Publicité

Piet Sanders, le juriste devenu un passionné de l'alimentaire

Nommé à l'été et à peine en fonction depuis une semaine, Piet Sanders signe sa première acquisition chez Ter Beke. Le groupe alimentaire s'offre ainsi les marques Aoste, Marcassou, mais aussi Justin Bridou.

 Ter Beke a annoncé, ce jeudi, le rachat du belge Imperial Meat Products (et ses cinq sites de production) et du néerlandais Stegeman (et son unique site de production). Avec cette opération, des marques comme Aoste, Justin Bridou, Bistro ou Marcassou rejoignent L'Ardennaise ou Come a Casa.

Les discussions avec la multinationale alimentaire Sigma ont donc abouti, sans publication du montant du deal. Face à l'absence de telles précisions, la FSMA a suspendu le cours jusqu'à la mi-journée.

"Le prix est sujet à des ajustements pour fuites et fonds de roulement qui seront déterminés à la réalisation de la transaction envisagée", communiquera en fin de matinée l'entreprise. Quant au CEO, Piet Sanders, peu rodé aux rouages boursiers, il s'est dit étonné de cette suspension.

Néanmoins, il indique que cette opération, avec ses marques fortes, ses labels privés, ses produits végétariens ou snacks, permettra au groupe d'entrer dans le cercle des leaders du "consumer trend" plutôt que dans celui des followers.

1
milliard d'euros
Avec cette opération, Piet Sanders fait un pas de géant dans la mission qui lui a été confiée: atteindre le milliard d'euros de chiffre d'affaires.

"Sans stress" après à peine une semaine à la tête de Ter Beke, Piet Sanders met donc le turbo pour atteindre le milliard d'euros de chiffre d'affaires convoité. En 2020, il approchait les 720 millions contre 230 millions pour Imperial Meat Products. "Si ce deal est validé par les autorités, nous serons juste en dessous du milliard. Néanmoins, ce deal offre aussi des perspectives de croissance organique."

Selon Degroof Petercam, cette opération pourrait mener à une hausse de 40% du chiffre d'affaires.

Tombé dans la soupe

Lors de sa nomination à la succession de Francis Kint cet été, le conseil d'administration de Ter Beke avait expliqué son choix en évoquant sa longue expérience dans le secteur alimentaire – bien qu'il n'ait jamais dirigé d'entreprise cotée – et sa gestion d'intégrations de sociétés acquises; un atout pour poursuivre la mise en ordre de l'organisation après l'acquisition, en 2017, d'Offerman (et son implication dans des cas de listériose).

Pourtant rien ne le destinait à prendre un jour le rôle de patron dans l'alimentaire.
Originaire de Flandre occidentale, après avoir étudié le latin et le grec, il entre à la KU Leuven pour étudier le droit. Cette formation sera complétée par un master en management à la Vlekho Business School.

Un stage de fin d'études chez Douwe Egberts signera un virage inattendu dans cette trajectoire.

Les portes du groupe agroalimentaire britannique Amylum Group, devenu Tate & Lyle, s'ouvrent alors à lui. "J'ai commencé chez eux par des cours très poussés en chimie organique, suivis d'un examen. C'est là que tout a basculé."

Ces 12 années chez Tate & Lyle ont été suivies de 17 années chez Puratos. "Il y avait aussi beaucoup d'aspects techniques à maîtriser. Je crois que cette éducation juridique, que je n'ai jamais exercée, m'a donné de bons réflexes."

Aujourd'hui, l'"alimentaire" est devenu une vraie passion qu'il poursuit même le week-end devant ses propres fourneaux. "Il est vrai que je ne connais pas encore tous les secrets de la lasagne et de la charcuterie", sourit-il.

CV Express

  • Piet Sanders, 55 ans, est diplômé en droit à la KU Leuven.
  • En 1990, il décroche un master en management auprès de la Vlekho Business School.
  • 1990-2002, il est responsable des ventes auprès de Tate & Lyle (ex-Amylum Group).
  • 2002-2004, il devient marketing officer de Reynaers Aluminium.
  • 2004-2021, il dirige plusieurs entités géographiques au sein de Puratos avant de devenir directeur "Global Sales & Channels".
  • Le 1er octobre 2021, il devient CEO de Ter Beke.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité