"Vous avez choisi l'audace et cette audace, nous la poursuivrons"

Le candidat centriste Emmanuel Macron a été élu président de la République française face à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen. Avec 65,1% des voix, il devient, à 39 ans, le plus jeune président de l'Histoire de France avec une victoire très nette sur la candidate du Front national, 48 ans.
  • Fin de notre direct

    C'est ici que se referme notre live sur le second tour de l'élection présidentielle française. Merci de nous avoir suivis.

  • Ce qu'il faut retenir

    Emmanuel Macron, 39 ans, est devenu le plus jeune président français en battant la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, avec 65,05% contre 34,94% pour Marine Le Pen, selon les résultats partiels basés sur 43,2 millions d'inscrits.

    • Ce second tour a en effet été marqué par une abstention significative (entre 25% et 27% selon les estimations) et un taux important de bulletins nuls ou blancs. La participation avait été de 76,77% au premier tour.

    • La passation de pouvoir avec François Hollande, son ex-mentor, aura lieu d'ici le dimanche 14 mai. Le chef de l'Etat sortant devait le convier lundi aux cérémonies de célébration du 8 mai 1945.

    • Marine Le Pen, qui s'est exprimée peu après l'annonce des résultats, a annoncé que le FN se transformerait "profondément" pour "constituer une nouvelle force politique que de nombreux Français appellent de leurs voeux" et rassembler plus largement les "patriotes".

    • La campagne d'entre-deux-tours, particulièrement tendue, s'est achevée vendredi sur un nouveau soubresaut, avec la publication sur les réseaux sociaux de plusieurs dizaines de milliers de documents internes de l'équipe d'Emmanuel Macron, via un lien diffusé par le site WikiLeaks, et abondamment relayés par l'extrême droite sur Twitter.

    Le scrutin s'est tenu sous haute sécurité: plus de 50.000 policiers, gendarmes et militaires sont déployés pour assurer la sécurité du scrutin, alors que la France vit sous le régime de l'état d'urgence et que des attentats islamistes ont fait 239 morts dans le pays depuis 2015.

  • "Vous avez choisi l'audace et cette audace, nous la poursuivrons"

    "Merci, merci, merci !", a lancé Emmanuel Macron, en arrivant au son de l'hymne européen devant des milliers de ses partisans, réunis pour célébrer sa victoire à la présidentielle.

    "Merci à ceux qui ont voté pour moi sans avoir nos idées, je sais qu'il ne s'agit pas d'un blanc-seing", a-t-il dit, très solennel dans la cour du Louvre, au pied de la pyramide, en promettant qu'il ferait tout pour que les Français "n'aient plus aucune raison pour voter pour les extrêmes". "Vous avez choisi l'audace et cette audace, nous la poursuivrons", a-t-il déclaré.

    Emmanuel Macron a appelé à l'élection d'une "majorité de changement" lors des élections législatives des 11 et 18 juin. "Notre tâche est immense et elle imposera de construire dès demain une majorité vraie, une majorité forte, cette majorité de changement, c'est ce à quoi le pays aspire et c'est ce qu'il mérite", a-t-il déclaré. "Cette majorité de changement, c'est cela ce que j'attends de vous dans six semaines car j'aurai encore et encore besoin de vous", a-t-il ajouté.

    Le président-élu a eu un mot pour les électeurs du Front national, "ils ont exprimé aujourd'hui une colère, un désarroi, parfois des convictions. Je les respecte. Mais je ferai tout durant les cinq années qui viennent pour qu'ils n'aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes", a-t-il ajouté.

    "Nous ne cèderons rien à la peur, nous ne cèderons rien à la division. Ce soir l'Europe, c'est le monde qui nous regardent, ils attendent que nous défendions partout l'esprit des Lumières", a-t-il dit avant que son épouse, Brigitte, émue aux larmes, le rejoigne sur la tribune, sous les ovations de la foule.

  • Les premières projections pour les législatives

    Le mouvement d'Emmanuel Macron obtiendrait 26% des voix aux élections législatives, devant LesRépublicains/UDI à 22%, suivis de très près par le Front National (22%). Les candidats de 'France insoumise' obtiendrait 13% et le PS 8%, selon les projections du bureau Harris Interactive.

