Sylvain Fort, le cérébral de l'Elysée

©BELGAIMAGE

L’homme qui murmure à l’oreille du président français Emmanuel Macron est un discret.Sylvain Fort, qui a rejoint le pensionnaire de l’Elysée en 2016, a vite pris du galon.

Ne cherchez pas son visage sur Youtube, Sylvain Fort n’apparaît pas, ou presque. C’est un fort en thème qui préfère officier dans l’ombre. Il a cependant pris un peu de lumière à la suite de l’affaire Benalla, quand il s’est agi de revoir l’organisation du palais de l’Élysée. Car depuis le début de l’été 2018 l’image du président Macron avait nettement décroché alors que le temps était au beau fixe, juste après la victoire de la France lors de la coupe du monde de football.

Dès le début du mois de septembre, la presse française pressentait que Sylvain Fort allait prendre la direction de la communication après avoir été le conseiller "plume" du patron, plus précisément en ce qui concerne les célébrations mémorielles. On ne sait pas à ce jour quel a été son niveau d’intervention pour l’allocution d’Emmanuel Macron le 10 décembre, mais il n’est sûrement pas resté les bras croisés. Peut-être a-t-il recommandé que la séquence de 13 minutes soit enregistrée peu avant sa diffusion ce qui a finalement été le cas. Il n’empêche qu’Emmanuel Macron est apparu "le visage marqué par la fatigue, les joues creusées par les nuits sans sommeil" ainsi que le notait le Monde. Tout impair était proscrit et seule une curieuse gestuelle des mains présidentielles a donné lieu à des commentaires.

Fâché contre Barthès

Le soir du premier tour de l'élection présidentielle en 2007, le magazine M rapporte que Sylvain Fort n'a pour le moins pas apprécié une question d'un journaliste de l'émission Quotidien sur le lieu choisi des festivités (La Rotonde, brasserie chic de Montparnasse). Le premier assume alors avoir appelé Yann Barthès, niant au passage l'avoir traité de "débile profond" mais aurait confirmé des insultes du même acabit.

Sylvain Fort est un cérébral qui n’a pu que séduire cet autre intellectuel à "pensée complexe" qu’est Emmanuel Macron. Une autre différence est qu’il est passé par la prestigieuse École normale supérieure alors que le second a échoué. Mais ils étaient faits pour s’entendre en dépit d’une légère différence d’âge. Sylvain Fort est né en 1972 contre 1977 pour le chef de l’État français.

Passé par un grand cabinet d’influence

Dur avec la presse

En 2017 des journalistes habitués à s'inscrire dans le sillage s'étaient plaints de s'en voir écartés. Interrogé dans le Monde, Sylvain Fort avait produit la réponse suivante en récusant à moitié les soupçons de tri : "L’accès au président n’est pas une rente réservée à une seule catégorie de journalistes. Mais, in fine, ce sont les rédactions qui décident de qui elles envoient". Les relations de la presse avec le palais n'ont jamais été au beau fixe sous l'ère Macron.

Sylvain Fort n’a connu que des lycées réputés, dont le fameux Henri IV, à Paris. Il cumule des activités intellectuelles en littérature et en musique mais doit compléter ses finances ailleurs. Il débute notamment par BNP Paribas avant de rejoindre pour deux ans DGM, l’un des grands cabinets d’influence et de conseil français. Ce passionné de géopolitique et d’opéra est aussi germaniste, ce qui est rare au pays de Voltaire. On ne lui connaît qu’une seule apparition à la télévision, sur la chaîne Public Sénat où il a été invité pour évoquer son ouvrage "Saint-Exupéry Paraclet" (chez Pierre-Guillaume de Roux Éditeur), personnage qui figure au rang de ses héros.

Cet homme qui aurait tendance à fuir les journalistes a rejoint l’équipe du candidat Macron en août 2016 et n’a cessé, depuis, de creuser son sillon et d’épaissir son carnet d’adresses. Son influence sur le président est tout à fait identifiable. L’éditorialiste Michaël Darmon expliquait ainsi au mois de septembre sur Europe 1 que Sylvain Fort avait conseillé au président Macron d’intégrer dans son discours en l’honneur d’Arnaud Beltrame, ce gendarme assassiné par un terroriste, une dénonciation de l’islamisme en politique. Il n’est certes pas un spin-doctor du moins tel que les anglo-saxons le comprennent. Car le spin-doctor d’Emmanuel Macron n’est autre que Macron lui-même. Mais Sylvain Fort est l’ombre portée de son stylographe ce qui est déjà beaucoup.

Le profil
  • 1972 : naissance à Charenton le Pont, banlieue parisienne
  • 1991 : diplôme de l'école normale supérieure
  • 2002 : entre au cabinet de Michel Pébereau (BNP Paribas)
  • 2008 : intègre DGM conseil
  • 2016 : rejoint en août le candidat Macron
  • 2018 : dirige la communication de l'Elyséen

Lire également

Publicité
Publicité