Quand Michel et Bettel dînent avec Macron chez Stéphane Bern

©AFP

Charles Michel et son homologue luxembourgeois Xavier Bettel ont dîné avec le candidat président au domicile parisien du journaliste français Stéphane Bern.

Alors qu’Emmanuel Macron, un des favoris dans la course à la présidence de la république, est parfois critiqué pour son manque d’expérience et de réseaux sur la scène internationale, il a discrètement rencontré les Premiers ministres belge et luxembourgeois en mars à Paris.

L’origine de cette soirée au sommet mérite d’être contée: c’est que l’histoire franco-belge prend, parfois, des chemins inattendus. Et, ici, à la croisée des chemins du Premier ministre belge et du candidat à la présidence de la république, on retrouve un homme en guise de maître de cérémonie. C’est Stéphane Bern.

Le célèbre journaliste français, spécialiste ès têtes couronnées, est un ami proche du Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel. Stéphane Bern, qui fréquente le gotha parisien depuis des lustres, se rend régulièrement au Luxembourg pour y retrouver son ami Bettel. Or il s’avère que le Premier ministre luxembourgeois est, de son côté, un grand copain de Charles Michel. C’est donc assez naturellement que Charles Michel et Stéphane Bern se retrouvent aux premiers rangs de l’assistance en mai 2015, quand le jeune quadragénaire Xavier Bettel (42 ans) épouse son compagnon le Belge Gauthier Destenay. Charles Michel fait donc, à cette occasion, la rencontre de Stéphane Bern. Et le courant, rapporte-t-on, passe particulièrement bien. Mais vous savez comment cela se passe lors de ce genre de rencontres, on promet de rester en contact, et il n’en reste souvent pas grand-chose. Ici, pourtant, cette rencontre inédite va donner lieu à un nouvel épisode…

C’est un homme charmant, d’une intelligence fascinante, il s’intéresse aux autres, ce qui est rare en politique."
stéphane bern journaliste

À Paris, Stéphane Bern, malgré un carnet d’adresses gros comme dix bottins mondains, ne connaît pas (encore) Emmanuel Macron. L’ex-protégé de François Hollande et le journaliste n’ont jamais été présentés. Et c’est le hasard, Stéphane Bern l’a d’ailleurs raconté tout récemment, qui un jour de l’été 2015 met les deux hommes en présence. Stéphane Bern sort en effet d’un déjeuner au Sénat et manque d’écraser Emmanuel Macron avec sa voiture: il se confond en excuses et Macron ne lui en tient pas rigueur, lequel Macron ajoute que son épouse Brigitte est fan du travail… de Stéphane Bern.

©AFP

C’est donc le début d’une histoire d’amitié entre Bern et les époux Macron. Ceux-ci se retrouvent, par exemple, à l’anniversaire de Line Renaud en juillet 2016 en compagnie du chanteur Johnny Hallyday. À ce stade, on s’éloigne du politique pour aller vers le registre du people. Mais n’ayez crainte, ce n’est pas Gala que vous tenez entre les mains.

La presse française accuse à l’époque Macron de jouer des coudes pour s’imposer dans le monde du bling-bling. Mais son ami Bern vole à son secours: "C’est un homme charmant, d’une intelligence fascinante, il s’intéresse aux autres, ce qui est rare en politique", explique-t-il à BFMTV. Bern est sous le charme de l’astre Macron.

Opération périlleuse

Qui de mieux placé, dès lors, que Stéphane Bern pour aider Macron à étoffer son carnet d’adresses. Le journaliste décroche son téléphone, il appelle son ami Xavier Bettel et le sonde: une rencontre avec Emmanuel Macron serait-elle possible? Et Charles Michel, pourrait-il, lui aussi, être intéressé par une rencontre avec le candidat? Bern joue gros: l’opération est périlleuse et doit à tout prix rester discrète car il n’est pas du tout de coutume que des dirigeants en exercice – certainement dans des pays limitrophes – rencontrent un candidat à une élection, donne l’impression qu’ils le soutiennent et crédibilisent ainsi sa position. Cela peut donner lieu a des quiproquos, voire être considéré comme de l’ingérence dans la politique intérieure d’un Etat.

Pour Macron, en revanche, tisser des liens avec des personnalités internationales est un atout majeur. Souvent critiqué pour son manque d’expérience, il veut, s’il franchit le premier tour de l’élection, prouver à ses détracteurs qu’il peut compter sur le soutien de quelques pointures européennes. "L’idée est qu’il rassemble autour de lui une série de jeunes leaders européens, dont des Premiers ministres en exercice, pour montrer qu’il est crédible, qu’il n’est pas seul et qu’il y a une vraie dynamique", confie une source, sous couvert d’anonymat.

Michel et Bettel acceptent donc de rencontrer Macron. Ils se rendent, un dimanche soir début mars, au domicile de Stéphane Bern. Macron attend les deux Premiers ministres en compagnie de son épouse Brigitte dans l’appartement situé dans le IXe arrondissement. La rencontre est informelle et détendue. Le candidat à la présidentielle apparaît déterminé et déjà entièrement tourné vers le second tour. Michel et Bettel, deux libéraux, sont en ligne avec le côté réformateur de Macron.

©REUTERS

Entre les trois hommes, une longueur d’onde commune est vite trouvée. Mais les deux Premiers ministres marchent sur des œufs. À tel point qu’ils ont pris soin de prévenir l’Elysée qu’ils rencontraient Macron. Coup de téléphone en plein dîner: c’est François Hollande. Ayant été averti de la discrète rencontre, il demande à Michel et à son homologue luxembourgeois de passer le voir le lendemain à l’Elysée.

Voilà donc le lundi, Michel et Bettel qui passent plus d’une heure et demie avec François Hollande à parler entre autres de la campagne électorale française. De retour à Bruxelles, les contacts perdurent entre le Premier ministre belge et Macron. Officiellement, pourtant, Charles Michel ne devrait pas prendre position en faveur du candidat – du moins avant le second tour. Dans l’entourage du Premier, on se refuse à tout commentaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés