La femme au foyer qui a envoyé 12.000 investisseurs au tapis

©Siska Vandecasteele

La grande gagnante de notre Rallye Boursier est Mia Gevers, de Mol. Dans la vraie vie, elle fait partie de la catégorie des investisseurs patients, qui visent le long terme. "Mais ça a marché, même si c’était plutôt du ‘vogelpik’".

Dans le Rallye Boursier, le concours organisé par L’Echo et De Tijd, le participant Ollie Bollie s’est montré le plus fort. Mais en réalité, Ollie Bollie est une participante, et pas n’importe qui: une grand-mère de 67 ans. Pendant dix semaines, elle est restée en embuscade, cachée derrière le surnom emprunté à son petit-fils.

Mia Gevers admet volontiers qu’elle a eu de la chance. Tous les membres du peloton de tête étaient investis à fond dans les actions biotechnologiques. Elle aussi, et elle n’a pris la tête du classement que trois jours avant la fin du concours. Parmi les mieux classés, elle est la seule à avoir misé sur le fournisseur wallon de services IT Econocom , juste avant l’annonce de ses excellents résultats annuels.

"Avant le concours, je ne m’étais jamais réellement intéressée aux sociétés biotechnologiques", explique-t-elle. Outre la Bourse, notre gagnante est également passionnée d’arrangements floraux et de jardinage. Elle a arrêté de travailler à l’âge de trente ans.

Mia Gevers n’est pas un gourou de la Bourse, mais elle peut se targuer d’une longue expérience. En 1999, elle a remporté un premier concours boursier organisé par la Fédération flamande des investisseurs (Vlaamse Federatie van Beleggers). Elle a reçu comme prix 45 actions de Wereldhave . Cette fois, elle remporte la somme de 10.000 euros, en récompense pour ses 118 transactions éclairées.

La valeur de votre portefeuille a augmenté de 50%. Comment avez-vous fait?

"Comme ce n’était pas mon argent, j’ai pris beaucoup plus de risques. Cela a réussi, même si c’est un peu le fruit du hasard."
Mia Gevers
gagnante du rallye boursier

Comme ce n’était pas mon argent, j’ai pris beaucoup plus de risques. Cela a réussi, même si c’est un peu le fruit du hasard. Jusqu’à la toute fin du concours, j’ai réalisé plusieurs transactions par jour. J’ai répondu à toutes les questions du quiz, mais je n’ai certainement pas répondu correctement à toutes les questions. J’ai beaucoup appris grâce au concours. J’ai acheté les actions grâce auxquelles le gagnant de la première semaine avait réussi à obtenir cette première place (Mia Gevers a pris la tête du classement la dernière semaine, NDLR).

C’est comme ça que je me suis lancée dans les biotechnologies. Au final, argenx, Ablynx et TiGenix s’en sont très bien sorties. J’ai également acheté des actions dont le cours avait beaucoup baissé, comme IBA , Recticel , ainsi que Melexis – au bon moment donc. J’ai aussi acheté Nyrstar et Euronav et je les ai revendues juste à temps.

À la fin, j’ai lu que quelques-uns des meilleurs avaient déjà pris leurs bénéfices. Mon beau-fils m’a dit que je devais faire la même chose, mais je ne l’ai pas écouté. J’ai dû supporter quelques taquineries de la famille. Ils n’avaient eux-mêmes pas le temps de participer.

Investissez-vous dans la vraie vie?

Cela fait plus de 25 ans que j’investis, mais de manière réfléchie, et sur le long terme. J’ai commencé quand une de mes filles a eu comme devoir à l’école de lire De Tijd. J’ai découvert dans le journal tous les gains réalisés en quelques mois. Après le concours, j’ai acheté pour la première fois des actions biotechnologiques.

J’ai une préférence pour les actions belges, parce que les dividendes ne sont taxés qu’une seule fois. Avec la suppression de la taxe aux Pays-Bas, je trouve ces actions beaucoup plus intéressantes.

D’où tirez-vous vos informations sur la Bourse?

Je suis abonnée au Tijd, mais cela fait quelques années que je ne suis plus une lectrice assidue. J’ai maintenant des petits-enfants. Vous savez ce que cela veut dire. Il m’arrive de regarder les cours de Bourse sur le site internet et je suis quotidiennement les newsletters. J’utilise aussi beaucoup votre agenda financier. C’est ce qui m’a poussée à acheter à temps les actions Econocom. Et je regarde tous les jours Kanaal Z.

Que comptez-vous faire avec votre prix de 10.000 euros?

Mes filles, beaux-fils et petits-fils recevront chacun 1.000 euros. Staf, mon petit-fils de huit ans, a déjà décidé qu’il voulait aller à New York.

Le rallye boursier en chiffres

Au total, 11.862 participants ont passé 184.270 ordres, ce qui leur a permis d’obtenir un rendement moyen de 6,9% en dix semaines. Au cours de la même période, le Bel 20 a progressé de 5,2%, dividendes compris.

Le rendement supplémentaire a notamment été obtenu grâce au quiz, qui permettait aux participants de gagner 100 euros par jour. En répondant correctement aux 47 questions et en conservant les bonus, il était possible d’engranger un rendement supplémentaire de près de 9%.

Personne n’a réussi le sans-faute, même si dans le classement final, trois des dix meilleurs ont répondu correctement à 45 questions. La gagnante du concours est celle qui a obtenu les moins bons résultats du peloton de tête, avec seulement 34 bonnes réponses.

La question qui a donné le plus de fil à retordre aux participants concernait le sauvetage en 1935 de "l’Algemeene Bankvereeniging", qui a donné naissance à la Kredietbank, rebaptisée KBC, et qui a reçu en 2008 une seconde aide de l’Etat. Presque tous les participants savaient que les réseaux sociaux Facebook et Snapchat étaient cotés en Bourse, contrairement à Pinterest.

Les actions ayant remporté le plus de succès sont AblynxAhold Delhaize et Galapagos. Les participants ont soigneusement évité Care Property Invest, la société néerlandaise Vastned Retail et quelques fonds obscurs. Un des participants a gagné près de 10.000 euros en investissant dans Argenx au moment idéal.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content