"Oui, j'ai employé mon épouse comme collaboratrice"

©REUTERS

"Je n'ai rien à cacher", estime le candidat de droite à l'élection présidentielle concernant les emplois fictifs pour lesquels son épouse et ses enfants auraient reçu un salaire. "Tout était légal."

"Je comprends les interrogations et je vais clarifier les choses, car je n'ai rien à cacher", déclare François Fillon lors d'une conférence de presse ce lundi dans son QG de campagne à Paris. Il souhaite s'expliquer aux Français face aux révélations qui l'accusent notamment d'avoir rémunéré sa femme et ses enfants pour des emplois fictifs.

"Tous les faits évoqués sont légaux et transparents."

"Collaborer avec sa famille en politique, c'est une pratique désormais rejetée par les Français."
François Fillon

"Oui, j'ai employé mon épouse comme collaboratrice", pour un salaire mensuel de 3.677 euros net, a déclaré le candidat en détaillant les missions que son épouse a remplies. "Son salaire était particulièrement justifié, car son travail était indispensable à mes activités d'élu." Il n'envisage donc pas de rembourser ce montant. Il publiera dans la soirée la totalité des rémunérations de son épouse.

"Elle n'a jamais été ma subordonnée", estime François Fillon en revenant sur les déclarations de son épouse selon lesquelles elle n'aurait jamais été son assistante

En ce qui concerne ses enfants, le candidat confirme que tout était légal. "Mais suis-je pourtant quitte sur le plan moral?" se demande-t-il.

"Je présente mes excuses"

"Collaborer avec sa famille en politique, c'est une pratique désormais rejetée par les Français."Je le regrette profondément et je présente mes excuses aux Français", ajoute le candidat.

"Tout est sur la table, maintenant la transparence doit s'appliquer à tous." Il regrette que cette polémique détourne l'attention des Français des enjeux politiques. "Manifestement, mon programme dérange." Il ajoute être "le seul candidat capable de mettre en place un programme de rupture".

Soutenu par "ceux qui comptent"

François Fillon annonce le début d'une "nouvelle campagne". Un renouveau est en effet nécessaire au candidat qui chute dans les sondages. Il n'envisage toutefois pas se retirer. "Ce ne sont pas les sondages qui vont me faire changer d'avis." Il ajoute également qu'"il n'y a a pas de plan B".

Par ailleurs, il a affirmé qu'il pouvait compter sur le soutien des personnalités qui comptent dans sa famille politique. La semaine dernière, nombre d'élus et de ténors de son parti n'ont pas hésité à envisager, publiquement ou en privé, son retrait et son remplacement par un autre candidat. "Tout le monde est rassemblé derrière Fillon", a déclaré dans la soirée Thierry Solère, porte-parole de François Fillon.

→ Lire également notre édito Candidat par défaut

©REUTERS

Que lui reproche-t-on?

1. Penelope Fillon, l'épouse du candidat, est soupçonnée d'avoir bénéficié de plusieurs emplois fictifs pour lesquels elle aurait touché plus de 900.000 euros.

2. Deux enfants de François Fillon auraient eux aussi bénéficié de rémunérations conséquentes en tant qu'assistants parlementaires.

3. Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de la Revue des deux mondes où son épouse est soupçonnée d'avoir eu un emploi fictif, aurait reçu le grade suprême de la Légion d'honneur sur proposition de François Fillon et sans respecter les délais minimum, selon Le Monde.

Cette interview de 2007

Autre rebondissement de la journée, la journaliste britannique auteure en 2007 de l'interview de Penelope Fillon, où elle dit n'avoir "jamais été l'assistante" de son mari, a démenti avoir été "choquée" par l'utilisation de cet entretien dans une émission du magazine télévisé français Envoyé Spécial, comme l'a affirmé lundi François Fillon.

Kim Willsher a précisé lundi avoir écrit à Pénélope Fillon dans un mail il y a quelques jours qu'elle était "désolée" des problèmes causés par cette interview, mais pas qu'elle était "choquée". Elle a souligné n'avoir jamais téléphoné à M. ou Mme Fillon et ne pas avoir leur numéro de téléphone.

François Fillon a affirmé plus tôt lundi que "la journaliste qui a accompli cette interview s'est manifestée personnellement auprès de mon épouse pour lui dire à quel point elle était choquée par l'utilisation qui avait été faite des morceaux de cette interview". Il n'a pas tardé à répondre à Kim Willsher en publiant les mails en question.

Si elle n'était peut-être pas "choquée", elle semblait toutefois un peu mal à l'aise avec la tournure qu'ont pris les choses...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés