Nicolas Roche, la saga du sofa

©doc

La société spécialisée dans le meuble haut de gamme prépare son entrée en Bourse. Mais les deux familles fondatrices resteront majoritaires. Nicolas Roche, directeur de la création, les représente au comité de direction.

C’est le dernier maillon d’une histoire familiale commencée au XIXe siècle avec Fernand Roche. Ce fils de marchands de bestiaux originaire de la Dordogne se lance dans le commerce de meubles et monte à Paris, où il acquiert des ateliers de production et des magasins pour vendre ses meubles.

Son fils Jacques reprend l’affaire, avant que ses deux fils, Philippe et François, diplômés de Sciences Po et de HEC, développent l’enseigne. Ils s’inspirent du style scandinave, empreint de sobriété et de modernité.

Ils doivent notamment faire face à la concurrence de la boutique "Au Beau Bois", des frères Chouchan, Jean Claude et Patrick. Issus d’une famille d’ébénistes, ils ont eux aussi renoncé au classicisme empesé de l’ameublement à la française.

Le tournant est pris au début des années 60. À force de se croiser dans les foires internationales, Philippe Roche propose aux frères Chouchan d’unir leurs forces en créant un catalogue commun. Roche Bobois est née.

♦ Son modèle: un réseau national de magasins franchisés qui ne s’appuie pas sur un outil de production. Roche Bobois, "éditeur" de mobilier, travaille avec des designers. La fabrication, à 100 % européenne, se situe à mi-chemin entre l’artisanat et l’industrie.

Outre l’expansion à l’international, Roche Bobois ne laisse pas passer l’occasion de surfer sur la passion croissante des clients pour les canapés en cuir. En 1976, l’enseigne Cuir Center, spécifiquement dédiée à cette niche, voit le jour.

Uccle, premier magasin étranger

Sous l’impulsion de Philippe et François Roche, l’entreprise connaît un essor rapide. Dès 1965, Roche Bobois ouvre à Uccle son premier magasin hors de l’Hexagone. D’autres suivront chez nous: deux Roche Bobois à Neupré, près de Liège, et à Anvers, et deux Cuir Center à Rhode-Saint-Genèse et à Charleroi.

La succession tarde à venir. Après avoir pratiqué durant 20 ans son métier d’architecte, Nicolas Roche ne rejoint le groupe qu’en 2005. Son père François partant à la retraite, il lui revenait d’"assurer la pérennité de l’esprit Roche". À 45 ans, il prend donc la direction de la collection Meubles contemporains. Jean-Eric Chouchan, dont une partie de la famille a quitté l’affaire, dirige de son côté la collection Nouveau classique.

Promu directeur des collections, Nicolas Roche relance les collaborations avec de nouveaux designers, notamment Christophe Delcourt, dont la collection Legend met davantage l’accent sur les questions environnementales et sur l’éthique de conception des meubles.

Sous sa houlette, Roche Bobois fait également fabriquer 70 % de sa production dans des usines certifiées ISO 14000.

Depuis son arrivée en 2005, l’enseigne parisienne, forte de quatre marques – Roche Bobois, Cuir Center, la Maison Coloniale et Natuzzi –, n’a fait que s’étendre toujours plus à l’international. Depuis 2012, elle engrange plus de la moitié de ses revenus hors de France.

Depuis 2013, les familles fondatrices ne détiennent plus que 61 % du capital. Le reste est dans les mains du fonds d’investissement Tamburi Investment Partners, constitué de grandes familles italiennes.

Roche Bobois envisage ainsi d'ouvrir pour la première fois son capital au public dans le cadre de la sortie partielle programmée d'actionnaires. Les deux familles fondatrices resteront majoritaires à l'issue du processus d'introduction en bourse, et continueront à soutenir le groupe dans sa croissance et son développement futur.
Gilles Bonan
président du directoire

L’étape suivante se profile à l’horizon. Le groupe Roche Bobois a enregistré ce mardi son document de base auprès de l’Autorité des marchés financiers, prélude à son introduction en Bourse. Cette première ouverture du capital au public "dans le cadre de la sortie partielle programmée d’actionnaires" ne remettra toutefois pas en question la position majoritaire des deux familles fondatrices.

Roche Bobois en 5 étapes
  • 1960: Philippe et François Roche fusionnent leur boutique avec le magasin "Au Beau Bois" de Jean-Claude et Patrick Chouchan
  • 1965: Roche Bobois ouvre à Uccle son premier magasin étranger
  • 1974: Roche Bobois ouvre son premier magasin aux Etats-Unis
  • 2008: Gilles Bonan succède à François Roche à la présidence du directoire. C’est le premier patron extérieur à la famille Roche
  • 2012: Pour la première fois, Roche Bobois réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires à l’international

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content