  • L'agenda du président Macron

    Le président élu participera cette semaine à des cérémonies au côté du chef d'Etat sortant socialiste François Hollande et préparera la formation de son futur gouvernement.

    Lundi, le président élu participera à la commémoration de la capitulation allemande du 8 mai 1945 sur les Champs-Elysées au côté de François Hollande.

    Mercredi, ce dernier retrouvera à nouveau son ex-conseiller et ancien ministre de l'Economie pour des cérémonies organisées dans le centre de Paris à l'occasion d'une Journée nationale des mémoires de l'esclavage.

    Le jour de la passation de pouvoirs entre les deux hommes n'est pas encore connu mais devrait avoir lieu au plus tard le 14 mai.

    Il faudra "attendre une semaine" pour savoir qui sera le Premier ministre choisi par Emmanuel Macron, a déclaré dimanche soir Richard Ferrand, secrétaire général de son mouvement politique En Marche!. Son futur gouvernement devrait comporter une quinzaine de ministres mêlant politiques et figures de la "société civile", et un nombre non défini de secrétaires d'État.

    Cette semaine, le mouvement politique d'Emmanuel Macron, créé il y a un peu plus d'un an, présentera d'autre part "les candidates et les candidats qui iront former la future majorité parlementaire à l'Assemblée nationale", a ajouté Richard Ferrand.

    Les élections législatives sont prévues les 11 et 18 juin.

  • Emmanuel Macron "En marche" pour retrouver ses militants sur la place du Louvres

  • Résultats actualisés: Macron à 61,7%

    Selon des résultats partiels basés sur la moitié des bulletins dépouillés, Emmanuel Macron a obtenu 61,7% des voix, contre 38,3% pour Marine Le Pen.

  • Mélenchon appelle Macron à être "obsédé" par les démunis

    "Le nouveau président est élu, la courtoisie et l'amour de notre démocratie commandent d'en prendre acte sans barguigner et de lui présenter nos voeux", a expliqué le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui a appelé Emmanuel Macron, tout juste élu président de la République, à être "obsédé" par la pensée des démunis au cours de son quinquennat.

    L'eurodéputé, qui était arrivé quatrième à l'issue du premier tour de l'élection le 23 avril, a également exhorté ses partisans à rester mobilisés en vue des élections législatives des 11 et 18 juin.

    "Puisse le sens du destin de notre patrie vous habiter Monsieur le président et la pensée des démunis, sans droit, sans toit, sans emploi, vous obséder. Puisse la France y trouver son compte mais mieux vaudrait y veiller par nous même". (Le programme du) "nouveau monarque président est connu. C'est la guerre contre les acquis sociaux du pays et l'irresponsabilité écologique."
    Jean-Luc Mélenchon

  • Les félicitations arrivent de partout

    Bernard Cazeneuve, le Premier ministre français a été le premier à féliciter publiquement Emmanuel Macron. "Les Français ont choisi Emmanuel Macron comme Président de la République. Je lui adresse mes félicitations et tous mes vœux de succès dans l'exercice de ses fonctions au service de notre pays", lit-on dans le communiqué de Bernard Cazeneuve. Un peu plus tard, le président sortant, François Hollande, a également présenté "tous (ses) vœux de réussite" à son successeur.

    En Allemagne, le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert, a immédiatement réagi en français sur son compte Twitter. Le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel a de son côté estimé que la France restait de ce fait "au coeur de l'Europe".

    En Belgique, le Premier ministre Charles Michel s'est également joint au flux de félicitations sur Twitter. Il a salué "une opportunité pour l'Europe".

    "Je lance une invitation à Emmanuel Macron pour une rencontre officielle à Bruxelles ou à Paris pour formaliser concrètement un ensemble de propositions qui doivent permettre de consolider et renforcer le projet européen alors qu’il est confronté à de nombreux défis".
    Charles Michel
    Premier ministre

    Le président du PS belge Elio Di Rupo y est aussi allé de son commentaire, indiquant que "cette victoire est aussi celle des valeurs démocratiques sur la brutalité et la haine", a-t-il commenté.

    Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a adressé une lettre de félicitations en français à Emmanuel Macron, se réjouissant qu'il défende l'idée d'une "Europe forte et progressiste". "Je me réjouis que les idées que vous avez défendues d'une Europe forte et progressiste qui protège tous ses citoyens soient celles que la France va porter sous votre présidence dans le débat sur l'avenir de l'Europe", écrit-il dans cette lettre.

    Outre-Manche, la Première ministre britannique Theresa May a rappelé, une fois les résultats connus, que "la France est l'un de nos plus proches alliés et nous nous réjouissons de travailler avec le nouveau Président sur un large éventail de priorités communes".

    Sans surprise, c'est par Twitter que le président américain Donald Trump, qui avait eu des commentaires élogieux pour Marine Le Pen, a déclaré qu'il avait hâte de travailler avec Emmanuel Macron. "Félicitations à Emmanuel Macron pour sa grande victoire aujourd'hui comme prochain président de la France. J'ai hâte de travailler avec lui !" a-t-il écrit sur son compte personnel.

  • Comment réagissent les économistes

    Bill Street, responsable des investissements en Europe (STATE STREET)

    "La victoire d'Emmanuel Macron va donner aux marchés un répit bien mérité par rapport à la situation politique en Europe. Ce résultat, avec l'accord préliminaire de la semaine dernière sur la dette grecque, sera suffisant pour soutenir un rebond de soulagement à court terme."

    Philippe Waechter, économiste (NATIXIS AM)

    "Le risque sur les marchés c'est que l'on 'vende le fait après avoir acheté la rumeur' parce que tout le monde avait déjà joué une victoire de Macron ces derniers temps. Maintenant, les marchés vont regarder les élections législatives bien sûr. Les sondages jusqu'à présent lui donnent une majorité, ce qui lui faciliterait les choses. Les Français sont légitimistes et devraient donner au président élu une majorité."

    Diego Iscaro, économiste (IHS MARKIT)

    "Pour la deuxième fois en quinze jours, les marchés financiers vont pousser un soupir de soulagement collectif après les résultats de l'élection (présidentielle) française. Si la victoire de Macron était très largement attendue par les intervenants de marché, nous continuons d'anticiper un renforcement de l'euro dans les premières transactions. La victoire de Macron devrait aussi soutenir les cours des actions et des obligations françaises."

  • Macron veut "retisser les liens entre l'Europe et les citoyens"

    ©AFP

    L'air grave et sérieux, Emmanuel Macron a tenu un bref discours depuis son QG. Pour ses premiers mots en tant que président élu, il a  dit avoir entendu "la colère, l'anxiété et les doutes" des Français, précisant qu'il se battra "contre les divisions qui nous minent". 

    Emmanuel Macron a promis de rassembler une France déchirée et de renouer les liens entre l'Europe et les citoyens. "Je ne méconnais (aucune difficulté, NDLR), ni les difficultés économiques, ni les fractures sociales ni les impasses démocratiques, ni l'affaiblissement moral du pays", a-t-il déclaré. "Je sais les divisions de notre nation qui ont conduit certains à des votes extrêmes, je les respecte"", a ajouté Emmanuel Macron.

    Le futur président a promis de défendre les intérêts vitaux de la France et l'Europe et de mener sans faiblir le combat contre le terrorisme, en France comme à l'étranger. Le renouvellement de notre vie publique s'imposera à tous dès lundi, a ajouté le candidat d'En Marche !, jurant qu'il ne se laisserait arrêter par aucun obstacle pour l'assurer. 

  • Les partenaires sociaux soulagés

    → Pierre Gattaz, président de l'organisation patronale du Medef, sur Twitter

    "Bravo Emmanuel Macron pour votre élection à l'Elysee. Souhaitons qu'elle marque un véritable renouveau pour notre pays."

    → Jean-Claude Mailly, secrétaire général du syndicat Force ouvrière (FO), dans un communiqué

    "Le nouveau président de la République va avoir une responsabilité immense, pour ne pas dire historique. (...) Il s'agit, dans le respect des processus démocratiques, sans précipitation contre-productive, de ramener l'espoir dans la population et les travailleurs, d'apaiser les tensions en réglant les causes à l'origine de la double fracture, sociale et territoriale."

