"J'avais proposé ma démission à Emmanuel Macron il y a 2 semaines"

©AFP

Le ministre de la Justice français François Bayrou quitte le gouvernement, mais continuera à soutenir Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale.

François Bayrou, qui a décidé de renoncer à ses fonctions de ministre de la Justice en raison de l'enquête préliminaire sur le MoDem, a réaffirmé mercredi que son parti n'avait commis aucune irrégularité et expliqué que sa démission visait à préserver l'exécutif d'"une campagne mensongère".

Lors d'une conférence de presse au siège de son parti, il a précisé qu'il songeait à démissionner depuis l'ouverture de l'enquête préliminaire du parquet de Paris contre le MoDem, le 9 juin, pour "abus de confiance et recel de délit" afin de déterminer si le parti avait salarié des employés en les faisant passer pour des assistants parlementaires européens"Le jour de l'enquête préliminaire, je suis allé voir le président de la République pour lui proposer cette décision", a dit François Bayrou. "Nous n'avons jamais eu d'emplois fictifs", a-t-il poursuivi. "La gestion de la ressource humaine dans notre mouvement a été régulière, normale, je dirais morale."

Pas de silence pour Bayrou

François Bayrou a estimé qu'il était "la véritable cible" des "dénonciations anonymes" visant le MoDem, d'"un certain nombre de forces et de puissances", en vue de "décrédibiliser" le projet de loi de moralisation de la vie publique dont il était porteur.

"Je choisis la liberté de jugement et la liberté de parole, je choisis de préserver la loi."
François Bayou

"En raison de ma fonction de garde des Sceaux (...), la seule personne en France qui ne puisse pas se défendre contre calomnies et dénonciations diffamatoires et abusives, c'est le ministre de la Justice, le seul qui soit obligé de se taire même devant l'injustice", a argumenté François Bayrou. "S'il dit 'nous sommes innocents', on l'accuse d'influencer les magistrats. (...) Cela revient à boxer les deux mains attachées dans le dos", a-t-il souligné. "Je n'accepte pas d'être condamné au silence lorsque l'honneur de ceux que je représente est en jeu", a-t-il insisté

Modem toujours au gouvernement?

Avec cette démission, tous les représentants du Modem ont désormais quitté le gouvernement. Mardi, la ministre des Armées Sylvie Goulard avait déjà annoncé son départ, suivi par celui mercredi de Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes.

Cela veut-il donc dire qu'il n'y aura pas de Modem au sein du nouveau gouvernement dont la composition doit être dévoilée vers 18h? Pas sûr. Selon François Bayrou, il serait logique que son parti soit représenté grâce à de nouvelles personnalités centristes.

"Emmanuel Macron est une chance pour notre pays, pour l'Europe et pour l'équilibre du monde."
François Bayou

François Bayrou réaffirme toutefois son soutien au président. "Le Modem sera porteur de stabilité pour Emmanuel Macron, qui a besoin d'une majorité large, je serai au côté du président", a-t-il déclaré en insistant sur le fait que Macron ne peut pas se passer de son parti, "le temps peut éroder les majorités". Il présente par ailleurs sa démission comme une forme de protection d'Emmanuel Macron. "Je choisis de ne pas exposer à des campagnes mensongères le gouvernement et le président de la République que je soutien". "Emmanuel Macron est une chance pour notre pays, pour l'Europe et pour l'équilibre du monde". "Il est à la hauteur de la fonction."


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés