reportage

Des militants exaltés à l'annonce de la victoire de leur champion

©AFP

Les marcheurs ont répondu présents Porte de Versailles après s’être rendus en nombre aux urnes. Des cris et chants de victoires ont accueilli la photo de l’ancien ministre de l’Economie à l’annonce des résultats.

Un parterre de près trois mille personnes, t-shirts bariolés bleus, jaunes, roses et armés de drapeaux bleu-blanc-rouge, scande à tout rompre " Macron Président " dans une salle comble. Depuis 20 heures précises en France, les instituts de sondage annoncent leur champion en tête des suffrages à 23,7%, devançant Marine Le Pen de deux points à 21,7% selon Ipsos. C’est dans une humeur bonne enfant que se sont retrouvés en très grand nombre les sympathisants d’Emmanuel Macron. Equipés des fanions et badges à l’image du mouvement En Marche !, ils arborent surtout un large sourire aux lèvres. Sur l’immense écran de télévision monté sur la scène qui les surplombe, des milliers de militants acclament chaque image diffusée de leur candidat et huent à tue tête les autres. Premier à prendre la parole peu après 20h, le socialiste Benoît Hamon (6,2% des suffrages à 20h) est copieusement conspué avant d’être chaudement applaudi lorsque, quelques minutes plus tard, il appelle à voter Macron pour faire barrage au FN de Marine Le Pen. Un peu plus tard, c’est François Fillon qui a été très applaudi au moment d’appeler, lui aussi, à voter pour leur candidat au second tour dimanche.

Entre deux clameurs, la Marseillaise est entonnée avec émotion. Beaucoup de membres de l’équipe de campagne sont mobilisés depuis le début d’après-midi pour encadrer l’arrivée des militants en attendant le discours d’Emmanuel Macron prévu plus tard dans la soirée. Plusieurs se tombent dans les bras à l’annonce des résultats, la jubilation est totale pour ceux et celles qui ont travaillé dur et bénévolement pour faire du " petit " candidat Macron un présidentiable crédible. " Nous étions 300 au QG à travailler d’arrache pied, se félicite l’un des " helpers " mis à disposition des sympathisants dans cette immense salle. Les Jeunes avec Macron, c’est 18.000 jeunes rassemblés derrière lui à travers toute la France et nous comptons énormément de comités de soutien à l’étranger. Rien qu’à Barcelone, on en a 5! ", raconte-t-il. La grande force de Macron est en effet d’avoir réussi à parler aux jeunes et à les séduire comme aucun candidat n’avait réussi à le faire depuis Jacques Chirac en 1995.

Une page se tourne

Sur les 47 millions de Français inscrits sur les listes électorales, la participation s’élève à 77% selon Ipsos, ce qui représente 23% d’abstentionnistes, soit un taux supérieur à celui de 2012 (20,52%) où François Hollande était arrivé en tête. La météo clémente, le nombre de candidats (11 contre 10 en 2012) et l’indécision élevée jusqu’au dernier moment en ont dissuadé certains. Les affaires qui ont émaillé la campagne chez Marine Le Pen et François Fillon en ont écoeurés d’autres. " On tourne clairement aujourd’hui une page de la vie politique française ", a aussitôt réagi Emmanuel Macron depuis le toit de son QG de campagne, avant de chanter la Marseillaise et de saluer les badauds venus le féliciter.

Depuis le 6e étage de son QG, Emmanuel Macron s’est rapidement entretenu avec sa garde rapprochée (50 proches) en début de soirée avant de se rendre à la fête prévue Porte de Versailles. Il a tenu à peaufiner son discours et donner les éléments de langage à ses soutiens appelés à répondre aux questions des journalistes sur les plateaux de télé. Les journalistes étaient au rendez-vous également Porte de Versailles où 1.000 à 1.100 journalistes ont été accrédités, sentant la " vague " Macron se confirmer ces derniers jours.

Des militants euphoriques

Depuis la mi-journée déjà, beaucoup de militants sont souriants, comme s’ils étaient dans la confidence des urnes. Croient-ils à la bonne étoile qui ne quitte plus leur candidat depuis le 6 avril 2016, date du lancement de son mouvement ? En réalité, les yeux rivés sur leurs smartphones, ils pressentent depuis le milieu de journée que leur champion pourrait bien arriver en tête. Selon de premiers sondages publiés par la RTBF, cela ne fait guère de doute mais eux n’osent pas encore y croire. Un peu avant 18h, dans une salle qui s’est doucement remplie au rythme de la musique jazzy et des chaines d’infos en continu, beaucoup cherchent à se rassurer. " Peut-on se fier à ces premières estimations ? ", demandent-ils tous au moindre journaliste étranger en quête désespérée d’informations supplémentaires. Les journalistes belges sont évidemment les plus convoités. " Alors ? " interpelle un jeune, drapeau français en mains. Militant de 28 ans, Boris n’a pas hésité une seconde à voter Macron. " Il représente le changement, le côté participatif, ce n’est pas une histoire d’âge mais bien de volonté. Historiquement, je suis socialiste, confie-t-il. J’aime sa fraicheur, son progressisme, son côté pro-européen aussi m’est important, tout cela sans être pour autant représentatif des arcanes politiques françaises… En ce sens, il répond aux besoins d’une France positive, qui refuse le pessimisme ambiant." Le phrasé clair et l’expression recherchée, ce militant est tout à fait représentatif de l’électorat Macron qui s’est déplacé ce soir : des jeunes (trentenaires), plutôt BCBG, un brin " CSP+ ", bien éduqués et ouverts aux autres. Des primo-votants ? Nombreux sont les jeunes venus Porte de Versailles à voter pour la première fois. " J’y crois, j’ai envie que ça change, répète Laetitia, 36 ans. Si elle vote depuis plusieurs années, c’est la première fois que je vais voter avec plaisir et fierté car le fait que Macron soit hors parti traditionnel me parle, j’apprécie qu’il ne fasse pas partie d’un clan, qu’il prenne ce qu’il a de mieux dans chaque camp sans calcul politique. "

Ironie de l’histoire, c’est ici, dans une de ces salles Porte de Versailles qu’a eu lieu la première intervention publique d’Emmanuel Macron. A l’époque, l’ancien ministre de l’Economie avait fait beaucoup sourire mais pour d’autres raisons alors : sa voix l’avait lâché, partie dans les aigües au moment de son final. Attendu au tournant pour son premier meeting, Macron avait fait les frais de premières railleries de la presse française… Ce soir, Porte de Versailles, rien de tout cela. C’est un Emmanuel Macron exultant et posé qui s’est présenté devant ses militants. Un candidat de 39 ans prêt à endosser le costume présidentiel au nez et à la barbe d’autres en piste depuis plus de trente ans !

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés