Patrick Soon-Shiong, le chirurgien panseur du journalisme US

Le milliardaire des biotechnologies fait une incursion dans la sphère du journalisme en rachetant le Los Angeles Times. Le titre est depuis quelque temps en proie à des difficultés financières et doit encore relever le défi du numérique.

Face à la concurrence accrue des sites internet, le salut de la presse écrite américaine viendrait-il des grandes fortunes mondiales? Toujours est-il qu’après la reprise du Washington Post par Jeff Bezos, propriétaire d’Amazon, ou le rachat du Boston Globe par l’homme d’affaires John Henry, le secteur de la presse éveille un vif intérêt chez les milliardaires. Dernier en date, Patrick Soon-Shiong, devenu ce mardi le nouveau propriétaire du Los Angeles Times et d’autres titres prestigieux tels que le San Diego Union-Tribune.

500 millions de dollars

Chirurgien de formation, Patrick Soon-Shiong a fondé plusieurs biotechs spécialisées dans la lutte contre le cancer et le diabète. ©Reuters

Le profil
  • 29 juillet 1952: naissance à Port Elizabeth en Afrique du Sud.
  • 1975: diplômé de médecine à Johannesbourg.
  • 1983-1991: école de médecine d’UCLA (Los Angeles).
  • 1991: crée sa 1re biotech sur le diabète et le cancer.
  • 1997-2010: CEO de APP Pharmaceuticals et d’Abraxis Bioscience.
  • 2011: crée NantWorks, réseau de start-ups médicales.
  • 2018: rachat du Los Angeles Times.

Un professionnel du journalisme? Pas vraiment puisque l’acquéreur des titres est un ancien chirurgien qui a fait fortune – une fortune estimée à quelque 7,5 milliards de dollars – en investissant dans le domaine des biotechnologies. Arrivé à Los Angeles au début des années 80 pour étudier à l’université UCLA, il entame sa carrière de chirurgien et enseigne dans son hôpital universitaire.

L’investisseur a consacré une partie importante de sa carrière médicale à la recherche de traitements contre le diabète et le cancer. Le médecin a également fondé des entreprises spécialisées dans les biotechnologies (Abraxis Bioscience, APP Pharmaceuticals) dont la vente lui a permi de se hisser à la 198e place du classement Forbes des fortunes mondiales.

L’argent est le nerf de la guerre, y compris pour le journalisme. Pour pallier ces difficultés pécuniaires, Patrick Soon-Shiang va verser 500 millions de dollars au groupe Tronc, qui détenait le Los Angeles Times, et reprendre 90 millions de dollars de dette aux fonds de retraite des employés.

De l’argent censé permettre à ce journal de prendre le train de la digitalisation et de mettre un terme à la coupe des effectifs et à la valse interminable des rédacteurs en chef, mis sous pression face au défi du développement numérique. "Une nouvelle ère commence", a annoncé le nouveau propriétaire.

Aider le journalisme local

Les 800 employés du Los Angeles Times vont quitter le bâtiment historique du journal pour s'installer en banlieue. ©REUTERS

Alors que le titre était détenu depuis 2000 par le groupe de médias Tribune Company  , basé à Chicago, le Los Angeles Times repasse sous l’égide locale. L’annonce du changement de propriétaire a d’ailleurs suscité l’enthousiasme de certains salariés qui voient en lui une opportunité de relancer le titre local. Dans un message aux lecteurs, l’investisseur a annoncé ses ambitions pour le journal. "Notre travail pour protéger l’histoire d’indépendance du journalisme et la faire croître commence dès aujourd’hui, a-t-il déclaré. En tant qu’entreprise privée détenue localement, nous sommes capables de faire des investissements indispensables pour le futur du groupe."

Pour y parvenir, le médecin milliardaire, en quête de stabilité, a nommé Norman Pearlstine au poste de rédacteur en chef. Un homme expérimenté qui est un ancien du Wall Street Journal, Time Magazine et Bloomberg News. Il "bénéficie non seulement d’une expérience incroyable et d’une connaissance parfaite de comment marche une rédaction, mais il est aussi moderne et visionnaire", a justifié l’ex-chirurgien. Patrick Soon-Shiong prévoit également de réinstaller les 800 employés dans la banlieue de Los Angeles et donc de quitter le bâtiment historique que la rédaction occupait depuis 1935.

Une vie de migrations

Fils d’immigrés chinois, le médecin est né en Afrique du Sud après que ses parents ont fui leur pays natal envahi par le Japon. Il a éprouvé la condition de fils d’immigrés sous l’apartheid avant de gagner le continent américain. Sa success story a un écho particulier à Los Angeles, où la population immigrée, notamment sud-américaine, est très présente.

Intérêt pour les Lakers

Lui-même adepte de basket-ball, Patrick Soon-Shiong possède une part de 4,5% d’intérêts dans l’équipe professionnelle des Los Angeles Lakers. Une part qu’il a rachetée en 2010 pour un montant de 27 millions d’euros à une star de l’équipe aujourd’hui à la retraite: Earvin "Magic" Johnson.

Médecin précoce

Le milliardaire a débuté ses études de médecine à 16 ans et reçu son diplôme à 23 ans. Il a effectué ses premières greffes de pancréas à seulement 30 ans. Le médecin a par ailleurs créé le médicament Abraxane, efficace contre le cancer du pancréas.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content