Zhang Yiming, le roi de Tik Tok à l'assaut du monde

Tout le monde connaît son application phare, Tik Tok, mais peu savent son nom: Zhang Yiming, le patron de ByteDance, est l’une des révélations de ces dernières années en Chine.

Le jeune chef d’entreprise aux lunettes cerclées n’a que 35 ans mais pèse déjà 16,2 milliards de dollars, selon le magazine Forbes, ce qui en fait la treizième fortune de Chine. Alors que son application vedette est une ode à l’exhibitionnisme en ligne – ses utilisateurs se filment et diffusent des clips courts, le plus souvent dans des situations cocasses – lui cultive la discrétion.

On sait peu de choses sur lui et sa vie privée est un mystère. On sait simplement qu’il est né en 1983 dans la province du Fujian, à l’Est de la Chine, de parents fonctionnaires. Son prénom est inspiré d’un proverbe qui signifie "surprendre tout le monde dès la première fois". Ce qu’il a fait en créant Tik Tok en 2017, 1 milliard et demi d’utilisateurs!

Zhang ne s’arrête pas là et a créé dans la foulée plusieurs applications, dont Jinri Toutiao, un agrégateur d’informations en ligne qui revendique lui 120 millions d’utilisateurs!

Sur le tas

Aujourd’hui il serait en discussions avec Warner, Universal et Sony pour lancer un nouveau service capable de concurrencer les géants du secteur que sont Spotify, Apple et Tencent, selon le quotidien britannique Financial Times.

Le profil
  • Né en 1983 dans le Fujian en Chine.
  • Diplômé en 2005 de l’Université de Nankai en micro-électronique.
  • Il travaille pour une agence de voyages en ligne, Kuxun, en 2006.
  • En 2008 il intègre Microsoft à Pékin.
  • En 2009 il rachète Kuxun et se lance dans le développement d’applications.
  • En 2012 il créé Byte Dance.
  • En 2017 il lance Tik Tok.

L’ancien ingénieur discret, diplômé de l’Université de Nankai en micro-électronique, a appris sur le tas et semble avoir un flair à toute épreuve pour séduire les jeunes. "Quand j’étais ingénieur, je ne m’intéressais qu’aux brevets et aux innovations mais maintenant je suis tourné vers les utilisateurs et je veux les comprendre", explique-t-il dans un entretien à la presse chinoise.

"Pendant longtemps, par exemple, je ne faisais que regarder les vidéos de Tik Tok, je n’en avais jamais réalisé moi-même parce que je pensais que c’était juste pour les jeunes. Et puis petit à petit je m’y suis mis et j’ai demandé ensuite à toutes mes équipes, y compris les responsables, de réaliser leurs propres vidéos sur l’application pour voir combien de ‘j’aime’ ils pouvaient obtenir. Si ça ne marche pas, ils doivent faire des pompes devant moi… Cette façon de travailler a beaucoup changé mon approche des affaires."

Anecdotes

La plus rentable

Byte Dance est la start-up la plus rentable du monde, devant Uber.

Top 30

En 2013, il entre dans la liste des trente plus riches trentenaires de Chine.

Lettre d’excuses

L’une des premières applications de Byte Dance, Neihan Duanzi, a été fermée par le régime communiste chinois en 2018 pour ne pas avoir satisfait aux "valeurs socialistes". Zhang a du se fendre d’une lettre d’excuses et prêter allégeance au président Xi Jinping.

Aujourd’hui, son entreprise Byte Dance a pris le rythme d’une multinationale et est valorisée 75 milliards de dollars. Plus rien n’arrête le jeune milliardaire qui, contrairement à beaucoup d’entrepreneurs chinois, regarde bien au-delà des frontières de l’empire du Milieu.

"Je dis à mes compatriotes qu’il faut regarder loin et investir à l’étranger." Dans une note interne révélée récemment par l’agence de presse Reuters, Zhang Yiming annonce faire du développement international la priorité de son entreprise. Il appelle ses employés à aller au-delà de ses deux marchés clefs que sont les Etats-Unis et la Chine pour conquérir notamment les pays émergents.

Sans jamais y faire allusion, Zhang Yiming sait bien en effet que son application vedette est dans le collimateur de Washington et de l’Union européenne, qui l’accusent de collecter les données privées de ses utilisateurs. Mais qu’importe pour ce grand timide, le monde est vaste et il espère bien créer de nouvelles applications toujours aussi simples, lucratives et surprenantes.

Lire également

Publicité
Publicité