La nouvelle affaire Fillon: et maintenant, sa garde-robe...

©Photo News

François Fillon est déjà englué dans des ennuis judiciaires pour des emplois présumés fictifs attribués à ses proches. Voilà maintenant qu'on l'accuse de s'être fait offrir pour plusieurs milliers d'euros de costumes. Il confirme. "Un ami m'a offert des costumes en février. Et alors?"

Le candidat de droite à la présidentielle en France François Fillon, au coeur d'une affaire d'emplois présumés fictifs ayant bénéficié à des proches, s'est fait offrir pour plusieurs milliers d'euros de costumes, selon Le Journal du dimanche (JDD). L'hebdomadaire explique qu'un mécène a signé le 20 février un chèque de 13.000 euros pour le règlement de deux costumes achetés chez Arnys, un tailleur parisien des quartiers chics. "J'ai payé à la demande de François Fillon", a affirmé cet "ami généreux" au JDD.

©Photo News

Le journal assure avoir obtenu confirmation de l'entourage du candidat de la droite à la présidentielle, pour qui "il est exact qu'un de ses amis lui a offert des costumes en février", mais "ça n'a rien de répréhensible".

A cela s'ajouteraient selon l'hebdomadaire près de 35.500 euros "réglés en liquide" chez ce tailleur, pour un montant de près de 48.500 euros au total depuis 2012.

Un ami m'a offert des costumes en février. Et alors?
François Fillon

 

"Totalement extravagant"

Pouvoir d'achat ©mfn
Réforme des retraites ©mfn
Cannabis ©mfn
Emploi & chômage ©mfn
Immigration ©Mfn
Sécurité ©mfn
Impôts ©mfn
Entrepreneuriat ©mfn
Europe ©Mfn

"Un ami m'a offert des costumes en février. Et alors?", a réagi le candidat de la droite et du centre à l'élection présidentielle dans une interview aux Echos. "J'observe que ma vie privée fait l'objet d'enquêtes en tous sens et que ce traitement m'est réservé", ajoute-t-il. "Mes faits et gestes sont scrutés tous les jours dans l'intention évidente de me nuire pour m'écarter de la course à la présidentielle."  "Qui cherche à me nuire, je ne le sais pas et je n'ai pas de cabinet noir qui mènerait des enquêtes parallèles pour démasquer mes ennemis", poursuit-il. "Ce n'est pas ma conception de la démocratie. Mon temps et mon énergie, je les consacre à mon projet de redressement de la France."

"Ça devient insupportable", a pour sa part réagi le porte-parole du candidat, Luc Chatel, qui a dénoncé sur la radio Europe 1 "une campagne de caniveau". François Fillon, "depuis presque deux mois, est passé au scanner tous les jours", a-t-il jugé.

Rendez-vous chez le juge

Le candidat de la droite à la présidentielle est convoqué mercredi par les juges d'instruction en vue d'une possible mise en examen (inculpation) dans l'enquête sur les emplois fictifs présumés de son épouse et de deux de ses enfants, dont la révélation fin janvier a plombé sa campagne.

Ancien favori des sondages, François Fillon a chuté dans les intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle du 22 avril. Derrière la candidate d'extrême-droite Marine Le Pen et le centriste Emmanuel Macron, il ne se qualifierait pas pour le second tour du 6 mai, selon les dernières enquêtes.

Les casseroles de François Fillon

Si vous surfez sur mobile, cliquez ici.


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés