Un vent nouveau sur la catholique Irlande

Le prochain chef de gouvernement irlandais est jeune, gay et d’origine indienne. Du jamais vu dans ce pays à forte dominante catholique.

Il y a à peine un an, l’Irlande rejetait une nouvelle fois une loi permettant l’avortement dans les cas extrêmes (viol ou malformation du fœtus). C’est pourtant ce pays à tradition fortement catholique qui verra, le 12 juin prochain, Leo Varadkar, un homme ouvertement homosexuel, devenir officiellement Premier ministre.

L’assouplissement moral des Irlandais est encore relativement récent puisqu’il a fallu attendre 1993 pour voir l’homosexualité décriminalisée. Le divorce n’a été autorisé que deux ans plus tard. Le mariage pour tous a été autorisé suite au référendum de mai 2015, qui a vu 62% des votants y répondre favorablement.

Le profil
  • Né le 18 janvier 1979.
  • Député depuis 2007.
  • Ministre du Transport, du Tourisme et du Sport (2011-2014).
  • Ministre de la Santé (2014-2016).
  • Ministre de la Protection sociale (2016-2017).
  • Leader du parti Fine Gael (centre-droit) en 2017.

Leo Varadkar est, à 38 ans, le plus jeune Premier ministre de l’histoire du pays. Né d’un père indien et d’une mère irlandaise, il est également le premier chef de gouvernement issu d’une minorité ethnique. "Si mon élection montre quelque chose, c’est que les préjugés ne font pas la décision dans cette République. Quand mon père a fait un voyage de 5.000 miles (6.500 kilomètres, NDLR) pour construire une nouvelle maison en Irlande, je ne pense pas qu’il rêvait que son fils puisse en devenir le leader", a-t-il affirmé après sa victoire.

Un néolibéral décomplexé

Cette nouvelle ouverture de l’Irlande catholique doit toutefois être relativisée puisque Leo Varadkar ne prend les rênes du pays qu’à la faveur de la démission d’Enda Kenny de son poste de premier ministre et de leader du Fine Gael, le parti de centre-droite. Varadkar a remporté le scrutin interne face à Simon Coveney, dont le profil était beaucoup plus classique. Seuls les parlementaires, élus locaux et militants ont participé.

Progressif sur le plan des mœurs – il avait notamment fait son coming-out en pleine campagne référendaire du mariage pour tous en 2015 –, Varadkar est en revanche un conservateur dur sur le plan économique. Il défend une politique d’austérité et néolibérale qui brusque l’idéologie historique de droite sociale du Fine Gael.

Varadkar récupère une situation plus favorable qu’au lendemain de la crise financière, qui avait mis à terre le Tigre celtique. La Commission européenne prévoit un rythme de croissance du PIB de 4% en 2017 et de 3,6% en 2018, soit plus de deux fois le rythme de l’ensemble de l’eurozone.

À la différence de la campagne des législatives britanniques, réduite à l’épicerie électorale et dont les questions liées au Brexit sont clairement passées au second plan, la priorité sera donnée aux conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. "L’Irlande du Nord va quitter l’Union européenne en même temps que le Royaume-Uni, mais nous estimons qu’il doit y avoir des conditions spéciales pour l’Irlande du Nord, a indiqué le nouveau Taoiseach. Nous espérons le maintien d’une relation aussi étroite que possible entre le nord et le sud de l’Irlande, sur la base d’une frontière économique invisible et inexistante, et avec la possibilité pour l’Irlande du Nord de rester dans un maximum de programmes économiques."

Sauf imprévu, Leo Varadkar entrera officiellement en fonctions lundi prochain.

Le coming-out

En mai 2015, il déclarait: "Je ne suis pas un homme politique moitié indien ou gay ou un médecin. Ce sont juste des aspects qui font ce que je suis. Mais aucun de ces termes ne me définit en tant que tel."

Des tonalités sarkozystes

Le slogan qui a permis au nouveau Taoiseach d’installer sa campagne - "Pour les gens qui se lèvent tôt" - sonne autant à l’oreille que celui qui avait permis à Nicolas Sarkozy de ratisser large, lors de son élection à la présidence de la république française en mai 2007. Varadkar a d’ailleurs fait son entrée dans le champ politique national irlandais le même mois cette année-là, en tant qu’élu à la chambre basse du Parlement.

Lire également

Publicité
Publicité