Un premier client à l'international pour la medtech liégeoise Dim3

Dim3, la jeune medtech liégeoise spécialisée dans la médecine nutritionnelle connectée, vient de décrocher son premier contrat à l’international. Un beau succès pour le CEO-fondateur, Jean-Claude Havaux.

Comment dit-on "serial entrepreneur" à Liège? Le terme n’existe pas encore, mais il va falloir l’inventer un jour ou l’autre. Car la Cité ardente commence à compter dans ses rangs de plus en plus de CEO-fondateurs en quête permanente de nouvelles opportunités.

Le profil
  • Études de zoologie à l’ULg
  • Expert pour la FAO en Côte d’Ivoire dans le domaine de la pisciculture
  • Revient en Belgique et y travaille comme délégué médical
  • Dirige la filiale belge du groupe italien Radim
  • Création en 2001 de ZenTech par un MBO, après le rachat de la filiale belge de Radim
  • Création en 2014 de Dim3, spécialisée dans la gestion de la nutrition dans les environnements cliniques

Prenez Jean-Claude Havaux. Jusqu’ici, l’homme était surtout connu comme patron de ZenTech, une société spécialisée dans le dépistage des maladies génétiques dès les premiers stades de la vie. Créée en 2001, l’entreprise est désormais bien établie dans le paysage principautaire des sciences du vivant.

Jean-Claude Havaux aurait pu se contenter de gérer ce premier succès. Mais il y a moins de cinq ans, la passion de la création l’a poussé à lancer une deuxième société: Dim3, une "medtech" (une start-up de matériel médical) spécialisée dans la médecine connectée.

En phase d’évaluation

Dim3 a mis au point une plateforme (appelée Nutrow) et un logiciel d’aide à la décision médicale, qui permettent un suivi en temps réel de l’état nutritionnel d’un patient admis en soins intensifs et nourri par voie entérale. L’ensemble a été développé à partir de l’expérience de nutritionnistes en milieu hospitalier, en l’occurrence principalement le CHU de Liège. Il est en phase d’évaluation dans plusieurs centres de référence européens et américains.

Des études ont montré que les patients admis en soins intensifs ne reçoivent qu’entre 50 et 60% des quantités d’aliments artificiels prescrites. Cela a un impact considérable sur leur convalescence et la durée de séjour. Les coûts annuels liés à la dénutrition clinique en Europe représenteraient quelque 170 milliards d’euros.

Trois régions

Alors que les tests de la plateforme se poursuivent, Dim3 vient de décrocher le premier contrat commercial de son histoire. L’entreprise liégeoise a en effet remporté un appel d’offres en Italie pour la fourniture de sa solution Nutrow pour des patients sortis de l’hopital mais nourris artificiellement, en partenariat avec une des plus grosses sociétés dans le domaine des soins à domicile. "Nous sommes spécialisés sur cette capacité de gérer la nutrition dans les hopitaux, mais nous accompagnons aussi ce mouvement sociétal qui consiste à ce que les patients restent le moins longtemps possible à l’hopital, explique Jean-Claude Havaux. Ce qui fait que le nombre de patients restant chez eux à être nourris artificiellement ne fait qu’augmenter. C’est une tendance lourde en Europe et aux USA."

Ce premier accord commercial concerne trois régions d’Italie (la Ligurie, la Lombardie et le Val d’Aoste), pour plus de mille patients nécessitant une nutrition artificielle entérale. La plateforme sera mise en place en Ligurie dans le courant du mois de juin. Son utilisation sera ensuite étendue aux autres régions, à commencer par la Lombardie, ce qui porterait déjà le nombre de patients suivis à quelque 1.200 d’ici fin 2019.

L’Italie compte actuellement 16.000 patients dans ce cas de figure, contre 12.000 il y a 5 ans. Mais Dim3 ambitionne de prendre 60% du marché italien dans ce créneau. "Comme en plus, il s’agit d’un appel d’offres, cet accord donne plus de puissance commerciale à notre produit", se réjouit encore Jean-Claude Havaux.

Avec ce contrat d’une durée de 3 ans renouvelable, Dim3 engrange ses premières rentrées. Le chiffre d’affaires global qui sera généré suite à ce premier contrat représente un montant proche du million d’euros.

Pas de pantouflage

Le patron de Dim3 avoue ne pas trop aimer le pantouflage et être plus intéressé par les défis, dont celui de l’innovation. C’est ce qui l’a poussé à abandonner progressivement la gestion de ZenTech – dont il reste président – pour se lancer dans l’aventure Dim3.

Vers une levée de fonds

L’actionnariat de Dim3 comprend le CEO-fondateur et le docteur Jean Collard, ainsi que le fonds d’investissement Newton Biocapital, Meusinvest et la SRIW. Une nouvelle levée de fonds est en préparation pour soutenir et accélérer la commercialisation des produits.

Geek et consul honoraire

Passionné de nouvelles technologies, de connectivité, d’algorithmes, mais aussi de motos, Jean-Claude Havaux est également consul honoraire pour la Malaisie en Région wallonne.

 

Lire également

Publicité
Publicité