analyse

Les clés du second tour

©REUTERS

Emmanuel Macron devient le grand favori pour s'installer à l'Elysée. Mais la course n'est pas gagnée.

Macron peut gagner si...

  • il met en avant le "chaos" représenté par Marine Le Pen. La sortie de l'euro, un programme populiste et raciste: Le Pen est un repoussoir qui devrait convaincre une large majorité des Français qui ne soutient pas l'extrémisme. C'est le principal atout d'Emmanuel Macron.
  • il parvient à incarner le renouveau. Autre atout de Macron: il est relativement "neuf" dans le paysage politique français. A 39 ans, il n'a pas un lourd passé. Et il promet d'amener de nouveaux visages, issus de la société civile, dans son gouvernement. Or, les Français veulent manifestement du neuf. 
  • son programme peut convaincre. Un atout supplémentaire pour Macron: certains pans de son programme centriste ont des accents acceptables voire séduisants pour une large part d'électeurs qui peuvent s'y retrouver.
  • il parvient à mobiliser les électeurs de gauche. Les soutiens de Melenchon et de Hamon forment une réserve de voix considérable pour le candidat centriste. Mais ceux-ci pourraient être tentés par l'abstention: Macron le libéral et le pro-européen n'a pas un programme très séduisant à leurs yeux. A noter que ce lundi, le Parti socialiste français a précisé qu'il votera Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle "sans détour ni condition", selon le premier secrétaire du parti Jean-Christophe Cambadélis.
  • il parvient récupérer l'électorat de la droite. De nombreux ténors de droite, y compris François Fillon ou Alain Juppé, appellent à voter pour lui au nom d'un "front républicain". Mais la réalité est que la frontière entre l'électorat Le Pen et l'électorat Fillon est parfois mince.
  • il parvient à convaincre qu'il pourra gouverner. Les législatives auront lieu en juin et son mouvement En Marche! n'a pas une forte assise politique. A contrario, le PS et Les Républicains veulent prendre leur revanche et retrouver du poids politique lors de ce "troisième tour". La perspective d'une France ingouvernable et d'un gouvernement de cohabitation pourrait rebuter certains électeurs.

Le Pen peut gagner si...

  • elle parvient à dépeindre Macron comme le candidat du gouvernement sortant, très impopulaire, et le candidat du "système", mobilisant ainsi les nombreux déçus de la politique. L'argument du FN est de voir en Emmanuel Macron en "François Hollande bis", il peut porter auprès d'un certain public.
  • elle peut jouer sur le "flou" supposé du programme de Macron dont le positionnement "ni de gauche ni de droite" est parfois difficile à cerner. Pour sa part, Le Pen peut assumer un positionnement radical.
  • elle capte une bonne partie de l'électorat de la droite, celui de François Fillon mais aussi celui de Nicolas Dupont-Aignan, grâce à un discours adouci. 
  • un attentat d'ampleur chamboule la campagne d'entre-deux tours. On ne le souhaite évidemment pas. Mais si jamais un attentat venait survenir, cela pourrait changer la donne et permettre à Le Pen de surfer sur ses thématiques favorites, à savoir la sécurité et le rejet de l'immigration.

→ Emmanuel Macron, 39 ans, est arrivé en tête du premier tour des présidentielles, avec 23,75% des suffrages, suivi par Marine Le Pen la dirigeante du Front national, 48 ans, avec 21,53% des voix.

→ Selon deux sondages publiés dimanche soir, Macron s'imposerait avec 62 ou 64% des voix le 7 mai.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés