Marre de la Bourse? Offrez-vous une PME!

Meura est une PME wallonne qui fabrique des installations brassicoles pour des clients tels qu'ABInbev ou Heineken. ©Thomas De Boever

Des fonds d’investissement classiques à de véritables "sites de rencontre" spécialisés. Les banquiers privés cherchent toutes sortes de moyens pour répondre à la demande croissante de leurs clients en matière de "Private Equity".

Même si le terme "Private Equity" est souvent associé aux véhicules d’investissement professionnels, de plus en plus de particuliers fortunés s’intéressent aux investissements dans des sociétés non cotées.

Bien entendu, ce n’est pas donné à tout le monde de racheter une société ou de se profiler comme entrepreneur en série. Mais les riches Belges voient de plus en plus les investissements dans les PME comme un moyen idéal de renforcer leur portefeuille face aux taux ultra-bas et aux caprices de la Bourse.

Les résultats d’une étude récente menée par BNP Paribas Wealth Management confirment cette tendance. La division de gestion patrimoniale de BNP Paribas, qui s’adresse aux clients super-riches, a interrogé 340 millionnaires en Europe, en Asie et dans la région du Golfe, sur leurs projets d’investissement. L’enquête révèle que près de la moitié sont prêts à investir cette année 500.000 dollars dans des fonds de Private Equity (PE) ou dans des sociétés immobilières non cotées.

©Pieter Van Eenoge

Plus d’un tiers des participants à l’enquête considèrent ce type d’investissement comme un moyen de diversifier leur portefeuille, et donc de mieux l’équilibrer. II est frappant de constater que les clients fortunés indiquent être au courant du potentiel du marché des entreprises non cotées et de celui de l’immobilier. 60% prétendent même très bien connaître ces secteurs. Malgré tout, il existe encore une belle marge de croissance pour les banques qui souhaitent attirer plus de clients dans ce segment. Un tiers des investisseurs indiquent que leur gestionnaire de patrimoine ne leur a jamais proposé d’investissements de type PE.

Il existe bien entendu de nombreuses manières d’investir dans le Private Equity, notamment en achetant des actions de sociétés cotées focalisées sur cette niche, comme Sofina, GBL ou Ackermans & van Haaren. Plusieurs banques privées proposent également à leurs clients d’investir dans des fonds qui investissent à leur tour dans des sociétés non cotées. Cette année, BNP Paribas Wealth Management s’est fixé comme objectif de collecter 1 milliard d’euros en lançant des fonds "private markets" destinés à ses clients.

Site de rencontre pour PME

Mais tout le monde ne travaille pas de cette manière. Par exemple, il y a un an et demi, le bancassureur KBC a lancé Match’it. Cette plate-forme, que l’on peut décrire comme un "site de rencontre" pour PME, propose aux clients fortunés la possibilité d’investir directement dans les nombreuses PME qui constituent la colonne vertébrale de notre économie.

Private Banking

Le supplément 'Private Banking' est paru le 06/06. Abonné à L'Echo? Cliquez ici pour le lire au format PDF.

Sur sa plate-forme, KBC Securities, la maison de Bourse de la banque, a créé un espace dédié qui permet aux acheteurs et vendeurs de PME de se rencontrer. "Toutes les entreprises ne peuvent pas se mettre en vente sur la plate-forme, explique Bartel Puelinckx de KBC Securities. Nous réalisons d’abord un examen approfondi de la société. Nous nous adressons surtout aux entreprises dont le fonds de roulement brut se situe entre 300.000 et 1,5 million d’euros, et dont la valeur oscille entre 1 et 10 millions d’euros. Depuis le lancement de Match’it, nous avons déjà aidé une trentaine d’entreprises à trouver un acquéreur. On trouve bien entendu des entrepreneurs qui ont atteint l’âge de la retraite et qui ne trouvent personne pour reprendre le flambeau au sein de la famille, mais aussi de jeunes informaticiens qui souhaitent vendre leur start-up et des entreprises qui cherchent un repreneur pour des raisons stratégiques."

Pour Michiel Vanhauwere, cofondateur de Match’it, la plate-forme a déjà réussi à attirer plus ou moins 500 investisseurs potentiels qui cherchent le partenaire idéal. "Dans ce segment également, nous faisons une présélection. Nous avons grosso modo trois catégories d’investisseurs potentiels. En plus des clients de la banque privée, on trouve également des entreprises en quête d’acquisitions et qui souhaitent voir ce qui est disponible sur le marché. Le site attire également des ‘family offices’, des véhicules d’investissement de riches familles et des investisseurs institutionnels."

Services supplémentaires

Bartel Puelinckx souligne que ces clients attendent un peu plus que la simple vente ou l’acquisition d’une société. "Nous recevons de plus en plus de demandes d’entrepreneurs qui souhaitent s’assurer que leur entreprise est ‘future proof’ou suffisamment flexible pour continuer à se développer durablement. Les utilisateurs souhaitent aussi de plus en plus utiliser la plate-forme comme moyen de lever des fonds ou de chercher de nouveaux investisseurs. À l’avenir, nous n’excluons pas de développer davantage ce type de service. Nous comptons d’ailleurs lancer prochainement Match’it dans d’autres pays où KBC est active. A commencer par la Slovaquie, et ensuite dans les autres pays d’Europe centrale."

A l’abri des caprices de la Bourse

CA Indosuez Wealth Management propose également aux clients belges une formule qui permet d’investir dans le PE. "Auparavant, ce secteur était souvent l’apanage des investisseurs institutionnels", souligne Baudouin de Marnix, le patron de la branche belge de CA Indosuez. "Mais aujourd’hui, les clients particuliers découvrent le rôle que peut jouer le Private Equity dans la gestion de leur patrimoine. Les gens sont toujours à la recherche de moyens d’obtenir un rendement stable, maintenant que la politique d’argent bon marché des banques centrales a fait augmenter la volatilité sur les marchés d’actions. Les clients souhaitent mettre une partie de leur portefeuille à l’abri des caprices de la Bourse."

"Les clients souhaitent mettre une partie de leur portefeuille à l’abri des caprices de la Bourse."
Baudouin de Marnix
Patron de CA Indosuez Wealth Management Belgique

"Au niveau mondial, CA Indosuez Wealth Management gère aujourd’hui près de 4 milliards d’euros d’actifs dans sa division Private Equity", explique Mikael Vercauteren, le patron de la division. "Nous suivons cette classe d’actifs depuis déjà 17 ans  ce n’est donc pas nouveau pour nous  et nous collaborons avec plusieurs autres acteurs de l’univers du Private Equity. Nous ne sommes pas des distributeurs de fonds de Private Equity, mais des gestionnaires de portefeuilles de Private Equity, ce qui signifie que nous sommes totalement objectifs concernant les fonds que nous proposons à nos clients."

Avec sa division de Private Equity, CA Indosuez Wealth vise surtout les PME dont la valeur se situe entre 100 et 500 millions d’euros. "Nous nous concentrons sur les entreprises en croissance et les buy-out. Nous ne sommes pas impliqués dans le capital à risque, car comme son nom l’indique, nous estimons que les risques sont trop élevés."

Il existe différentes manières d’investir dans une entreprise. "C’est possible en y investissant directement, ou via des fonds de Private Equity, soit encore par le biais d’instruments de financement par l’emprunt."

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content