot à dire sur la série, Mourade Zeguendi reste zen. Pas la peine de se mettre la pression, tel est son crédo. Les autres séries belges qui cartonnent sont des polars, donc pas de comparaison. Ici, on est dans la comédie, les accents, les excès, la bière, le foot, la belgitude quoi… "Ceux qui aiment, tant mieux. Les autres, tant pis…" En plus d’une grande gueule, Zeguendi est un vrai flegmatique. Et c’est ce qui fait son charme…

Trois anecdotes

1. Marcher avec des crampons: pour "Champion", l’acteur dit s’être préparé physiquement pour le rôle de ce footballeur de génie, mais sur le retour. S’il n’a pas appris à jongler avec un ballon ("trop difficile"), il a appris à… marcher avec des crampons.

2. Il dit non à De Palma: en avril 2017, Mourade Zeguendi publie sur sa page Facebook qu’il vient de refuser de jouer dans un film signé Brian De Palma. Le rôle : un terroriste… de Molenbeek. L’acteur a déploré qu’une nouvelle fois on ne juge la concordance d’un acteur à un rôle qu’à la couleur de sa peau.

3. Les chips… goût pita: Mourade Zeguendi a été contacté pour faire la publicité d’une marque belge de chips. Il était heureux d’avoir été choisi, jusqu’à comprendre que c’était pour son physique "turc" (il est d’origine marocaine). Il s’agissait de chips "goût pita", soit une spécialité turque, d’après l’agence de pub. Allez comprendre…

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content