Pierre et Vinciane Delcoigne-Wergifosse | L'Eau de Villée entre dans la Légende

Les fondateurs de la Brasserie des Légendes à Ath reprennent la Distillerie de Biercée à la faveur de la PRJ. Une opportunité qui tombe au bon moment.

Tout est question d’opportunité. Encore faut-il qu’elle arrive au moment le plus adéquat. "Il y a deux ans, nous n’aurions pas pu nous porter acquéreurs de la Distillerie de Biercée. Aujourd’hui, cela tombait à point nommé dans notre développement", analyse Pierre Delcoigne. La Brasserie des Légendes, qu’il dirige avec son épouse Vinciane Wergifosse, a été désignée hier après-midi par le tribunal de l’entreprise de Charleroi pour reprendre le producteur de l’Eau de Villée en réorganisation judiciaire.

Le profil
Le profil
  • 1998 Fraîchement diplômé maître brasseur, Pierre Delcoigne teste sa première bière.
  • 2000 Au mois d’août, juste pour la Ducasse, La Gouyasse est lancée à Ath.
  • 2006 Pierre et Vinciane Delcoigne-Wergifosse rachètent la brasserie d’Ellezelles qui produit la Quintine, qui devient l’une de leurs marques fortes.
  • 2017 Inauguration de la nouvelle brasserie et de la nouvelle ligne d’embouteillage.
  • 2019 reprise de la Distillerie de Biercée en PRJ.

Les brasseurs d’Ath, seuls candidats, ont mis 1,2 million d’euros sur la table pour reprendre les actifs de la distillerie déficitaire et se sont engagés à en reprendre 8 des 11 employés.

"On travaillait avec la distillerie depuis quelques années, rappelle Pierre Delcoigne. Nous partageons les mêmes valeurs de l’entreprise familiale, à taille humaine. Nous proposons tous les deux des produits de terroir, représentatifs du savoir-faire wallon en matière agroalimentaire", précise encore le brasseur.

Fils d’agriculteur du pays des Collines, Delcoigne voulait devenir boulanger quand il était petit. "Entre le pain et la bière, les ingrédients sont les mêmes ou presque, il suffit juste de mettre plus d’eau pour obtenir de la bière…" Un breuvage qu’il découvre durant son adolescence puis durant sa vie étudiante à Louvain-la-Neuve. Après ses études de bioingénieur, durant lesquelles il rencontre sa future épouse, d’origine liégeoise, Vinciane Wergifosse, il poursuit par un master en brasserie. "Clairement, je ne me suis pas retrouvé brasseur par un hasard de la vie. C’était une volonté manifeste et bien ancrée! Le processus de fermentation m’a toujours fasciné. Je pense que si j’avais été bourguignon plutôt que wallon, j’aurais fait du vin…"

Bosseurs

En tant qu’entrepreneurs, Pierre et Vinciane Delcoigne-Wergifosse ne comptent pas leurs heures. Aux débuts de la brasserie, Vinciane garde un boulot extérieur, ce qui ne l’empêche pas d’y passer ses soirées et ses week-ends en soutien de son mari.

Boulanger

Enfant, Pierre Delcoigne, fils d’agriculteur, voulait devenir boulanger, par amour des beaux produits et de la saveur. Entre le pain et la bière, il n’y a finalement que la quantité d’eau qui change… ou presque.

 

Delcoigne lance sa première bière à 26 ans. Avec sa femme, ils achètent le Castel d’Irchonwelz, une belle bâtisse du XIIe siècle dans laquelle ils installent leur brasserie. S’ils portent le projet ensemble dès le départ, Vinciane Wergifosse ne rejoindra son brasseur de mari à plein-temps que quelques années plus tard, le temps que la brasserie prenne son envol. Dans l’intervalle, elle multiplie les emplois, dans la recherche, l’administration ou l’enseignement. Le couple est aujourd’hui fermement à la manœuvre.

Acquisitions

©Brasserie des Légendes

Avec la distillerie de Biercée, la brasserie des Légendes n’en est pas à sa première acquisition. En 2006, ils rachetaient déjà la brasserie d’Ellezelles, qui produit la Quintine. La brasserie des Légendes s’étend aujourd’hui sur trois sites, deux de production et une taverne. Elle produit près de 20.000 hl pour un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros. Il y a deux ans, les époux brasseurs ont consenti un investissement de 10 millions d’euros dans une nouvelle ligne d’embouteillage à 12.000 bouteilles par heure.

La distillerie de Biercée, c’est par contre une première grande diversification, même si on reste dans le même genre de produit. "Avec des synergies importantes qui devraient permettre de remettre Biercée à flot. Avec nos différentes marques comme la Gouyasse, la Goliath ou la Quintine, nous disposons d’un réseau de distribution assez performant en Belgique et à l’exportation. Les deux commerciaux de la distillerie nous apporteront d’autres débouchés." Au total, la brasserie des Légendes pourra s’appuyer sur une équipe de 8 commerciaux pour défendre son portefeuille.

Et puis les nouveaux propriétaires seront aussi plus attentifs aux dépenses. "Compte tenu de notre taille, nous travaillons essentiellement sur le terrain. Nous ne pouvons pas nous permettre de grandes dépenses de marketing ou de publicité. Ce que faisait plus facilement la distillerie de Biercée. Ce sera un poste d’économies important", fait remarquer Delcoigne.

Lire également

Publicité
Publicité