Ursula Von der Leyen, l'Allemande francophile

La probable future présidente de la Commission européenne est née à Bruxelles. Francophile, la démocrate-chrétienne, proche d’Angela Merkel, est impopulaire en Allemagne.

Philippe Maystadt avait eu le nez creux. Interrogé par L’Echo en 2017 sur l’existence d’un nouveau Delors à la tête de la Commission, l’ancien ministre aujourd’hui décédé avait alerté: "On me dit que la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, est une personnalité très ouverte et très européenne. Elle pourrait donc jouer un rôle européen." Voilà donc "Röschen", la petite rose comme la surnomment ses proches, prochainement à la tête de l’exécutif européen, si le Parlement valide.

À Bruxelles, Ursula Von der Leyen ne sera pas dépaysée. Bruxelles, elle connaît. Et pour cause: celle qui succédera à Jean-Claude Juncker est née le 8 octobre 1958 dans notre capitale. Elle y a passé une partie de son enfance et a fait ses études pendant sept ans à l’école européenne. Elle est la fille d’un ancien haut fonctionnaire de la Commission, Ernst Albrecht, qui a été directeur général pour la concurrence et par la suite ministre-président de Basse-Saxe.

Après son enfance à Bruxelles, Ursula Von der Leyen a étudié ensuite l’économie à Göttingen, puis à Münster avant de fréquenter la London School of Economics et, plus tard, l’université de Stanford. Sa formation principale, obtenue à Hanovre, est toutefois la médecine, avec une spécialisation en gynécologie.

Sa carrière politique débute en 1990 lorsqu’elle adhère à la CDU (l’Union démocrate chrétienne). En 2003, elle obtient le ministère des Affaires sociales et de la Famille dans sa région de Basse-Saxe. Deux ans plus tard, elle entre au gouvernement fédéral d’Angela Merkel comme ministre de la Famille pour un mandat de quatre ans. Elle troque ce portefeuille pour celui du Travail et des Affaires sociales entre 2009 et 2013 avant de devenir la première femme à occuper le ministère de la Défense. Polyglotte – elle parle couramment français et anglais – elle est mère de sept enfants.

Bilan controversé

Un temps pressentie pour succéder à Angela Merkel à la Chancellerie, son étoile a toutefois pâli outre-Rhin, précisément en raison d’un bilan controversé au ministère de la Défense. En 2017, elle avait été attaquée par la gauche et l’institution militaire après des cafouillages lors d’un scandale impliquant des soldats d’extrême droite. L’opinion publique allemande s’était alors détournée de la ministre, retardant ainsi ses espoirs.

La voici comblée: soutenue par la Chancelière et le président français Macron, Ursula Von der Leyen avait reçu mardi après-midi le soutien du groupe de Visegrad. Le ticket Von der Leyen/Lagarde permet à la France et à l’Allemagne d’obtenir chacune un poste européen d’envergure, et à la droite européenne de conserver la tête de la Commission. En outre, il respecte la parité souhaitée par des leaders européens pour les postes de pouvoir.

Lire également

Publicité
Publicité