Tom Boon, le pionnier du hockey professionnel

À 29 ans, Tom Boon est l’un des joueurs de hockey les plus célèbres au monde. Il est aussi le premier Belge à être passé professionnel, il y a dix ans. Ce jeudi, il tentera de qualifier les Red Lions pour la finale de l’Euro qui se déroule en ce moment à Wilrijk, près d’Anvers.

Les choses commencent à devenir très sérieuses du côté de Wilrijk. Après s’être qualifiés sans difficulté lors de la phase de poule, les Red Lions rencontrent ce jeudi en demi-finale de l’Euro de hockey la coriace équipe d’Allemagne. Afin de tenter de se hisser en finale, l’équipe belge pourra compter sur une ligne offensive en grande forme, menée notamment par Tom Boon, le Belge le plus prolifique du tournoi avec déjà trois buts inscrits (juste derrière le tireur de penalty corner Alexander Hendrickx).

Le profil
  • 25 janvier 1990: Naissance à Bruxelles.
  • 2008: Première sélection en équipe nationale.
  • 2009: Élu meilleur espoir du hockey belge.
  • 2011: Tom Boon est repris dans l’équipe-type de la fédération internationale de hockey.
  • 2016: Médaille d’argent aux JO.
  • 2018: Champion du monde de hockey.

Depuis des années, le plus célèbre joueur de hockey belge est l’un des pions essentiels de l’attaque des Lions. Redoutable buteur, il a fait ses débuts au White Star d’Evere avant de rejoindre Uccle Sport. Il part ensuite en 2009 vers le Racing de Bruxelles où il passera la majorité de sa carrière. Il y jouera sept saisons entrecoupées d’un passage de deux ans au club hollandais de Bloemendaal. Dès septembre, Tom Boon changera une nouvelle fois de club pour rejoindre le Léopold, actuel tenant du titre. "J’ai bientôt 30 ans et j’avais besoin d’un nouveau défi. J’arrivais justement à la fin de mon contrat et le Léopold m’a fait une offre sur cinq ans", explique-t-il.

Joueur parmi les plus doués de sa génération, Tom Boon a rejoint l’équipe nationale à seulement 18 ans. Il était donc de tous les grands rendez-vous. Deux participations aux Jeux olympiques dont une médaille d’argent à Rio en 2016, deux fois finalistes de l’Euro et un titre de Champion du monde l’année dernière. Tom Boon ne compte pas en rester là: "Mon objectif est de faire quatre Jeux Olympique. J’espère donc aller jusque Paris 2024 mais en sport de haut niveau, on ne sait jamais comment cela va évoluer."

Le joueur est un artiste avec son stick. Mais il a également le sens des affaires. S’ils sont tous pros en équipe nationale désormais, Tom Boon fut le premier de l’histoire du sport à avoir sauté le pas. C’était il y a dix ans, sans le moindre diplôme en poche. "C’était simplement mon rêve. C’était un pari osé de tout arrêter pour me consacrer au hockey. Même si j’ai été soutenu, mon entourage était forcément un peu inquiet. Mais je sentais qu’il y avait une opportunité et que le hockey se développait." L’intuition était la bonne.

Les marques sous le charme

Pour s’assurer des revenus, le célèbre attaquant peut désormais compter sur son salaire en club et son défraiement en équipe nationale. Au fil du temps, il a aussi multiplié les initiatives en confiant, par exemple, son image à Verhulst, une entreprise spécialisée dans l’événementiel. Un soutien professionnel qui lui a permis de signer quelques sponsorings avec des marques comme Baume et Mercier, L’Oréal ou encore Mercedes. "Je suis un peu payé pour ce genre de contrat mais cela me permet surtout de limiter très fortement mes dépenses. J’ai une voiture, des vêtements, mon équipement de hockey."

Le hockey dans le sang

Chez les Boon, le hockey est une histoire de famille. Jill, sa sœur aînée, est également l’une des joueuses les plus expérimentées des Red Panthers. Son oncle, Marc Coudron, est aussi un ex-international et l’actuel président de la fédération de hockey.

Meilleur buteur

Avec plus de 180 buts inscrits en 280 sélections sous le maillot belge, Tom Boon est de loin le meilleur buteur du pays. "En réalité, je ne connais pas le chiffre exact", sourit-il.

 

Mais Tom Boon ne se contente pas d’exploiter son image. Il a aussi développé sa propre structure, baptisée "Tom Boon Hockey Camps" qui organise des stages pour enfants. "Nous sommes trois fondateurs et cinq temps plein. Sur toute l’année, on réalise 35 stages et on fait travailler temporairement environ 150 entraîneurs", détaille-t-il. Pour ponctuer le tout, le joueur exploite également ses talents d’expert en hockey pour le développement d’une marque de stick.

Lancée en 2015, Thurso a récemment été reprise par son beau-père. "Mais je suis toujours actionnaire. Mon rôle au jour le jour est limité mais j’interviens notamment dans le développement de nos produits en les testant et les validant tous". Si sa reconversion semble assurée, elle ne devrait pas se limiter à ces premiers pas d’entrepreneur. "Je ne sais pas encore ce que je ferai. Je fonctionne plutôt par objectif. On verra donc après ma carrière de joueur. Je me lance aussi doucement dans l’immobilier. Ce qui est certain, c’est que je ne me vois pas en employé", sourit-il.

Lire également

Publicité
Publicité