    → La CFDT, dans un communiqué

    "C'est une victoire de la République sur la haine. La CFDT demande à Emmanuel Macron de ne pas rester sourd face à (la) désespérance. La CFDT demande donc au Président élu d'agir pour la mise en place d'une politique porteuse de progrès social."

  • Le dessin de Vadot

    ©Vadot

  • Cinq ans, cinq défis

    Emmanuel Macron a gagné et, pour lui, tout commence. Épinglons cinq grands défis qu'il va devoir relever au cours de son quinquennat.

    → Lire notre analyse Cinq ans, cinq défis

  • L'Echo boycotte la soirée électorale de Marine Le Pen

    Policiers sur les dents, militants tirés à quatre épingles et service traiteur: tout était bien en place pour la soirée électorale du Front national. Mais le parti d’extrême droite n’a pas voulu prendre de risque. Il a fait le tri parmi les journalistes auxquels il a accordé l’accès au Chalet du Lac, dans l’est de Paris. Quotidien, Mediapart, Charlie Hebdo, BuzzFeed: au total, une dizaine de médias se sont vu refuser l'accréditation à la soirée de la candidate frontiste.

    Pour accueillir environ 500 de ses militants, le FN avait fait le choix du Chalet du Lac, dans le 12e arrondissement de Paris. Le parti s’est justifié en évoquant l’étroitesse des lieux pour écrémer les rangs de la presse. L’endroit ne peut en effet accueillir qu’un peu plus de 1.000 personnes. Mais une large tente destinée à la presse avait aussi été installée à l’extérieur du bâtiment. D’après nos constatations, elle pouvait accueillir autour de 200 personnes.

    Face à cette situation, il a semblé évident que le Front national avait fait le choix non assumé de refuser l’accès à sa soirée électorale aux médias trop critiques à son égard. L’Echo a donc décidé, comme d’autres médias tels que Le Monde, Les Inrocks et la RTBF, de quitter la soirée électorale de Marine Le Pen. 

    .@lecho Le quartier autour du lieu de rassemblement de Marine Le Pen est bouclé. Aux alentours, quelques curieux se pressent. #Presidentielle pic.twitter.com/kRTZE9jw7L— Maxime Delrue (@mdelrue) 7 mai 2017

  • Et maintenant, le 3e tour

    Le troisième tour, les législatives, constituera un véritable casse-tête. Et pour Emmanuel Macron, le choix des ministres sera cornélien.

    → Notre analyse Et maintenant, le 3e tour

  • Marine Le Pen annonce une "transformation profonde" du FN

    ©AFP

    Un quart d'heure après l'annonce des résultats, Marine Le Pen a pris la parole pour souhaiter à Emmanuel Macron de "réussir face aux immenses défis". 

     "Les Français ont choisi un nouveau Président, et ont opté pour la continuité", a-t-elle indiqué. "Le premier tour a entériné une décomposition majeure de la vie politique française par l'élimination des partis anciens. Par ce résultat historique et massif, les Français ont fait de l'alliance des patriotes la première force d'opposition. (...) Les formations politiques qui ont pris la responsabilité d'élire M. Macron se sont discréditées elles-mêmes. Ce second tour organise une recomposition politique entre patriotes et mondialistes. C'est ce grand choix qui sera soumis aux Français lors des législatives. Je serai à la tête du combat [pour les législatives] (...) tant nous sommes inquiets des perspectives de ce nouveau quinquennat", a-t-elle ajouté.

    "Le Front national, qui s'est engagé dans une stratégie d'alliance, doit lui aussi profondément se renouveler, afin d'être à la hauteur de cette opportunité historique et des attentes des Français", a encore déclaré Marine Le Pen. "Je proposerai donc d'engager une transformation profonde de notre mouvement afin de constituer une nouvelle force politique que de nombreux Français appellent de leurs voeux."

    La présidente en congé du FN n'a pas donné de précision sur la forme que prendrait son parti à l'issue de cette"transformation".

  • Coup de fil entre Le Pen et Macron

    Selon l'entourage du nouveau président, un échange téléphonique "bref" et "cordial" a eu lieu entre Macron et Le Pen. 

