Du sponsoring à la solidarité

©Pieter Van Eenoge

Fini les "events" et donc aussi les moments où les banquiers privés pouvaient rencontrer leurs clients dans un cadre informel. Mais la crise du coronavirus ne les empêche pas de prendre d’autres initiatives. "Nous sommes encore plus attentifs aux actions de solidarité."

Tournois de golf, matchs de hockey, expositions… Les banquiers privés sont traditionnellement sponsors d’événements sportifs et culturels. Ces événements sont également l’occasion de chouchouter leurs clients et d’apprendre à mieux les connaître dans une ambiance décontractée.

Coronavirus oblige, ces événements font désormais partie du passé. "Les événements que nous organisons régulièrement pour nos clients, comme des rencontres lors des matchs du Sporting d’Anderlecht, des invitations au concours Reine Elisabeth, à La Monnaie et à Bozar ont été annulés. Seul le tournoi de tennis de Roland Garros – reporté au mois d’octobre – reste au programme de cette année", nous explique-t-on chez BNP Paribas Fortis Private Banking. La banque souligne en même temps que le budget pour les événements reportés sera réaffecté

Même son de cloche chez ABN Amro Private Banking: "Toutes les représentations à l’opéra et au Ballet van Vlaanderen, le Mercedes Golf Trophy et Mise en Plage à Knokke – dont nous sommes partenaires – ont été annulés", explique Véronique Smet.

"Pour que nos clients continuent à profiter de notre expertise sur certains sujets importants, nous organisons des événements à distance sous la forme d’audio ou de conference calls."
BNP Paribas Fortis

Chez Banque Delen, le planning s’est montré plus favorable. "Les grands événements que nous sponsorisons en 2020 ont eu lieu avant la crise (Brafa) ou sont programmés pour l’automne (Biennale Intérieur à Courtrai). Pour ce dernier, nous dépendons des organisateurs, qui décideront ou non du maintien du salon", explique Stefanie Arts. En ce qui concerne le Brafa, Delen se prépare déjà pour l’édition 2021. "Nous avons une relation de long terme et constructive avec le Brafa et nous n’abandonnons pas facilement. Nous sommes en discussion sur la manière dont nous pouvons organiser l’édition 2021 de manière aussi sûre et agréable que possible", renchérit Anne-Sophie Delen.

Les banques ajoutent que l’annulation de ces événements est accueillie par les clients avec beaucoup de compréhension. "L’essentiel, c’est d’être transparent et de communiquer à temps. C’est très apprécié. Nous avons une responsabilité vis-à-vis de notre clientèle. La santé passe avant tout", insiste Geoffroy Vermeire, de Van Lanschot Belgique.

Voie digitale

Pour garder le contact de manière informelle avec leurs clients, les banquiers cherchent des solutions alternatives. "Nous estimons qu’il est important de continuer à partager des informations intéressantes avec nos clients, futurs clients et relations d’affaires. Nous réfléchissons à de nouvelles formules de rencontres pour l’automne", poursuit Geoffroy Vermeire.

Private Banking

Le supplément Private Banking, ce jeudi 04/06, gratuit avec L'Echo

- Lorsque les rendez-vous à domicile ne sont plus possibles | Comment les banquiers privés entretiennent-ils le contact avec leurs clients à l’heure où tout le monde est confiné chez soi? Si les canaux digitaux s’imposent, ils ne sont pas la panacée pour autant.

- Transmission de patrimoine | Planifier sa succession suffisamment tôt n’est pas un luxe superflu.

Retrouvez notre dossier 'Private Banking' sur lecho.be/privatebanking

Il ne fait aucun doute que les banques privilégieront les canaux digitaux. "Pour que nos clients continuent à profiter de notre expertise sur certains sujets importants, nous organisons des événements à distance sous la forme d’audio ou de conference calls", explique-t-on chez BNP Paribas Fortis Private Banking. Belfius mise surtout sur des webinaires. Idem chez Banque de Luxembourg. "Nous étudions notamment diverses possibilités via les réseaux sociaux. Ce projet est actuellement en développement et évoluera au fil du temps", explique David Schmidt, de Banque de Luxembourg.

Solidarité

Parallèlement à la digitalisation, la crise du coronavirus a poussé les banques à renforcer leurs initiatives solidaires. Depuis la crise, BNP Paribas Fortis Private Banking a mis sur pied des actions de solidarité pour un montant de 2,3 millions d’euros. Il s’agit entre autres de dons aux banques alimentaires et pour l’aide urgente dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et le sans-abrisme. La banque a également versé plus de 1 million d’euros aux hôpitaux. "Nous soutenons sept hôpitaux universitaires belges en cette période de coronavirus. Le mois prochain, la banque affectera 1.050.000 euros à des formations, à la recherche scientifique et au soutien du personnel sur le plan pratique. Et 150.000 euros seront alloués à l’hôpital universitaire d’Anvers pour faciliter les appels vidéo entre les patients et leur famille", explique-t-on à la banque.

Banque de Luxembourg, pour sa part, a aidé les hôpitaux en achetant des masques de protection: "Cela permet au personnel hospitalier de travailler en sécurité. C’est notre façon de remercier le personnel soignant".

"Nous avons développé une relation de longue date avec le secteur des soins de santé. Ces dernières années, nous avons versé plus de 1,2 million d’euros aux hôpitaux belges dans le cadre de l’action Colour your Hospital."
Belfius

Chez ABN Amro Private Banking également, on n’est pas en reste sur le plan de la solidarité. "Les contacts personnalisés au quotidien sont inscrits dans l’ADN de la banque. C’est ce qui explique que quelques collègues aient pris l’initiative d’envoyer chaque semaine des lettres et des cartes à des résidents de maisons de repos en Belgique. ABN Amro a également offert des tablettes à l’asbl Close the Gap, afin de permettre aux personnes strictement confinées de garder le contact avec l’extérieur", explique Véronique Smet.

Belfius, quant à elle, mise sur des partenariats à long terme avec des projets d’aide aux plus démunis. Il s’agit notamment de Special Olympics, de Viva for Life et de la Journée des Nez Rouges. "Nous avons également développé une relation de longue date avec le secteur des soins de santé. Ces dernières années, nous avons versé plus de 1,2 million d’euros aux hôpitaux belges dans le cadre de l’action Colour your Hospital", explique-t-on chez Belfius.

La banque belge soutient également l’initiative Cheer for Champions, un fonds d’entraide qui apporte aujourd’hui un soutien psychologique aux travailleurs du secteur des soins de santé. "Cette action nationale couvre 775 institutions agréées qui à leur tour emploient plus de 130.000 personnes dans le secteur des soins. Cette action implique à la fois la banque, nos collaborateurs, nos clients et toutes les personnes prêtes à soutenir un projet utile pour nos héros du secteur de la santé", poursuit Belfius.

De son côté, Degroof Petercam Foundation, qui a fêté son dixième anniversaire en 2019, a pour objectif de soutenir la croissance des entreprises qui créent les emplois de demain. La fondation identifie les solutions qui créent les emplois du futur, investit dans ces entreprises et les soutient en leur fournissant les moyens nécessaires et en leur permettant de bénéficier de son réseau. Un projet qui, dans le contexte de la crise actuelle, n’a jamais été aussi pertinent", conclut la banque.

Lire également

Publicité
Publicité