Nathan Uyttendaele, le chatisticien de YouTube

La statistique, ce n’est pas fantastique? Son doctorat sous le bras, Nathan Uyttendaele a créé la chaîne YouTube "La statistique expliquée à mon chat", qui cartonne et vient de recevoir, à Paris hier soir, le prix Diderot.

Quand, lors d’un dîner ou d’un cocktail, vous vous retrouvez à côté d’un statisticien, vous faites quoi? Vous vous empressez de parler sport, politique ou jardinage. Nathan Uyttendaele est ce potentiel voisin, bien conscient de ne pas captiver les foules avec son métier. Frustré que même ses proches ne comprennent pas ce qu’il fait, le jeune statisticien se dit qu’il va expliquer la chose en termes simples et attrayants. Frustré, mais futé: "Me filmer devant un tableau, bof. Ça se fait déjà tellement. Pour marquer les esprits, il fallait quelque chose de différent. J’étais convaincu qu’avec de l’animation, ça pouvait marcher. C’était le cas avec la chaîne YouTube britannique ‘In a Nutshell’. Côté francophone, il n’y avait rien d’équivalent. Et les stats, personne n’y touchait. Il y avait donc un marché à prendre", explique le chercheur de l’UCL.

Le profil
  • Bruxellois, 30 ans.
  • Bachelier en chimie de l’ULB.
  • Master et doctorat en statistique à l’UCL.
  • Chercheur postdoctoral à l’UCL.
  • Il concourt pour "Ma thèse en 180 secondes" en 2016.
  • Il lance la chaîne vidéo "La statistique expliquée à mon chat" en mars 2016.
  • Il reçoit le prix Wernaers, du FNRS, en juin 2017. Et le prix Diderot en octobre 2017.

Il lui fallait donc trouver un graphiste. Il se met à éplucher les listes d’étudiants des hautes écoles et le travail de Laura Maugeri lui tape dans l’œil. Il la contacte sans grand espoir: travailler gratuitement, il sait bien que ça ne fait pas rêver. "Je n’avais rien à perdre à me lancer dans l’aventure, dit-elle. Ca me donnait de la visibilité, de l’expérience. Et au final, le sujet est plus intéressant qu’il ne le semblait."

Nathan Uyttendaele écrit le texte et fait la voix, Laura Maugeri fait le story-board et l’animation. En bon statisticien, le chercheur n’aime pas laisser de place au hasard. Il réalise qu’une bande-son est indispensable et contre toute probabilité il convainc un compositeur de mettre en musique des vidéos de stats, avec des petits chats, sur YouTube. Gwenaël Grisi sortait lui aussi de l’école et était séduit par le projet et sa potentielle visibilité.

Pourquoi gagnez-vous moins que le salaire moyen?

Un chat, de la couleur et la stat épate

La première vidéo est mise en ligne le 10 mars 2016. La mascotte est un chat, en clin d’œil à l’animal préféré du web, l’univers est très coloré, léger, acidulé et le ton est chaleureux et second degré. Les débuts sont très difficiles. Avec 100 vues après un mois, il n’y a pas de quoi se sentir galvanisé. "Ce qui a beaucoup aidé, c’est que des youtubers scientifiques bien installés ont commencé à nous remarquer et à partager nos vidéos. Ce fut un fameux coup de pouce. Maintenant, on fait partie du cercle", explique Nathan Uyttendaele.

Treize vidéos plus tard, "La statistique expliquée à mon chat" cumule plus de 2 millions de vues. Parmi les 127.000 abonnés, les plus férus cofinancent la chaîne via Tipeee: une rentrée de plus de 500 euros par mois, que l’équipe espère voir passer bientôt à 1.000 euros par mois. Au succès public, s’ajoutent les succès de reconnaissance. "La statistique expliquée à mon chat" a reçu le prix Wernaers de la communication scientifique 2017 (un prix du FNRS pour la diffusion des connaissances scientifiques). Et hier soir, lundi 2 octobre, la chaîne s’est vue décerner le prix Diderot, récompense française pour le partage de la culture scientifique. C’est la toute première fois que cette distinction honore un projet belge.

La pêche en ligne

Pour hameçonner l’internaute, il faut savoir l’appâter avec des titres gourmands. Les trois vidéos les plus vues sont "Monsieur le président, avez-vous vraiment gagné cette élection?", "Tu bois du light? T’es foutu!", "Pourquoi gagnez-vous moins que le salaire moyen?".

Popularité

Depuis qu’il a lancé cette chaîne YouTube, son taux de popularité auprès de ses étudiants est monté en flèche. Son chat statisticien lui a même valu des offres d’emploi.

Bénévolat

127.000 abonnés  dont 90% de français et 10% de belges , deux prix prestigieux, c’est la récompense pour 100 à 150 heures de travail (cumulées) par vidéo. Grâce à une bourse d’Innoviris, à la subvention du prix Wernaers et au financement participatif, un mi-temps est financé (celui de la graphiste, Laura Maugeri).

Lire également

Publicité
Publicité