  • Environ 9 millions de voix d'écart

    Selon Ifop-Fiducial pour Cnews, Sud Radio et Paris Match, Emmanuel Macron obtient 65,5% et Marine Le Pen, 34,5%.

    Selon Elabe pour BFMTV et RMC, M. Macron obtient 65,9% et Mme Le Pen 34,1%.

    Selon Harris Interactive pour M6, Emmanuel Macron obtient 66,1% et Marine Le Pen, 33,9%.

  • Emmanuel Macron élu président

    Emmanuel Macron a été choisi par les Français pour devenir, à 39 ans, le nouveau Président de la République. Il est crédité de 65,5% à 66,1% des voix face à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen (33,9% à 34,5%), selon les estimations des instituts de sondages Ifop et Harris Interactive.

    A 39 ans, Emmanuel Macron devient le plus jeune président de l'Histoire de France avec une victoire très nette sur la candidate du Front national, 48 ans.

  • L'euro à un plus haut de 6 mois avec la victoire annoncée de Macron

    L'euro est attendu en légère hausse contre le dollar et à un plus haut de six mois, au dessus du seuil de 1,10 dollar après de premières indications donnant Emmanuel Macron largement vainqueur du second tour de l'élection présidentielle française.

    +2,50%
    L'euro s'est apprécié de 2,50% contre le dollar entre le 21 avril et le 5 mai.

    → Lire également notre article Macron profite déjà aux entreprises

  • Marine Le Pen est arrivée à son QG

    La candidate à la présidentielle a rejoint ses proches et son équipe, au Chalet du Lac, situé dans le XIIe arrondissement de Paris, tout près du Bois de Vincennes. Elle y prendre la parole peu après 20 heures. En attendant, les militants du Front National ne s'avouent pas vaincus.

    Plusieurs journalistes ont indiqué s'être fait refuser l'accréditation par le parti d'extrême droite. Notre journaliste sur place a décidé de quitter les lieux par solidarité avec nos confrères refusés. 

  • Fermeture des premiers bureaux de vote

    Il est 19h, c'est l'heure de fermeture d'une grande majorité de bureaux de vote. Certains restent encore ouverts une heure dans les grandes villes.

    A 20h, nous aurons les premiers résultats officiels.

  • Dernières estimations

    Voici les derniers résultats que nous avons appris à bonnes sources à 19 heures:

    → Emmanuel Macron: 62,5%

    Marine Le Pen: 37,5%

  • Un taux d'abstention autour de 26%

    Le taux d'abstention au second tour de l'élection présidentielle devrait atteindre sur la journée entre 25% et 27%, selon les estimations de quatre instituts de sondage publiées dimanche. Ce taux s'élèverait à 26% pour Ipsos-Sopra Steria, à 27% pour Harris Interactive, à 25% pour Ifop Fiducial et à 26% pour Elabe.

    Ces estimations ont été publiées juste après l'annonce par le ministère de l'Intérieur du taux de participation à 17h, qui s'élève à 65,30%, soit une baisse par rapport au second tour de 2012 (71,96%).

     

  • La justice enquête sur le "MacronLeaks"

    La justice française a ouvert une enquête à la suite de la diffusion sur internet de milliers de documents internes de l'équipe du candidat centriste à la présidentielle Emmanuel Macron. Selon une source proche du dossier, l'enquête a été ouverte pour "accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données" et "atteinte au secret des correspondances".

  • Une dizaine de médias se disent "interdits" de soirée électorale FN

    Une dizaine de médias ont dénoncé dimanche une "interdiction" d'assister à la soirée électorale FN de second tour de la présidentielle, entraînant un "boycott" en "solidarité" de Libération et des Inrocks.

    Sur Twitter, des journalistes des sites d'information en ligne Buzzfeed, Mediapart, Les Jours, Rue89, StreetPress, Politico, Bondy Blog, Explicite, Brut, Konbini mais aussi de l'hebdomadaire Politis ou de l'émission Quotidien présentée sur TMC par Yann Barthès, ont indiqué s'être fait refuser l'accréditation par le parti d'extrême droite.

    Lors du premier tour, Mediapart, Quotidien et un journaliste de Marianne, récent co-auteur d'un livre-enquête sur Marine Le Pen, s'étaient déjà vu refuser l'accès à la soirée électorale d'Hénin-Beaumont.

