Olivier Chapelle, l'architecte du changement chez Recticel

En place comme CEO depuis 2009, Olivier Chapelle est l'homme qui a mené à bien le recentrage stratégique de Recticel. Aujourd'hui, il lutte pour sortir son entreprise des griffes du groupe autrichien Greiner.

Le week-end s'annonce chargé pour Olivier Chapelle. Après un relatif silence face à l'annonce du rachat par l'autrichien Greiner de la participation de 27% de Bois Sauvage dans le capital de sa société, le CEO de Recticel est en effet passé à l'offensive ce mercredi.

13,5 euros
par action
L'OPA de Greiner sur les parts de Recticel détenues par Bois Sauvage se monte à 13,5 euros par action.

En effet, pour contrer l'offensive Greiner, soit une OPA à 13,5 euros par action, Recticel a revu ses prévisions annuelles fortement à la hausse, provoquant ainsi une poussée de 5% du cours de Bourse. De quoi rebuter Greiner, ou forcer l'autrichien à revoir son offre – jugée faible par de nombreux analystes – à la hausse? Rien n'est moins sûr, mais la question sera au centre d'une discussion que l'on imagine animée entre les deux entreprises, lundi prochain à Bruxelles.

Trop attractif?

Pour comprendre comment Recticel est devenu l'objet de toutes les convoitises dans le secteur de l'isolation et des mousses de polyuréthane, il convient de mettre en avant le travail d'un homme: Olivier Chapelle, le CEO et l'architecte du changement de l'entreprise belge.

Olivier Chapelle a conduit opérationnellement le recentrage stratégique de Recticel, au point d'en faire un champion de l'isolation et des mousses flexibles.

Depuis plusieurs années, Olivier Chapelle a conduit opérationnellement le recentrage stratégique de Recticel, au point d'en faire un champion de l'isolation et des mousses flexibles, et de se retrouver dans les fusées de SpaceX d'Elon Musk.

À coup de cessions bien senties, Olivier Chapelle s'est donc débarrassé des divisions de son entreprise moins en ligne avec son expertise cœur. Intérieurs de voitures d'abord, literie (Beka, Lattoflex, etc.) bientôt, Olivier Chapelle élimine de son portefeuille les activités qui, selon ses dires, sont "trop cycliques et présentant trop peu de synergies".

En plus de bien vendre, Olivier Chapelle sait aussi acheter, à l'image de l'acquisition du Suisse FoamPartner par Recticel, l'an dernier, pour la bagatelle de 250 millions d'euros. Également spécialisée dans les mousses de polyuréthane, la société suisse est censée lui permettre d’accélérer sa croissance, en renforçant dans la foulée sa présence sur les marchés Asie-Pacifique et Amérique du Nord, en développement rapide.

Le profil

  • 1964: Naissance à Bruxelles
  • 1988: Diplôme d'ingénieur civil de l'UCLouvain
  • 2000: Directeur marketing EMEA chez Owens Corning
  • 2004: PDG de l'équipementier automobile Wagon Automotive
  • 2009: CEO de Recticel

Homme de réseau

Olivier Chapelle, homme à l'ADN opérationnel, homme au nez fin mais homme de réseau, aussi. En effet, après des études d'ingénieur civil à l'UCLouvain et une spécialisation en gestion à Solvay, Olivier Chapelle a traversé les secteurs, tout en tissant sa toile et en gagnant (discrètement) la reconnaissance de ses pairs.

Au travers ces mandats, Olivier Chapelle œuvre dans l'immobilier, les start-ups scientifiques et les systèmes de refroidissement, avec chaque fois un ancrage belge.

Après un rapide passage dans l'industrie pharmaceutique chez GSK, il découvre le monde de l'isolation chez l'américain Owens Corning, de 1996 à 2002. Il passera ensuite par les équipementiers Faurecia et Wagon Automotive, avant de prendre la tête de Recticel en 2009.

En parallèle, l'homme siège au CA de Cofinimmo, du fonds Innovation Fund et de Calyos. Au travers ces mandats, Olivier Chapelle œuvre donc dans l'immobilier, les start-ups scientifiques et les systèmes de refroidissement, avec, à chaque fois, un ancrage belge. Un ancrage qu'il compte bien défendre dans le cas de Recticel, face à l'ogre autrichien. L'avenir proche nous dira s'il y parviendra.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité