Robert Mercer, un milliardaire influent

Robert Mercer a contribué à l’élection de Donald Trump grâce à la société Cambridge Analytica, dont il est l’un des plus importants investisseurs. La société se retrouve aujourd’hui au cœur d’un scandale Facebook.

Robert Mercer se retrouve (encore une fois) dans la tourmente. Cette fois la polémique ne concerne pas ses idées politiques, mais la société Cambridge Analytica. Le milliardaire de 71 ans a donné 15 millions de dollars à l’entreprise d’analyse de données, qui a travaillé pour la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016. Elle est accusée d’avoir recueilli, sans leur consentement, les informations personnelles de 50 millions d’utilisateurs de Facebook afin de prédire et d’influencer le vote des électeurs américains. Robert Mercer est ainsi projeté au centre de toutes les attentions, ce qui, pour ce personnage très discret, n’est pas une partie de plaisir.

Le profil
  • Né en 1946 en Californie.
  • Il débute sa carrière chez IBM en 1973.
  • Il rejoint en 1993 le hedge fund Renaissance Technologies avant d’en prendre la tête en 2009.
  • En 2016 il soutient le candidat républicain Donald Trump.
  • Il démissionne en 2017 de Renaissance Technologies.

Milliardaire

L’homme d’affaires américain de 71 ans, qui a fait fortune dans les hedges funds, a débuté sa carrière chez IBM  . Diplômé des universités du Nouveau-Mexique et de l’Illinois, et initié à l’informatique par son père, il est rapidement perçu comme un programmeur de talent.

Après vingt ans de carrière chez IBM, où il a notamment développé un programme de reconnaissance vocale, il est débauché pour rejoindre  le fonds d’investissement spéculatif Renaissance Technologies. Il prend ensuite la tête de ce hedge fund suite au retrait du fondateur en 2009, et devient milliardaire. Mais ses activités politiques vont rapidement lui porter préjudice, et en 2017, il préfère quitter son poste de co-président exécutif de Renaissance Technologies pour préserver la réputation de l’entreprise.

Soutien de Donald Trump

Ce père de trois filles, propriétaire d’un manoir extravagant doté d’un gigantesque circuit de trains miniatures dans l’un de ses sous-sols — l’une de ses passions — a joué un rôle clé dans l’élection de Donald Trump. Ultra-conservateur, climatosceptique convaincu et pro-armes — il posséderait l’une des collections de fusils-mitraillettes les plus importantes du pays — Robert Mercer s’est donné pour mission de remodeler le Parti républicain en consolidant son aile la plus à droite.

Robert Mercer est un grand amateur de poker. Ici au World Poker Tour. ©doc

Il a d’abord soutenu le candidat à la présidentielle Ted Cruz, un proche du Tea Party, avant de miser plus de 11 millions de dollars sur Donald Trump dès le printemps 2016, et de contribuer à sa victoire grâce à Cambridge Analytica. Mais Robert Mercer n’a pas seulement utilisé l’élection de Donald Trump pour arriver à ses fins, il a tiré d’autres précieuses ficelles. Il a notamment investi dans la plateforme Breitbart News, un site de propagande de l’"Alt right" qui véhicule des idées extrémistes et suprémacistes et dirigée à l’époque par Stephen Bannon.

Il aurait d’ailleurs contribué à la nomination de Stephen Bannon comme conseiller stratégique du président, avant de lâcher publiquement celui qui avait critiqué Donald Trump dans le livre "Le Feu et la Fureur. Trump à la Maison Blanche", de Michael Wolff. Dans son livre, le journaliste décrit d’ailleurs Robert Mercer comme une personne "presque non verbale, qui vous observe avec un regard inexpressif et qui, soit ne parle pas, soit ne donne qu’une réponse succincte." Mais si ce grand joueur de poker est réservé et peu à l’aise en société, il n’en est pas moins très influent. Surtout en politique.

Pro-Brexit

D’après le quotidien britannique le "Guardian", Robert Mercer aurait proposé les services de sa société Cambridge Analytica — qui réalise de la collecte et de l’analyse de données pour les campagnes électorales — à son ami, Nigel Farage, le leader du camp pro-Brexit.

Méchants et héros

Depuis 2009, il organise chaque année, dans son immense manoir "The Owl’s Nest", dans le village de Head of the Harbor (Long Island, New York), des bals masqués thématiques. Le 3 décembre dernier, Donald Trump y avait participé. Le thème de ce bal? "Vilains and Heroes".

Lire également

Publicité
Publicité