    "Par solidarité pour nos confrères, la rédaction de Libération, qui ne sait pas à l'heure où nous écrivons ces lignes si elle est touchée par cette mesure, a décidé de ne pas se rendre à la soirée organisée par le parti d'extrême droite. Ces mesures anti-démocratiques et contraires à la liberté d'informer doivent cesser, comme l'intimidation des journalistes dans les meetings", a annoncé dans un article Johan Hufnagel, directeur adjoint de Libération.

    "En guise de solidarité, nous boycottons également la soirée électorale du FN", a annoncé l'hebdomadaire Les Inrocks sur Twitter. Les sociétés de journalistes de près d'une quarantaine de médias, dont l'AFP, ont signé une pétition pendant l'entre-deux-tours, qui proteste contre la décision du Front national de "choisir les médias autorisés à suivre Marine Le Pen" et dénonce "une entrave à la liberté" d'informer.

  • Le taux de participation à 17h est de 65,3%

    La participation dimanche à 17h pour le second tour de l'élection présidentielle française s'élevait à 65,30%, soit en baisse par rapport à 2012, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Au premier tour, le 23 avril dernier à la même heure, il s'élevait à 69,42 %, a-t-il précisé.

    Lors des élections présidentielles passées, le taux de participation au second tour, à la même heure, était de 71,96 %, en 2012, de 75,11 % en 2007 et de 67,62 % en 2002.

  • Entre 63% et 64% pour Macron et 10% de blancs et nuls

    Selon des sondages sortie des urnes, Emmanuel Macron remporterait l'élection présidentielle française avec entre 63% et 64% des votes. Les bulletins blancs et nuls représenteraient 10%.

  • Macron gagnant avec plus de 60% selon des sondages "jour du vote"

    Sur base de sondages “jour du vote” réalisés par trois instituts différents, Emmanuel Macron arriverait largement en tête de l’élection présidentielle française avec un score supérieur à 60%, annonce Le Soir. Le nombre de votes blancs et nuls serait important.

    Selon la RTBF, il récolterait entre 62% et 64% des votes.

    ©EPA

  • Emmanuel Macron en tête en Outre-mer

    Selon la RTBF, Emmanuel Macron serait largement en tête dans les territoires qui ont déjà voté en Outre-mer ainsi qu'aux Etats-Unis et au Canada. 

    ©REUTERS

  • L'esplanade du Louvre évacuée

    L'esplanade du Louvre à Paris, où Emmanuel Macron réunira dimanche soir ses partisans, a été évacuée après la découverte d'un bagage suspect, a-t-on appris auprès de la préfecture de police et du mouvement En Marche!

    "Il s'agit de simples vérifications en cours par mesure de précaution", a indiqué la préfecture de police de Paris sur son compte Twitter. Une porte-parole du mouvement En Marche! a fait état d'un colis suspect au niveau de la salle de presse installée sur l'esplanade.



    "Ce jour à 13h, suite à la détection d'un bagage suspect, les 300 journalistes présents ont été par mesure de sécurité évacués et portés à bonne distance de la zone", a-t-elle précisé.

    Le second tour de la présidentielle, qui oppose ce dimanche Marine Le Pen à Emmanuel Macron, est placé sous haute sécurité dans une France sous état d'urgence depuis 2015. Comme lors du premier tour le 23 avril dernier, plus de 50.000 policiers et gendarmes, appuyés par les 7.000 militaires de l'opération Sentinelle, sont mobilisés dans tout le pays. 

  • Le point sur le taux de participation

    • La participation à la mi-journée au second tour de l'élection présidentielle en France opposant le centriste Emmanuel Macron à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen s'élève à 28,23%, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

    • La participation s'inscrit ainsi à un niveau quasi stable par rapport à celui du premier tour le 23 avril (28,54%), mais en baisse par rapport au second tour de l'élection présidentielle de 2012, qui s'élevait à 30,66% au même moment.

    • Arrivé en tête au premier tour, Emmanuel Macron, 39 ans, ancien banquier d'affaires et ex-ministre de l'Economie du président sortant François Hollande, est donné largement favori du second tour de la présidentielle par les derniers sondages qui le créditent de 61,5 à 63% des voix, contre 37 à 38,5% pour sa rivale Marine Le Pen, âgée de 48 ans.

    • Mais le vote surprise en faveur du Brexit au Royaume-Uni ou la victoire inattendue de Donald Trump aux Etats-Unis incitent à la prudence vis-à-vis des enquêtes d'opinion qui peinent en France à mesurer l'effet possible du "vote blanc" et de l'abstention.

    • La participation est un des enjeux du scrutin, qui intervient lors d'un week-end de trois jours et alors que, pour la première fois depuis plus de 60 ans, les deux grands partis traditionnels de la gauche et de la droite sont écartés du deuxième tour.

    • Depuis 1969, la participation du second tour est plus élevée qu'au premier à la présidentielle en France. Le prochain pointage du ministère de l'Intérieur sur la participation aura lieu à 17h.

    ©AFP

  • Taux de participation à 12h

    Le premier point sur le taux de participation en France métropolitaine, un rendez-vous majeur de la vie politique française, sera connu dans quelques instants. Il était de 28,54% le 23 avril dernier.

  • Les deux candidats ont voté

    Vers 11h, Emmanuel Macron a glissé son bulletin dans l'urne de son bureau de vote au Touquet. En cas de victoire du candidat d’En Marche !, le rassemblement et les festivités de ses partisans se tiendront sur l'esplanade du Louvre à Paris. Emmanuel Macron, qui deviendrait le plus jeune président de la République s'il était élu, a confié vendredi avoir déjà choisi le futur chef de son gouvernement, sans toutefois le nommer. Le prochain Premier ministre sera chargé de mener la campagne des législatives des 11 et 18 juin, avec l'objectif de donner une majorité au nouveau chef de l'Etat. 

    ©Capture d'écran BFM TV

    Marine Le Pen a suivi quelques minutes plus tard dans une école élementaire d'Hénin-Beaumont. La soirée électorale du FN se déroulera d'ailleurs quoi qu'il arrive au Chalet du lac, à l'orée du Bois de Vincennes, au bord du lac de Saint-Mandé, selon L’Express.

    ©Capture d'écran BFM TV

  • Les deux candidats s'apprêtent à voter

    Le candidat d'En Marche! a quitté à l'instant dans une certaine effervescence sa résidence, située dans la station balnéaire du Touquet. Marine Le Pen votera également dans quelques instants dans son fief ouvrier d'Hénin-Beaumont.

    ©AFP

  • François Hollande a voté

    Le président de la République a voté vers 10h à Tulle, en Corrèze. Comme Benoît Hamon, il avait appelé à voter en faveur d'Emmanuel Macron.

    Par ailleurs, il a assuré hier que le piratage massif de documents de l'équipe de campagne du candidat centriste Emmanuel Macron, publiés à moins de deux jours du second tour de l'élection présidentielle en France, ne resterait pas "sans réponse".

    "S'il y a eu effectivement un certain nombre de parasitages ou de captations, il y aura des procédures qui vont entrer en vigueur", a déclaré le chef de l'Etat français, sans plus de précisions.

    "Il faut laisser les enquêtes se faire", a-t-il ajouté.

  • "Marine au pouvoir, Marianne au désespoir"

    Les militantes Femen ont une une nouvelle fois fait parler d’elles durant ces élections. Ce matin, elles ont déployé une banderole près du bureau de vote où doit se rendre Marine Le Pen à Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais.

    → Retrouvez l'interview d'Oksana Shachko, la fondatrice des Femen: "L'Europe court un grand danger"

  • "Macronleaks"

    La campagne d'entre-deux-tours, particulièrement tendue, s'est achevée vendredi sur un nouveau soubresaut, avec la publication sur les réseaux sociaux de plusieurs dizaines de milliers de documents internes de l'équipe d'Emmanuel Macron, via un lien diffusé par le site WikiLeaks, et abondamment relayés par l'extrême droite sur Twitter.

    La Commission nationale de contrôle de la campagne présidentielle a demandé aux médias de ne pas relayer le contenu de ces documents, "obtenus frauduleusement" et auxquels ont été "mêlées de fausses informations".

  • Attention si vous devez aller voter au Heysel ....

    "En raison de travaux importants de voirie sur l’Avenue Impératrice Charlotte , il est vivement déconseillé, de se rendre ce dimanche au Parc des expositions en voiture, l’accès étant de ce fait rendu plus difficile", selon le Consulat général de France.

    Ce 7 mai, privilégiez impérativement le métro (ligne 6): "Arrêt Heysel" qui se situe juste en face du Palais des expositions n°1.

    Notez que la STIB annonce également des travaux sur la ligne 7: les trams seront interrompus ce dimanche  entre les arrêts "Princesse Elisabeth" et "Heysel". Des T-Bus circuleront néanmoins entre les arrêts "Princesse Elisabeth" et "Heysel" via "Esplanade".

    → Pour les autres bureaux de vote en Belgique, retrouvez plus d’informations sur le site du Consulat général de France.


  • Et les résultats?

    Traditionnellement, les Français ont les yeux rivés sur les écrans de télévision à 20h00 pour découvrir le visage du nouveau président.

    La loi française interdit la publication de résultats, hormis ceux concernant la participation, avant la clôture du vote dimanche à 20h00, pour éviter d'influencer les électeurs. La fermeture plus tardive des premiers bureaux de vote (19h00 au lieu de 18h00) complique la tâche des instituts de sondage qui publient leurs premières projections à 20h00 sur la base d'un panel de bureaux où le dépouillement est déjà achevé.

    Ces estimations sont ensuite actualisées régulièrement dans la soirée, au fil de la collecte des résultats, jusqu'au résultat final.

    L'investiture du nouveau président devra avoir lieu au plus tard le 14 mai, date d'expiration du mandat du président socialiste François Hollande, qui ne se représentait pas.

  • Qui sont les candidats?

    Les électeurs devront choisir entre les deux candidats sortis en tête du premier tour le 23 avril, après un scrutin marqué par l'élimination des grands partis traditionnels de droite (Les Républicains) et de gauche (Parti socialiste).

    Au premier tour, Emmanuel Macron, 39 ans (En marche!, centre) a obtenu 24,1% des suffrages, devant Marine Le Pen, 48 ans (Front National, extrême droite) 21,30%.

    Le centriste pro-européen est donné largement en tête de tous les sondages au second tour.

    Les deux prétendants assurent incarner le renouvellement du paysage politique, mais Emmanuel Macron défend le libre-échange et veut approfondir l'intégration européenne, quand Marine Le Pen dénonce la "mondialisation sauvage" et l'immigration et souhaite un "protectionnisme intelligent".

    → Qui est Emmanuel Macron? Son portrait, son programme

    → Qui est Marine Le Pen? Son portrait, son programme

    ©REUTERS

  • Comment le président est-il élu?

    Le chef de l'Etat est élu au suffrage universel direct, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours, pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois.

    Il doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés en un ou deux tours, quel que soit le taux de participation.

    Le vote blanc, qui permet d'exprimer un refus de choix, n'est pas reconnu en France. Depuis une loi de 2014, ces bulletins sont cependant décomptés séparément des votes nuls et annexés au procès-verbal de chaque bureau de vote, mais ils ne sont pas pris en compte dans le calcul des suffrages exprimés.

  • Comment se déroule le vote?

    Un total de 47,58 millions d'électeurs sont inscrits sur les listes électorales, dont un peu plus d'un million de Français installés à l'étranger.

    Les 66.546 bureaux de vote de France ouvrent de 08h00 à 19h00. À Paris et dans certaines grandes villes, les bureaux resteront ouverts jusqu'à 20h00.

    Le vote a commencé dès samedi dans les Antilles françaises, en Guyane (Amérique du Sud), à Saint-Pierre et Miquelon (archipel français d'Amérique du Nord) et en Polynésie française (Pacifique Sud).

    C'est la première fois qu'une présidentielle se déroule sous le régime de l'état d'urgence, instauré dans la foulée des attentats du 13 novembre 2015 revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique. Les attentats islamistes ont fait 239 morts en France depuis 2015.

    Comme au premier tour, plus de 50.000 policiers, gendarmes et militaires seront déployés pour assurer la sécurité le jour du scrutin, dont 12.000 dans l'agglomération parisienne.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect